100ème Galère ! Eh oui ! Déjà…

20 avril 2011

388322867_1d65fc19fa.jpgNous y voici enfin !

 

This is it ! L’article 100 !!!!!!

 

Si je fais les comptes nous en sommes à 100 articles, près de 830 commentaires (827), une moyenne de 110 visiteurs uniques par jour (moins le week-end, plus en semaine), 2 articles publiés par jour (plus ou moins), 5 fois la une de Hello Coton, 212 voix au concours Cosmo et des tas de nouveaux amis qui me citent à tout bout de champ. Pas mal pour un blog créé le 27 février 2011 !

 

Tout ça, grâce à vous, Lecteurs !

 

Vous avez voté…mais pas réussi à vous mettre d’accord. Je vais donc choisir arbitrairement pour vous (mon intention dès le départ étant de choisir le n°2, après tout je suis bien le Poulidor de la Recherche d’Emploi).

 

Vous aurez donc LE DEMENAGEMENT DE LA MORT !

 

Après ma séparation d’avec MEX, j’ai dû quitter mon magnifique 3 pièces (64m²) d’une ville royale et bourgeoise. Forcément, plus de sous, changement de standing (MEX gagne 5000 ? par mois, j’étais une reine !). J’ai donc dû trouver fissa : un job, un appart et des déménageurs. En janvier, enfin je trouve un CDD (qui s’arrête en mars, mais j’en trouve un autre en avril…qui fut responsable de mes déboires avec PE) mais je galère vraiment à trouver un appartement. Très difficile, en effet, vu ma situation précaire. D’autant que j’avais gardé les chats (je me serais battue jusqu’à la mort pour eux), que MEX m’avait laissé tous les meubles (il ne voulait pas s’encombrer…mais m’a forcée à racheter sa part), que je devais trouver en proche banlieue pour payer moins de transport (je ne conduis pas) et me rapprocher de mes amis, payer à MEX le découvert du compte commun pour prouver à ses nouveaux amis que je ne cherchais pas à profiter de son argent (j’y reviendrai un jour si vous êtes sages)…Avez-vous déjà essayé de trouver un 2 pièces de plus de 40m², près d’un métro, dans un coin pas trop moche en étant célibataire et en CDD ? Moi si…La Galère puissance 1000 !!!

 

Finalement, à 15 jours de la fin de mon bail (j’avais des sueurs froides), je trouve MON appart ! Ok, il n’est pas parfait, mais il n’est pas mal, on s’y sent bien. J’ai eu de la chance (enfin), l’agent immobilier, femme d’âge mûre, était charmante et m’a prise sous son aile. Je lui faisais penser à sa fille, vous comprenez…

 

Une fois le bail signé, il faut orgnaiser rapidement le déménagement (en moins de 15 jours donc). J’ai donc appelé plusieurs sociétés, demandé des devis…et dû faire un choix parmi toutes les propositions les plus contradictoires. L’une de ses sociétés, pourtant, m’avait semblé sérieuse et m’avait proposé de déménager mon 64m² pour pas trop cher, en tenant compte du fait que l’ascenseur de ma nouvelle résidence était microscopique et en proposant de faire venir un monte-charge.

 

J’aurais dû tiquer quand ils ont amené les cartons seulement deux jours avant le grand jour, et lâchement abandonné dans la cour de mon immeuble. Mais il était trop tard.

 

Comme j’étais très en retard sur mon planning, j’ai demandé à deux amis de venir m’aider à faire mes cartons. Ca nous a pris toute la nuit (et nous n’avions pas fini). Prévoyante, j’avais quand même pris l’option où les déménageurs étaient chargés de démonter et remonter les meubles, et de se charger des vêtements et du fragile !

