Burn out

12 janvier 2012

burnout.gifOn pourrait penser que la vie d’une chômeuse est assez reposante (je l’ai déjà entendu un certain nombre de fois). Et ce n’est pas faux si ladite chômeuse baisse les bras, se contente de répondre à deux annonces par jour et attend tranquillement. Parfois, ça arrive. Mais souvent, sa journée est aussi remplie que celle d’un ministre (sans le salaire qui va avec).

 

Pour tout vous dire, je suis en train de regretter qu’il n’y ait pas de journées de 40h ou plus (ce qui me permettrait de dormir un peu au passage). J’en suis même au stade où j’ai à peine le temps pour le blog ! Bon, j’avoue, c’est aussi parce que j’ai la tête remplie d’eau tiède en ce moment (conséquence du manque de sommeil).

 

Déjà, il y a ma recherche d’emploi qui me prend une bonne part de mon temps. Remarquez, je ne m’en plains pas, c’est comme ça qu’on avance et qu’on trouve. Chercher les annonces, envoyer des candidatures spontanées, démarcher mon réseau perso, chercher des idées nouvelles, écrire des voeux professionnels aux recruteurs qui m’ont marquée…Mine de rien ça occupe.

 

Mais ce n’est qu’une partie de la journée ! Il y a également une grande part de mon activité bénévole de rédactrice en chef adjointe pour SBG…et là, j’ai de quoi faire : community management (en cours), planning à gérer, relecture des articles (rien qu’hier j’en ai fait 20), écriture d’articles, orientation des rédactrices, recherche de nouvelles idées, de réfencements, de partenaires, de rédactrices, de rubriques à faire évoluer, de stratégie…Pourquoi je me tue à la tâche pour un job pas payé ? C’est simple ! J’adore ça et ça ajoute une corde nouvelle et intéressante à mon arc ! Ca me permet aussi de garder la main professionnellement et de ne pas faire sombrer mes compétences dans le néant.

 

Il y a l’anglais également, vu que je veux me remettre à niveau en envisageant un parcours international : 1 à 2h par jour avec mon super logiciel et mon casque. Devinez quoi ? Il y a du taf !! J’ai bien du mal à prononcer certains mots, c’en est affligeant. Mais, l’idée de progresser et de me prendre en main m’enchante au plus au point. Et qui dit projet non concret dans l’international, dit également peaufiner ledit projet des fois que… Il faut cibler ses envies, ses besoins, préciser son projet, mettre à plat les pour et les contre, chercher des infos auprès de différentes sources, réfléchir à plusieurs schémas possibles, lister les entreprises françaises (ou internationales) locales, recenser les agences d’intérims ouvertes aux « native french »…Vous croyez que je m’ennuie ? Que nenni ! Je m’active ma bonne dame.

 

Ajoutez à ça mes fréquents rendez-vous amoureux avec mes toilettes (au moins ça fait maigrir, mais qu’est-ce que je me déshydrate), mes lectures (je ne vis pas sans livres), mes pauses séries télé, mes pauses culture (vive Wikipédia) et les câlins et autres jeux avec les chats, ma vie sociale, ma vie de couple, manger…

 

Là, je me dis qu’il faudrait aussi que je case un petit créneau pour reprendre le sport…Je crois que je n’aurai jamais assez d’une vie pour tout ça !

 

Le croiriez-vous ? Je suis pourtant la plus grosse flemmasse que la terre ait portée !

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !