C’est toi le chat !

7 octobre 2013

câlinMais où va t-elle chercher ses titres se demande la foule en délire ! Le talent, ça ne s’explique pas (c’est la minute « mon ego et moi »).

Bien, parlons peu, parlons bien, parce que j’en ai des choses à dire (rien que d’y penser, j’ai 4 sujets d’articles en cours). On le dit souvent (surtout les blogueuses de 30 ans), il n’y a pas d’amour, seulement des preuves d’amour. De fait, de moins en moins de célibattantes se fient aux belles paroles et aux promesses des hommes quand ils en font. C’est triste, mais avec le temps on devient prudentes, limite méfiantes. Donc on essaie de se raccrocher à ce qu’on peut, une attitude, des faits mais aussi et surtout des gestes.

Le toucher est en effet un truc archi primitif qui nous ramène immédiatement à notre plus tendre enfance (naïve et innocente). A moins d’avoir vécu dans un épisode de Strip Tease ou d’avoir fait la une des faits divers, on a tous connu (je l’espère) notre lot de caresses rassurantes, de bisous qui faisaient du bien, de câlins qui apaisaient et nous aidaient à nous endormir…bref, tous ces petits rien qui nous prouvaient que nous étions aimés. Avec l’adolescence et le début de l’âge adulte, en tout cas la découverte d’une vie sentimentale loin de notre cocon familial, les gestes tendres sont l’occasion de montrer l’amour éprouvé ou de le recevoir pleinement. Ce qui a sa petite importance quand coucher est devenu galvaudé et qu’on rêve en fait de se caser avec The One (enfin lui ou son frère, même son lointain cousin ça peut marcher). On y pense immanquablement à chaque fois que l’on rencontre quelqu’un et l’on s’attache à ces petits détails histoire de distinguer la belle histoire du simple plan cul.

Las, si comme je le disais on ne peut plus vraiment se fier aux mots, parfois trompeurs (récemment, j’ai même eu un texto en pleine nuit d’un plus ou moins pote pour m’annoncer combien j’étais belle…ok, ça fait toujours plaisir, mais on se doute de la finalité inavouée du truc), force est de constater que même le contact physique peut être trompeur. Je ne parle pas du fait de s’envoyer en l’air (en connaissance de cause ou pas), vu, cynisme aidant, on ne se sent pas forcément en couple une fois fait. Non, je parle bien ici de la tendresse (bordel) qui n’est parfois qu’un instant fugace pouvant nous illusionner longtemps (comme c’est triste). Je vois bien, Lecteur, que tu ne me crois pas. Attends, je vais te le prouver !

  • Le bras sur l’épaule. Aaaaah, le mâle dans toute sa splendeur qui marche avec sa femme, le bras délicatement posé sur l’élue (sans songer qu’avec son sac à main de 3 tonnes il contribue à lui vriller l’épaule droite). Geste protecteur s’il en est. Et un peu possessif. Mignon aussi quand on y pense, ça fait un peu « Plus près de moi mon cœur, je ne te lâche plus ». Sauf que… dans de nombreux cas, cela signifie « Ca, à moi » s’il y a un peu trop de testostérone aux alentours (et cela n’a donc rien à voir avec nous, c’est de l’ego). Ou alors, monsieur a un peu bu et auquel cas, vous ou un arbre, tant qu’il reste debout…

 

  • La main. Qu’ils sont mignons tous ces couples qui marchent main dans la main, couples d’ados ou vieux couples, c’est toujours aussi charmant. Et je suis d’accord sur ce point, un mec qui accepte de marcher avec vous en public en vous tenant la main se considère en couple avec vous (il a peut-être même des sentiments !), ou alors vous venez de vous viander dans la rue et là c’est une autre histoire. Mais quand j’évoque la main, je songe en fait à autre chose. Vous savez, ce moment où, sans que vous vous y attendiez, l’autre en face se saisit de votre adorable mimine pour la caresser avec amour, douceur et parfois passion. Ça y est, vous avez le cœur frémissant. Je ne voudrais pas casser votre élan romantique, malheureusement, j’ai appris avec M. Pasd’Bol que ça ne voulait parfois rien dire dans la tête des hommes. Que c’était parfois un simple réflexe, sans aucune intention sentimentale derrière. Un besoin de douceur (qui ne dure pas une fois passée la partie de zizi panpan), voire une habitude. Tous les hommes ne sont pas M. Pasd’Bol certes, néanmoins, j’ai pu vérifier la véracité du fait plus d’une fois (et sauf preuve du contraire, je ne suis pas en couple ou alors on m’aurait menti). La main qui te caresse est souvent celle qui t’écrase la tête contre le mur de l’Amour pour te laisser recompter tes dents.

