c’est la crise…de l’offre !

7 décembre 2011

travail-et-insertion.gifJe suis une petite veinarde (en cherchant bien), j’ai toujours des propositions d’entretiens. Ce qui n’est pas le cas de tout le monde. Quoi qu’on en dise, les cadres dans la communication sont assez durement touchés par la crise (je pense que sans crise, j’aurais déjà retrouvé du taf vu ma propension à terminer deuxième).

 

Seulement, hormis des jobs de la mort qui tue, je note de plus en plus de propositions pour des boulots franchement pas terribles (je sais, je ne suis qu’une pauvre chômeuse au RSA, qui suis-je pour juger de l’intérêt d’un travail…disons que je suis une chieuse exigeante).

 

Là, on m’a appelée pour un entretien. Effectivement, j’ai postulé (mais bon je postule un peu à tout ce qui passe vu que les annonces se font rares), mais il n’y avait pas tous les détails. A la base, j’ai postulé pour un job assez lambda, CDD non renouvelable 1 an, dans un très gros organisme public. Jusque là, ça va…

 

Finalement, j’en sais plus, et, bizarrement, je ne suis pas si enthousiaste que ça.

 

Il s’agit donc d’un travail à 2h de chez moi (minimum) en transport…ok, ça je le savais et j’étais prête à faire le sacrifice (chieuse exigeante oui mais moins regardante quand même). Oui, mais ! Le job est en fait sans aucune responsabilité et correspond plus à un post stage (pourquoi m’ont-ils appelée moi, on se le demande ? Sans doute pour avoir des compétences à bon marché…), premier point noir.

 

Le deuxième, et non des moindres, ce sont les horaires. Ok pour faire deux heures aller, deux heures retour…mais je ne pense pas que j’aurais postulé si j’avais su qu’il fallait commencer à 7h30 tous les matins ! Et qu’il y avait plusieurs jours d’astreinte obligatoire jusqu’à 19h (et certains week-ends). J’avoue, ça m’a refroidie. Pourquoi de tels horaires, surtout le matin ? Apparemment, payer une société pour faire la revue de presse n’est pas à l’ordre du jour, donc les attachées de presse (il y en a plusieurs) doivent venir à l’aube pour compulser tous les articles…sympa, je n’ai pas fait ça depuis mon stage !

 

Enfin, il pourrait y avoir une carotte pour motiver les troupes : le salaire. Là encore, j’ai beau avoir baissé mes prétentions, bosser pour quasi le smic me tente moyen (c’est gonflé pour une RSA, je sais, mais bon, j’ai gardé mes sales habitudes de cadre sup et bac+8, l’idée de me brader pour un poste sans intérêt dans ma branche me fait encore frémir, alors que je serais partante pour un job alimentaire sans rapport, va comprendre Charles).

 

J’hésite donc beaucoup à passer l’entretien…d’autant qu’il s’agit d’une sauterie de 2h avec tests sur papier (déjà qu’ils m’ont envoyé un questionnaire…niveau débutant). Bref, ça sent un peu l’erreur de casting des deux côtés, mais un seul gagne à la fin. Me lever à 4h30 tous les matins pour un chouette salaire ou un chouette boulot, c’est dur, mais c’est jouable. Là j’ai beau chercher…j’ai à peine envie de les voir…

 

Plus les propositions se font médiocres plus ma motivation baisse ! C’est grave docteur ??

 

Voici une aventure de Luc Lemploi que je vous invite à découvrir (cliquez sur le lien pour visiter le blog de François S)

Luc-Lemploy---L-offre-d-emploi-de-ses-reves-copie-1.jpg

Rendez-vous sur Hellocoton !