 

A 7h30, Jour J, ils sonnent (et nous sommes à la masse). Ok, les déménageurs ont l’air plutôt à l’ouest. Ils n’ont rien pris pour protéger le fragile (ma télé a fini dans un grand carton entourée de mes coussins), balancent les lampes dans les cartons de fringues (lesquelles furent jetées en vrac), arrachent mes décorations des murs (mes fées ont perdu leurs ailes)…un vrai carnage ! Et pendant ce temps, je m’occupe de protéger et réconforter les chats (en panique). Ils sont tellement nuls, que l’un des déménageurs me demande s’il doit prendre la table du salon ou la laisser, parce que bon, c’est lourd (une table Ikéa, pas du chêne massif, je précise) et ça l’emmerde un peu !! Eh oui, des déménageurs comme ça, ça existe et ça n’est que pour ma pomme !

 

Croyez-le ou pas, ce n’était que le début du calvaire ! Il n’était que 12h…

 

Le responsable des voleurs déménageurs vient me trouver pour m’annoncer que le camion est trop petit vu tout ce que j’ai. Donc, qu’il faudra faire un autre voyage…moyennant supplément ! Evidemment, un supplément payé de la main à la main…ben voyons ! Pourtant, ce sont eux qui avaient évalué le volume (pas moi, ce n’est pas mon métier). Je tape un scandale et appelle le patron. Oui, parfois, je m’énerve, on se demande bien pourquoi. Celui-ci me répond qu’il s’agit bien de leur erreur, mais que bon, ça serait gentil de ma part de donner un peu plus, au risque de ne pas déménager toutes mes affaires. Le responsable du déménagement me dit que, non, ce n’était pas son patron, mais un collègue, que c’est un menteur et qu’il refuse de déménager quoi que ce soit si je ne donne rien en plus. Pas le choix, je promets…

 

Mais ce n’est pas fini ! C’est le moment qu’à choisi le gardien de l’immeuble pour venir me trouver !! Tu te souviens, Lecteur, de mon cambriolage ? Ben c’était juste avant ! Et le gentil cambrioleur avait également pris mes clés de l’immeuble et de
toutes les portes sécurisées ! En accord avec le Syndic, le gardien avait décidé de me faire payer le changement de toutes les serrures !!! Soit une facture de 3 000 euros ! Voyant que je déménageais (non, je n’avais pas fait une annonce officielle), il a décidé de m’empêcher de partir, car pour lui, je filais en douce. Il a donc menacé d’appeler la police pour m’empêcher de déménager, à moins que je ne lui fasse un chèque !

 

Je n’avais pas menti, mon anecdote bat toutes les autres !

 

Du coup, quoi faire ? Je me retrouve avec de gros problèmes sur les bras. Je promets ce qu’ils veulent aux déménageurs, tant qu’ils déménagent, j’envoie mes deux amis avec eux pour contrôler le boulot, je vais chez le gardien pour discuter sévère, j’appelle MEX (le bail étant à nos deux noms, au bout de 3 messages qur le répondeur, il a enfin été d’accord pour me répondre), j’appelle l’assurance (c’est là que je découvre que MEX s’est tiré avec notre assurance et que je ne suis plus couverte !), j’appelle la police pour vérifier ce qu’il y a exactement sur ma plainte (si les clés sont indiquées ou pas) et je retiens mon souffle.

 

D’après l’assurance, ce n’est pas mon problème mais celui du syndic et de son assurance. Je dois donc leur fournir un double de la plainte de cambriolage et du sinistre, à condition que la plainte mentionne le vol des clés. Le cambriolage ayant eu lieu en janvier, nous étions encore couverts MEX et moi. Ouf. Bon, je ne vous cache pas avoir eu du mal à avoir toutes ces réponses, la personne en charge de mon dossier étant en vacances (ça ne s’invente pas). Au bout d’une bonne heure à me prendre la tête avec le gardien, enfin, le régisseur, qui s’appelait Régis (qui était un vrai c***), je dois filer au commissariat, en laissant un ami sur place à l’appart.

Je vais au commissariat, j’explique le problème, nous modifions la plainte. C’était le meilleur moment de la journée (ils étaient très sympa). Ils m’ont également dit de ne pas m’en faire pour le régisseur, nul ne pouvait m’empêcher de déménager si je le souhaitais. C’est là que je fus bête…je ne leur ai pas parlé de mes déménageurs et de ce qui sentait l’arnaque à plein nez. Mais au bout d’un moment, j’avais cessé de penser, je n’étais qu’un lapin pris dans les phares d’une voiture.

