De l’opportunité de l’emploi…

15 février 2012

opportunite.jpgJe sais, le titre est vraiment trompeur.

 

Non, je ne vais pas vous parler de ma dernière opportunité pour du travail (de toute façon c’est demain l’entretien) ou de quelle opportunité ça serait pour moi de travailler.

 

En fait, tout part d’un échange de mails que j’ai avec ma copine Arwen (tu connais pas Arwen la super modeuse ? Honte à toi et file sur son blog !) car j’ai réalisé combien j’avais de la chance d’être Rédactrice en chef adjointe de So Busy Girls (un webzine qu’il est trop bien avec du moi dedans).

 

C’est vrai ça, à force de lire des tas d’articles d’une quarantaine de blogueuses talentueuses, sur des thèmes très divers, mine de rien ça m’enrichit beaucoup (intellectuellement parlant au grand désespoir de ma banquière et de mes chats). Bon c’est vrai, j’ai tendance à en faire des tonnes sur ma ressemblance avec M.Patate, mais je ne suis pas si quiche que ça en termes de mode et d’actu beauté (20 ans de Elle dans les gencives, eh oui Madame !) Avec le webzine, je suis désormais à la pointe des dernières news ! Au point que je ne vois même plus l’intérêt de lire la presse féminine.

 

Un exemple ? Même plusieurs ! A la chandeleur, Maman Marmotte publiait chez SBG un article sur la déco à base de palettes…Je lis le Biba sorti vers le 5 ! Hop, un article de plusieurs pages sur cette tendance ! Enorme. Dans le même canard, je vois un article sur comment porter l’imprimé Navajo ! A qui je pense de suite ? A Valentine et son DIY génial qui a publié sur ce thème en janvier ! Idem, je repère de suite un article sur le retour des années 20 (que perso, je n’avais pas vu venir) et ça me rappelle l’article que j’ai relu de ma copine Arwen, justement, qui s’emparait d’un point détail de cette époque (me bluffant du même coup).

 

Bon, l’idée n’est pas de faire la critique des féminins papier (que je connais bien) qui ne cessent de changer de formule depuis 3-4 ans. De fait, pour tout vous dire, ça devait faire 3 mois que je n’en avais pas lu (oui, ça a encore eu le temps de changer en 3 mois) et j’ai eu l’impression de lire une version papier de la blogosphère (sans doute parce c’est ce qui marche et que c’est plus convivial et interactif – SBG power). Non, l’idée c’est que j’ai pris conscience que toutes ces infos (futiles mais tellement féminines), on me les servait désormais sur un plateau, et gratuitement en plus !

 

Le pied total ? Je les lis bien avant la mise en ligne (s’il y a un bon plan ou une astuce, je serai la première à le savoir…enfin après la rédactrice, hein). Et surtout, c’est souvent plus pointu que dans la presse écrite (sans doute dû à une plus grande liberté), notamment au niveau des produits. Par exemple, grâce à Beauté Coréenne, je découvre des produits topissime que je n’aurais sans doute jamais vu dans la presse papier. Et même s’il s’agit de produits ou marques plus classiques, je sais que j’aurai une vraie critique honnête et vécue sur laquelle m’appuyer (désormais la journaliste beauté est trop souvent cantonnée au rôle de passe-plat des grandes marques).

 

Bref, même bénévole, je suis vraiment privilégiée d’occuper cette fonction. Et même si c’est prenant (et crevant, je bosse jusqu’à tard pour le mag), je ne vous cache pas que je m’éclate. Combien de livres j’ai découvert ? Rien que le dernier publié par Douceur Littéraire me donne envie de foncer à la FNAC. Combien de conseils geek me servent pour mon blog ? Sans oublier les billets d’humeur/d’amour/d’humour…Plus besoin d’aller voir ailleurs (et de payer 2? pour moins bien).

 

Un jour, peut-être, ça sera un vrai métier avec des sous derrière (ça serait sympa, j’adore ma boss).

 

Pour l’instant je savoure…car ce que je ne vous dis pas, c’est que SBG m’offre surtout l’opportunité de faire de belles rencontres.

 

Logo SBG

Rendez-vous sur Hellocoton !