 

  • Le baiser langoureux. Bon, ok, à moins d’une enfance traumatisante, ce geste là nous vient de l’adolescence et de nos premières expériences amoureuses. Fut un temps pas encore si lointain, je considérais que j’étais casée dès que ce moment arrivait. Je l’ai dit sur VMG plus d’une fois, je ne sais pas embrasser sans donner un peu de mon âme, ce geste d’une rare intimité signifie donc quelque chose de fort. Mais tout se perd ma brave Lucette et je suis en train de réviser mon jugement. Pas que de mes expériences personnelles, notez bien. Combien de baisers mouillés sont donnés sous l’influence de l’alcool et de la fête, de la simple envie de stupre, ou juste comme ça pour se marrer ? Trop, nous sommes d’accord, et ce n’est pas pour autant que le pourcentage de célibataires baisse (en revanche c’est l’explosion des chiffres de mononucléoses). Avant, quand on était ado, c’était simple pourtant. On se roulait une pelle, on se tenait la main, et hop, en couple. Maintenant, à 30 ans, on a les yeux qui pleurent et la bouche humide…

 

  • Le câlin. Preuve s’il en est que l’homme en face tient à vous. Ou alors, on en revient au besoin de tendresse du moment, de l’ivrognerie (un de mes amis me câline beaucoup quand il est à moitié ivre mort, que je sache je ne suis pas avec et ce n’est pas mon amoureux secret), une habitude (je câline beaucoup mes chats sans parfois faire gaffe) ou même une façon de dire merci pour le moment passé. Au final ça signifie ? Ben pas grand-chose je le crains.

 

  • Le baiser sur le front. Celui-là, il est salement traître. Souvenirs, vous 5 ans, malade, et votre mère qui vous berce doucement et embrasse votre front chaud avec amour… Depuis, vous avez des réminiscences d’amis proches qui vous veulent du bien, d’homme de votre vie manifestant sa tendresse (on a toutes de bons souvenirs d’ex qui traînent dans un coin de notre tête), de bisouguéritout… Forcément, on a envie d’y croire quand un gentleman reproduit ce geste ancestral. Moi-même, j’embrasse mes minous à poil dur sur le front tous les matins (il va de soi que je parle de mes chats, pas d’idées salaces je vous prie). Pourtant, à moins d’être sûre et certaine d’être casée, le bisou sur le front signifie, au choix : « Euh, oui mais non, je suis flatté mais je t’aime bien quand même » ou « Ben, vu qu’on a quand même couché ensemble, je ne vais pas te faire la bise, ça serait un peu insultant ». A tout prendre je ne sais pas ce qui est le pire, le baiser sur le front post coït, ou la mandale du matin…

 

  • « Dis camion » avec son pendant masculin « Chat-Bite »…ouais, non, là les choses sont claires, impossible de se tromper.

 

Bien sûr, je ne généralise pas, il y a aussi des intentions sincères, sinon personne ne se caserait jamais. Néanmoins, il est de plus en plus difficile de faire le tri et de se raccrocher à quelque chose pour savoir ce que l’autre pense, ce qu’il ressent, et s’il voit plus loin que le bout de son pénis (d’ailleurs, je n’oublie pas que c’est aussi valable pour bien des filles, sauf qu’elles regardent rarement leur propre pénis). Si on ne peut plus se fier aux mots, aux gestes…il reste quoi ? A quel sens se fier ? A quoi, à qui faire confiance ?

Déjà qu’en tant que fille il est tellement périlleux de se fier à son coeur…

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • chat calin
  • animaux calin
  • calin chat
  • calin chats
  • câlins entre mecs
  • images calins amoureux
  • photo chat et calin
  • que veut dire cest toi le chat?