 

Je retourne chez le régisseur, je lui signe une décharge, mais il m’oblige à lui faire un chèque barré, des fois que l’assurance refuse de payer (j’ai mis 4 mois à le récupérer…quand MEX leur a prouvé l’illégalité de la démarche).

 

Enfin, je m’occupe du déménagement. Il est 15h…Coup de fil, ce sont mes amis. Il y a un problème ! Les ascenseurs sont trop petits, ils n’ont pas prévu de monte-charge et doivent passer par les escaliers (5 étages, escaliers en pierre !) Or, ce n’était pas indiqué sur le contrat (pourtant j’avais été claire avec le gars du devis, mais trop confiante aussi, apparemment). Là, c’est de ma faute, j’aurais dû lire les petits caractères (j’étais pressée mais ce n’est pas une excuse). Je me suis donc faite avoir dans les grandes largeurs.

 

Autant les déménageurs sont d’accord pour ne pas me faire payer l’erreur de volume (pratique courante à ce que j’ai découvert plus tard), autant là, c’est ma faute ! Je n’aurais pas dû signer ce foutu devis sans m’assurer que tout ce dont on avait convenu avait été ratifié ! Donc, comme la première fois, j’ai le droit au chantage ! Ils laissent tout en plan sauf si je verse un petit complément au black. Pas le choix…

 

Pendant ce temps là, le seul déménageur resté sur place pour préparer ce qui restait continue de faire consciencieusement son travail (c’était le seul d’honnête). Les heures passent…Mes amis me tiennent régulièrement au courant pour me dire que c’est la vraie galère ! Que ce sont eux qui montent la plupart des cartons et que les déménageurs ne protègent pas mes meubles (mon canapé est mort). Ce sont d’ailleurs mes amis qui démontent certains des meubles (bien la peine d’engager des pro, si j’avais su…)

 

Bref, c’est le soir, il est tard…Les déménageurs reviennent, nous pouvons enfin terminer le chargement. Tout est chargé, je monte dans la voiture d’un ami avec les chats et en route !

 

Arrivée sur place, je découvre le chaos ! Ya des cartons dehors (ils n’ont pas fini), c’est le bordel chez moi, la machine à laver et le sèche-linge sont sur le palier et rien n’est à sa place malgré mes instructions. Et en plus, ils ont sifflé des bières ! Bref, ils se sont dépêché de tout monter, et de partir…en ayant pris soin de se faire payer d’abord. J’aurais pu (dû) ne pas signer le compte-rendu final. Comprenez-moi, j’étais à bout (et au bord des larmes). Je comprends mieux pourquoi on essaye toujours d’arnaquer des femmes seules et clairement en détresse.

 

Au final ? Un déménagement qui aurait dû me coûter 800 ? m’a coûté 1350 (MEX m’a dit que c’était très bien, pas cher et je devrais être contente), m’a forcée à déménager les cartons de jeunesse de MEX (qu’il avait oublié, mais il a été très content de récupérer ses dessins scolaires…gratuitement), des meubles abimés et non remontés (nous avons dû le faire nous même), la machine à laver et le sèche-linge dans le couloir (ils ont trouvé que c’était trop compliqué à faire rentrer dans la petite salle de bain…pareil nous nous en sommes chargés), un déménagement qui s’est terminé à minuit avec un sentiment terrible d’humilation et de désarroi.

 

Je ne vous le cache pas, je me suis sentie moins violée avec mon cambriolage !

 

Par la suite, nous avons dû remonter les meubles, tout ranger, faire tous les travaux dans l’appart (je vous ai dit combien ma propriétaire était radine et mon appart miteux ?) et me reconstruire psychologiquement…Tout cela a pris des mois. Ce qui fut une bonne chose quand je me suis retrouvée pour la énième fois au chômage à la fin de mon CDD ! Là, j’ai pu profiter de mon home sweet home !

 

Je suis sûre que j’étais égorgeuse de chats dans une vie antérieur, c’est pas possible autrement !

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !