Dagobert met bien sa culotte à l’envers

27 novembre 2012

a-l-envers.jpgEt la palme du titre le moins en rapport avec l’article revient à (roulement de tambour)…MOI (clap clap clap). Merci, merci, je suis très émue, je voudrais remercier ma maman qui a toujours cru en moi, mes fans pour leur soutien, mon futur éditeur, Angelina Jolie qui a décidé de jouer mon rôle pour son prochain film (merci Angie, t’es trop sympa et tu me ressembles tellement qu’on jurerait ma jumelle) et Pôle Emploi sans qui rien de tout ça n’aurait été posible.

 

 

Plus sérieusement, je crois que je régresse !

 

Quand on vieillit, en général on s’améliore, on s’assagit et on vise un semblant d’élégance. Surtout sur un plan culturel. On lit plus, on accroît sa culture générale, on adopte un langage plus élaboré… Moi, c’est le contraire.

 

Plus jeune, j’étais un OVNI. Enfant ou adolescente, je me distinguais par mon langage châtié (limite pompeux), mes références littéraires, mes connaissances approfondies sur un tas de domaines variés, ce qui me donnait un côté très bizarroïde au milieu de ma ZEP. Oui, j’évitais les grossièretés (impossible de parler comme les gueux de ma ville), je lisais non stop, je citais du Molière, et je remplaçais même la prof de français à l’occasion pour donner des cours de mythologie (je crois que la prof abusait un peu, je n’étais pas payée pour faire ses cours).

 

Mais tout ça, c’était avant !

 

Plus le temps passe, plus je parle comme une poissonnière, je jure tout ce que je peux et tout le temps, je me suis mise à la Chick Litt et je délaisse Arte au profit de Qui Veut Epouser Mon Fils ! Après l’apogée, la chute, demandez aux empereurs romains ! A ce rythme, dans 10 ans, adieu culture et raffinement, bonjour Harlequin et bière-Football. Peut-être que je deviendrais la reine du concours de rot. Difficile de passer de Daria à Capitaine Caverne (d’ailleurs, j’envisage de laisser pousser les poils pour plus de ressemblance). Avant j’aimais la poésie (aaaah, Verlaine, Baudelaire, les Sonnets de Shakespeare), désormais ça me gonfle. Je pourrais (enfin, j’aurais pu) vous faire un blog élégant, vous éblouir par ma prose recherchée, vous faire des alexandrins… Certaines blogueuses le font très bien d’ailleurs et se veulent de véritables artistes. Elles couchent leurs émotions sur clavier, font des rimes ou pas, utilisent des mots compliqués et poétiques. Mais je vais être honnête, je ne les lis pas (ou peu) car ça m’ennuie et que je trouve ça souvent prétentieux (quand je vous parle de régression… si ça continue je vais finir sur Skyblog !). Sans doute est-ce parce que ce n’est plus ce que je cherche, le meilleur est derrière moi…

 

A qui la faute ? La dégénéressence neuro-cellulaire ? L’abus de Junk Culture ? Ma flemme légendaire ? Ou juste l’envie de ne plus étaler sa culture à tout va et de plus de simplicité ? Peut-être que je n’ai plus besoin de prouver quoi que ce soit à qui que ce soit et que je prends mon blog pour ce qu’il est : un partage pas prise de tête de mes aventures.

 

Et si j’étais le Benjamin Button de la culture ? Wesh wesh bro !

Rendez-vous sur Hellocoton !