C’est pas du tout ça !

13 septembre 2011

C'est pas du tout c?aEncore une fois, je rends mon devoir juste avant l’heure limite ! Il faut dire que l’expression de la semaine m’a donnée bien du mal. C’est que la Fée Passie aime la difficulté.

 

L’expression Poser coeur sur carreau, ça vous dit quelque chose ? Ben pas à moi (c’est un truc de belote ?)

 

Bref, aujourd’hui c’est totale impro !

 

Vous avez vu Bambi ? Vous avez lu Blanche Neige ? Les contes pour enfants sont souvent cruels. J’en profite d’ailleurs pour vous rappeler que Le Petit Poucet a été inspiré à Perrault par la situation des paysans lors de la vague de froid qui a sévi sous Louis XIV. Eh ouais !

 

Bref, les contes sont souvent issus d’une réalité bien souvent glauque et pas du tout idyllique. Pourquoi je vous parle d’un conte ? Parce que Blanche Neige est indirectement issue de l’expression Poser Coeur sur Carreau.

 

En effet, rappelez-vous, pour prouver son amour et sa soumission à la reine, le chasseur avait comme but de tuer Blanche Neige, de retirer son coeur et de l’amener à sa belle. Finalement, il a préféré s’en prendre à une biche. Ainsi commencent les aventures de la célèbre princesse allergique aux pommes. Tout découle de cet acte, barbare à nos yeux d’enfants du XXIème siècle.

 

En fait, cela traduisait une réalité bien ancrée à l’époque dite « moderne », héritée du Bas Moyen Age.

 

Ainsi, un homme qui voulait déclarer sa flamme à une jeune-fille, devait impérativement le faire de manière explicite et en amener la preuve, sous peine d’essuyer une rebuffade et d’être la risée de toutes ses connaissances. L’amoureux se devait donc de traquer une biche, d’en sortir le coeur, puis de se rendre immédiatement au logement de sa belle et d’exhiber son présent (et sa déclaration) à travers la vitre (ou le carreau). D’où l’expression « Poser Coeur sur Carreau », une façon symbolique de mettre son âme à nu. Bien sûr, cela nous semble assez répugnant comme déclaration, mais n’oublions pas que l’homme « viril » de l’époque était un chasseur et qu’il était estimé comme tel. Un homme incapable de chasser et de tuer un animal, aussi mignon soit-il, ne pouvait être qu’un pleutre ou un homme trop sentimental (synonyme d’efféminé).

 

Autrement dit, ce présent flattait et excitait la donzelle (heureusement les temps ont changé).

 

Mon explication est trop bizarre ? Dites-vous bien que je vous ai épargné « Poser le choeur sur Caro » et son explication orgiaque ! On dit merci qui ?

 

coeur_pique_carreau_trefle.jpg

Rendez-vous sur Hellocoton !