Croire en son étoile !

3 février 2013

etoile.jpg« Ca pas bonne étoile, m’sieur ! Cette étoile tomber… » Ben, on est fan d’Agatha Christie où on ne l’est pas… Etrangement, cette citation est de celles qui m’a le plus marquées dans ma vie. De la difficulté de jongler entre la prise en main de sa vie, le destin et le fait de savoir faire les bons choix (c’est la minute philo, ne zappez pas, vous êtes toujours sur VMG).

 

Je fais partie de ces gens peu supersticieux qui se bougent et essaient de faire de leur vie un chemin qui leur ressemble. Ok, dans mon cas, ça ressemble plus à une guerre de tranchées truffées de mines. Bizarrement, je crois aussi au destin (mais surtout quand ça m’arrange). Ce qui est marrant quand on sait que je ne crois à peu près en rien à part au Père Noël et en moi-même, mais je ne suis pas à un paradoxe près.

 

Petite, j’étais persuadée qu’un destin fabuleux m’attendait, que j’étais faite pour devenir quelqu’un et conquérir l’univers. Ne chechez plus d’où me vient mon ego hypertrophié, il vient de cette croyance datant de la maternelle ! Bon, au final, on voit bien où ça m’a menée après un divorce, une maladie tordue et un chômage qui s’éternise. Pourtant, cette certitude est restée ancrée en moi et me permet de tenir au quotidien.

 

Penser qu’on est née sous une bonne étoile, c’est quelque chose de fort et aussi un vrai moteur. Ben oui, on peut avoir une foi absolue en certaines choses sans pour autant attendre que tout nous tombe tout cuit dans le bec. Moi, je me bouge le séant et cette idée me motive davantage pour le faire. Après tout, quelle meilleure jouissance que de se dire que nos efforts ont payé et que cette vie géniale qui nous attend est méritée, que c’était le destin, certes, mais que c’est aussi la juste récompense après une bataille rondement menée. C’est un peu ce que je ressentais après avoir gagné une compétition de natation (j’étais une vraie sportive fut un temps), ou lors de l’entrée en fac d’Histoire (mon rêve) : ça devait arriver, j’étais née pour ce jour…mais j’avais également tout fait pour (ok, pas vraiment pour la fac, je ne foutais rien à l’école, je ne comptais que sur mon seul talent…ben oui, pourquoi se fatiguer quand c’est si facile aussi !)

 

Bref, je m’égare…

 

Ces derniers temps, j’avais vraiment de quoi cesser avoir foi en « mon destin ». Toujours pas de boulot et, pire, la fin de mes indemnités chômage (c’est fini depuis décembre, la lose totale). Et, c’est très curieux, je ne paniquais pas. Je savais que j’allais m’en sortir, quitte à prendre un job alimentaire en attendant mieux. Et si mon moral était affecté ses derniers jours, ce n’était pas par ça, je continuais à me dire que j’allais de toute façon m’en sortir. Je ne pouvais pas être dans l’erreur (de toute façon, ma mauvaise foi est légendaire, je ne peux avoir tort).

 

Dans une semaine, je resigne un CDI…

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • croire en son étoile
  • avoir la foi croire à son étoile
  • citatiln sur croire en sa bonne etoile
  • comment croire en sa bonne étoile et ses rêves?
  • Il devait croire en son étoile