Chanson du soir, espoir

27 juin 2011

la malediction 666 20th century fox 

Oui ok, le titre ne correspond plus car l’article devait être posté hier…mais comme j’ai été terrassée par un gros accès de fièvre (et paniquée à l’idée de retourner aux Urgence), vous voudrez bien me pardonner ! oui ?

 

 

Toujours dans l’idée de revisiter de grands classiques de la chanson française (que dis-je, des chefs d’oeuvre ! »), voici venir la parodie de « Ma Révolution » de Jenifer (grande poétesse incomprise).

 

« Ma malédiction,

Porte ton nom

Ma malédiction,

N’a qu’une seule façon,

De changer le monde

Pour toi je n’arrêterai jamais de galérer… »

 

Et comme je ne suis pas une fille très gentille, je vous mets l’originale ! (Ne vous plaignez pas, ça aurait pu être Au Soleil)

 

 

Pourquoi vous infliger un tel supplice ? Pour vous annoncer la fin de mes histoire d’hôpital ! Hey, oui, je suis rentrée il y a une semaine, il est temps de faire le bilan !
Après une délicieuse journée, je suis rentrée à l’hôpital le 7 juin. Je ne le savais pas encore mais la galère m’avait rattrapée. Avant de me coucher, on me demande de prendre une douche entièrement à la Bétadine. Je vais dans ma salle de bain qui ressemble étrangement à un vaisseau spacial. Je m’assoie sur le rebord de la douche et…je me retrouve par terre ! Je retente…je tombe à nouveau ! Drôlement glissante la douche ! A ce moment là, j’aurais dû deviner comment se passerait la suite de mon séjour.

 

Je vous ai raconté les différentes galères entre la perf qui enfle la main comme une pomme, le bouton de détresse qui me lâche, le néon qui pète, la poche qui lâche ou la clé 3 G qui ne marche pas.

Je suis sympa, je vous ai épargné l’infection que j’ai faite quand on m’a retiré la sonde urinaire (qui donnait la désagréable impression d’avoir toujours la vessie pleine, ça fait mal) et qui m’a fait tomber dans les pommes aux toilettes.


Finalement, tout cela est drôle, mais pas essentiel ! Ce qui l’est plus, ce fut de constater combien j’ai des amis formidable, réels, virtuels, peu importe. Des gens incroyables, généreux et extraordinaires se sont inquiétés de ma santé, mon transmis leur soutien et leur force, ont parfois fait le déplacement malgré une grande distance (une ola pour Françoise qui venait de la Réunion), m’ont appelée, envoyer des messages et sans qui je ne me serais pas rétablie si vite. Une telle gentillesse est rare et précieuse et je ne saurais vous exprimer ma gratitude tant elle est grande. Merci à tous, vous pouvez vous applaudir bien fort ! Je remercie également tout l’équipe soignante de mon hôpital, des femmes formidables, douces, humaines et vraiment réconfortantes. Un grand merci aussi à mes chats. S’ils n’avaient pas sauté si fort sur mes cicatrices, les points n’auraient pas sauté. Or, c’est ce qui a permis de découvrir et d’évacuer mon abcès infectieux. Sans cela, j’aurais probablement fait une péritonite sans comprendre ce qu’il se passait, et je n’ose imaginer les conséquences. Il se pourrait donc que mes sales chats m’aient sauvé la vie cette semaine !
Quand je vous dit que j’ai de la chance ;-)

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • chanson sur soir et espoir