Ce que j’ai appris à mon ex !

26 septembre 2014

ExLa vie de couple n’est pas un long fleuve tranquille. Il y a la rencontre, les feux d’artifices, la fusion qui dure le temps relatif de la connaissance de l’autre, des hauts, des bas, des milieux et parfois, hélas, des abysses qui transforment chéribidou en ex. Je ne sais pas pour vous mais, depuis le début du printemps, c’est l’hécatombe des couples autour de moi. On a beau se dire que c’est la vie et qu’avec le temps tout le monde ira mieux, tous ces cœurs brisés font peine à voir. Et ce n’est pas parce que ma dernière rupture remonte à 2 ans et demi que j’ai oublié ce que ça faisait de se retrouver le bec dans l’eau sans savoir quand on va remonter à la surface.

Après une rupture, en général, on traverse plusieurs phases. Celle de l’incompréhension et de la douleur, l’idéalisation (« mais il était tout pour moi »), la colère (« je lui souhaite les pires trucs de la terre, de toute façon c’était un vrai connard »…se conjugue aussi au féminin), la pseudo acceptation, un nouveau tour de montagnes russes avec les phases précédentes avant, enfin, l’acceptation réelle, celle qui nous fait réaliser que c’est fini une bonne fois pour toutes qu’il va falloir avancer sans l’autre. Et vient le moment où l’on se retrouve avec un avenir inconnu, incertain et flippant, où l’on sait ce qu’on a perdu (sans être totalement objectif) sans savoir ce que l’on va gagner…si jamais on gagne de nouveau quelque chose.

C’est souvent là qu’on repense avec nostalgie à l’autre, ses qualités, ce qu’il nous a apporté, combien on était bien (surtout au début) et que s’il y a un prochain, il a aura sans doute du mal à soutenir la comparaison. Plutôt que de ressasser les bons souvenirs, ou de se focaliser sur les mauvais par dépit, il peut être intéressant de renverser cette façon de penser. De ne pas oublier que nous étions deux dans l’histoire, que nous ne sommes pas soumis à la vie de l’autre et, plutôt que de se dire que l’ex nous avait tellement apporté (alors que nous sommes seuls responsables de notre bonheur et qu’il ne dépend de personne d’autre), réaliser que c’est surtout nous qui lui avons appris deux-trois petits trucs ce qui nous rendra totalement inoubliable. Plutôt que d’idéaliser, valorisons ! L’histoire est finie certes (et c’est très souvent une bonne chose), mais au moins, on peut retirer une grande satisfaction de notre rôle sur cet humain perfectible. Là, je dois dire que j’ai souvent noté une légère injustice, les hommes semblant avoir gravé dans la pierre tout ce que leur ex leur a enseigné pour des siècles et des siècles, quand les femmes ne retiennent que la brouette japonaise et la recette de mousse au chocolat soutirée à belle-maman. Mais les femmes sont pragmatiques en diable…

Ayant moi-même vécu des relations de très longue durée, j’en viens désormais à les considérer comme des expériences scientifiques et créatrices. Partant de quasi rien, j’ai chopé la terre glaise pour essayer d’en faire un cendrier à peu près potable et utile. Voici donc, pour ma part, ce que j’ai réussi à apprendre à mon / mes ex :

  • A faire une sauce tomate : Non, il ne suffit pas d’ouvrir le bocal ou de jeter trois tomates dans un plat de pâtes pour faire une sauce lambda (et je ne parle même pas de la bolognaise). Il n’est pas si compliqué de mettre des tomates dans une casserole d’eau chaude, de les peler et de les mixer avec des aromates. Leçon retenue à vie.

 

  • Oui, faire des lessives séparées sur le bon programme c’est important : La meilleure leçon étant de lui laisser flinguer ses chemises fragiles avec des chaussettes rouges à 90°C. Bizarrement, ça n’a jamais été retenu lorsqu’il s’agissait de mettre mon cachemire à laver…(pleure encore).

 

  • Non, le linge ne sèche pas par magie : Ce fut difficile mais j’ai enfin réussi à lui faire comprendre que laisser la porte ouverte de la machine n’était pas suffisant, qu’il convenait d’étendre le linge ou de le mettre dans un gros cube blanc qui chauffe du vent. Enfin, je m’attribue peut-être un mérite que je n’ai pas du coup. J’avais eu beau dire, je n’étais pas écoutée. Mais l’odeur de ses chemises a vaincu au bout d’une semaine !

 

  • C’est très bien de faire la vaisselle : Mais avec du produit c’est mieux. Non, l’eau ne retire pas le gras de ton assiette, ah tiens, je fais des dessins au moment où je te parle.

 

  • Il faut payer son loyer tous les mois : Bon, là c’est une leçon indirecte car M.Pasd’Bol me versait sa part avec deux ou trois mois de retard. Mais une fois dans le monde réel à payer tout seul, il a fini par réaliser que s’acheter une nouvelle guitare était moins prioritaire que rester au sec plutôt que sous un pont.

 

  • On se trompe souvent sur qui on croit être et l’image qu’on renvoie : Rien ne tel que le regard de l’autre sur nos actes pour comprendre qu’on est à côté de la plaque.

 

  • A dévisser la bonde du lavabo : J’en rigole encore.

 

  • Dilemme ne prend pas de n : D’ailleurs, avoir la flemme ne prend pas de g…

 

  • Que finalement le papier toilettes premier prix des discounters est assez irritant pour le fessier : Clairement j’ai changé sa vie.

 

  • A prendre des initiatives : « Allô chérie, je suis au supermarché et il y a deux sortes de papiers toilettes ! Je prends quoi ? »

 

  • Oui le bio c’est bon, non il y aura pas de vers dans la pomme : Il m’aura fallu 3 ans, mais j’ai fini par gagner cette bataille.

 

  • Si tu ne fais pas, je ne ferai pas à ta place : Sans doute la plus élémentaire quand l’homme passe directement du cocon familial à votre donjon. Et comme je n’ai pas été élevée pour faire le ménage…

Après, je vous vois venir (enfin surtout toi, Lectrice). Vous allez me dire « Ok, j’en ai fait un homme digne de ce nom mais c’est super injuste car je me suis tapé tout le boulot pour qu’une autre en profite ». Certes certes, je vous entends. Mais n’oublions pas non plus que si ça n’a pas marché c’est qu’il restait encore pas mal de boulot (ce n’était pas la bonne personne) et que, surtout, toute sa vie durant il se souviendra de vous comme la première, l’initiatrice, que vous avez contribué à l’homme qu’il est devenu et que sa reconnaissance sera éternelle. Quand il dira à la prochaine « Tiens, chérie, voici ma recette spéciale de pâtes bolognaise ! » il aura forcément une pensée émue vous concernant. Et prenons le bon côté des choses, le prochain sera déjà un homme accompli grâce au travail de son ex (songeons à elle avec respect et sympathie, elle le mérite sans doute). Car nous sommes tous la somme de nos passés.

On sait ce qu’on perd,

mais on ne devrait pas oublier qu’on y gagne souvent au change !

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • jai enfin oublier mon ex
  • les montagnes russes avec mon ex
  • mon ex est une pourriture