Auprès de ma blonde, qu’il fait bon, fait bon, fait bon…

25 mars 2011

3844459061_2700e2cf3d.jpgAujourd’hui, je suis peu inspirée, je vous offre donc une galère un peu périmée. N’exagérons pas, elle date de 3 semaines…

 

Je l’ai déjà mentionné, M.Pasd’Bol, mon chéri que j’aime, grand, beau et musclé, est parfois blonde. Pas toujours, parfois !

 

Après l’histoire du liquide vaisselle qui m’avait laissée dubitative, voici l’histoire de la machine à laver !

 

Rentrant fort tard du travail et de ses diverses activités (M.Pasd’Bol est un homme très pris), mon zhom à moi s’avise soudain qu’il n’aura pas d’affaires propres pour le lendemain. Par affaires, j’entends bien sûr boxers (rhaaa, vous le verriez en boxer !). Vers 0h35, il lance donc une machine. Je lui fais comprendre que, vu l’heure tardive (pour ne pas dire indécente…vous faites vos lessives à cette heure-là vous ?), il n’est pas envisageable de mettre le sèche-linge en route avant le lendemain matin.

 

Il commence, tout d’abord, par me reprocher de ne pas avoir géré la lessive. C’est vrai quoi, je suis chômeuse, je n’ai que ça à faire. Je suis restée zen et lui ai fait comprendre que la morphine n’était pas toujours au point pour chasser la douleur, du moins elle avait été suffisante pour que je me tape les deux litières des chats à nettoyer. C’est vrai, je mens…je ne suis pas restée zen, mais comme il respire toujours je ne mens pas tant que ça !

 

Fort heureusement, le zhom chéri a compris mon point de vue. En outre, une pensée l’a vite rasséréné. Comme il me l’a expliqué lui même « ce n’est pas grave, à la fin de la machine, je laisserai la porte ouverte et ça sèchera tout seul dans la nuit ». J’en ris encore !

 

Voilà voilà !

Rendez-vous sur Hellocoton !