De l’art de s’accepter comme on est !

18 mai 2012

confiance.jpgOk, mon dernier article était un poil déprimant (bon, un cheveu, je vous le concède). Mais je repense à mon Samsung Galaxy S3 à venir et mon magnum menthe qui m’attend sagement au congélo (c’est le dernier…POURQUOI MON DIEU ??? parce que je les ai tous mangé…hum, ok, ça se tient) et d’un coup, le moral revient (progressivement, je ne suis pas un robot les gens, et j’ai pas encore mangé de clown).

 

Oui, la vie c’est tout pourri dur. Oui, parfois il faut savoir encaisser (je suis pleine de bleus symboliques à force, au fond de mon petit coeur, il y a un schtroumpf qui souffre !). Mais c’est surtout en soi qu’on trouve la force de s’en sortir. D’ailleurs, j’attire votre attention sur ce dicton guatémaltèque (ou sino-belge, je ne sais plus) « à galères exceptionnelles, personne exceptionnelle » (sont forts ces Guatémaltèques-Sino-Belges).

 

Oui, moi, Pasd’Bol, j’ai osé me regarder en face (dans le miroir prêté par Miss Bavarde) pour comprendre où le bât blessait. J’ai fait le bilan de mes qualités et de mes défauts pour connaître (et accepter) la personne que je suis vraiment, pour réaliser mes erreurs et avancer vers un monde nouveau.

 

En fait, le verdict est sans appel…si je suis seule et sans (presque) boulot, c’est que je suis juste trop ! A mi-chemin entre une déesse et Wonder Woman. Forcément, pas facile d’exister dans un monde d’humains normaux (au fait, vous les humains normaux qui me lisez, je vous aime hein !!)

 

Pour être heureux, il faut avoir confiance en soi et apprendre à s’aimer telle que l’on est (je féminise, vous me pardonnerez).

 

Et moi, j’ai bien envie de m’aimer car je suis :

 

  • Jeune et fraîche ! C’est vrai, ça fait un peu prétentieux du haut de mes 22 ans (même qu’on m’en donnerait moins, je sais, la vie est injuste), mais c’est une réalité. Pour moi une ride, c’est un truc de vieux. Alors forcément, ça fait peur aux recruteurs qui s’imaginent que je n’ai pas les épaules pour un poste à responsabilités et entraîne la jalousie des femmes…je comprends…

 

  • Ultra compétente. Ben oui, je suis la meilleure, c’est bien connu. La reine des communicantes. Alors du coup, tout le monde à peur que je leur pique la place, c’est pour ça qu’on ne me recrute pas, je dégage une aura trop forte ! Et pourquoi je ne me stabilise pas quand je trouve ? Simple, je suis tellement top que mes employeurs trouvent égoïste de me garder juste pour eux et décident de faire tourner mes compétences ! Simple comme tout s’explique !

 

  • Belle ! Les hommes aiment les rondes (en tout cas les culs, ça c’est prouvé), alors entre ma cellulite et mon air juvénile, les hommes n’osent pas m’aborder. D’une part, car ils se disent qu’une déesse comme moi ne peut être que mariée, de l’autre, car ils réalisent qu’ils ne sont sans doute pas à la hauteur. A être trop géniale, je file des complexes aux autres ! CQFD !

 

  • Drôle. D’ailleurs, je pense à moi et hahahahaha (désolée, ça me prend comme ça parfois, je suis si drôle que je me fais rire toute seule). Et c’est un frein à l’embauche tant d’humour ! Ben oui, en entreprise, on doit être productif. Je suis tellement bidonnante comme fille que je risque de déconcentrer mes collègues. Bien vu !

 

  • Un génie. Là, tout de suite, je réfléchis à une nouvelle théorie de la relativité. Le monde à besoin de moi, l’univers aussi, aucun homme ou recruteur n’a envie de se mettre en moi et le Nobel !

 

  • Unique… Pas besoin d’expliquer…je veux dire…c’est déjà bien assez évident non ?

 

  • Egocentrique. Oui je cite aussi les défauts. Mais bon, est-ce vraiment un défaut ? Non, en plus c’est ce qui me rend unique. Et comme je suis déjà géniale, je m’en fous…ça compte plus à ce niveau de staritude.

 

  • Une star en devenir. Demandez à tous les mecs lambdas qui ont vécu avec une star. C’est difficile de tenir quand la femme qu’on aime est adulée par des millions de gens. Je comprends mieux pourquoi M. Pasd’Bol est parti…c’était trop pour lui, il n’était pas taillé à la hauteur de ma staritude.

 

  • Exceptionnelle. Ben oui, moi je parle le chat ! Et vous ? Non ! Ben voilà…

 

  • Riche…de rêves ! Oui, c’est pas ça qui va me faire manger mais c’est ce qui me catalogue comme n’étant pas de ce monde. Et le monde du travail est tellement prosaïque…

 

  • La future reine du monde. D’ailleurs, je me donne 10 ans. Du coup, aucun homme n’ose m’approcher ou même avoir des envies cochonnes, on ne rigole pas avec le crime de lèse-majesté !

 

  • Trop sympa. La preuve vous continuez à me lire !!

 

Bref, ça explique bien des choses, de mes ruptures de contrat à mes ruptures de coeur. Forcément, je n’ai encore trouvé rien ni personne à ma mesure, c’est ballot ! Que faire pour enfin réussir ma vie ? Devenir plus quelconque ? Moins moi ? Pfff, pas drôle et puis j’ai pas envie d’essayer.

 

J’ai pas de mec, j’ai pas de boulot, j’ai pas d’argent…Mais je m’ai moi ! Et ça, je suis bien la seule à pouvoir m’en vanter !!

 

Comme quoi, se sentir bien dans sa peau, c’est pas si compliqué, il suffit juste de se regarder avec mes yeux !

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • comment sont les mecs guatémaltèques