Des mots pour le dire !

18 avril 2013

PrincesseLes femmes sont des princesses. Des petites choses fragiles qui aiment le rose,  font « hi hi hi » quand un garçon leur parle, ne vont jamais aux toilettes et éternuent des paillettes. Ce fait est ACQUIS (et prouvé scientifiquement). Bon, elles s’autorisent parfois le droit d’être un peu chieuses sur les bords, mais croyez-moi messieurs, la vie de princesse n’est pas tous les jours facile (surtout avec le printemps et toutes ces paillettes à nettoyer).

Maintenant que j’ai enfoncé une porte ouverte, parlons d’une autre réalité moins connue et appelons un chat un chat (je m’arrête là mais sachez qu’en général j’ajoute une suite à cette phrase que la bienséance m’interdit d’écrire ici).

Il y a quelques mois, j’ai eu une conversation sans équivalence avec deux amis (qui m’est revenue cette nuit entre deux insomnies) dont un muni d’un pénis. Le mâle (un homme, un vrai, un tatoué) nous soutenait mordicus que les conversations de vestiaires étaient certainement bien plus trash que les discussions entre copines. Inutile de vous dire que mon amie et moi avons doucement rigolé…

Quelques jours plus tard, j’en reparle à une copine qui m’assène une vérité que nous connaissons toutes « les filles quand elles sont entre elles et se mettent à parler sexe, c’est vraiment hardcore, les mecs ne réalisent pas… » Parce que c’est vrai (shocking), les filles n’y vont pas avec le dos de la cuillère (sauf quand on nous le demande gentiment parce qu’on est souvent open à des trucs rigolos). Je me souviens d’une soirée entre copines justement où un homme qui n’aurait pas dû se trouver là nous a proposé de parler entre nous comme s’il était absent. Il paraît que ça l’a traumatisé…

On entend souvent parler des conversations des hommes entre eux, leurs dernières conquêtes, le fait d’avoir fait une nouvelle position (le premier qui a découvert la sodomie devient l’idole des troupes), la façon dont ils dominent les femelles en rut (« comment je lui ai mis la fièvre à cette chienne, elle en redemandait encore, whesh wesh ») à force de mimes et d’exagérations manifestes. Mais bon, en général, ça ne concerne que leurs plans cul ou des nanas qui ne leur semblent pas importantes. Car peu se permettent en réalité de parler comme ça de leur femme (sauf, sans doute, pour évoquer le nombre d’orgasmes probablement simulés). De l’image qu’en ont les femmes (mais qui m’a souvent été répétée par des amis masculins), ce genre de discussion n’a qu’un but : rassurer l’ego du mâle, se montrer en dominant du troupeau et jouer à qui a la plus grosse. Certes, ça ne valorise pas souvent la vision féminine, mais on se rend vite compte qu’elle n’est pas le véritable enjeu de la discussion, tout tourne autour de l’homme et de son gros engin car, il faut le dire, il n’est pas si sûr que ça de s’en servir correctement et aussi bien que ses potes.

Chez les filles, c’est vraiment différent…

Parler de cul est souvent un moment de partage (je généralise pas, certaines de mes amies sont très pudiques et n’abordent jamais ce sujet) joyeux et…exhaustif ! Là où l’homme se valorise, la femme aborde TOUS les détails ! Quel que soit le partenaire (d’un soir ou d’une vie), tout tout tout (vous saurez tout sur le zizi) est dit. Ça parle technique, anatomie, taille, position, sensualité, chiffres (« et toi, tu simules combien de fois dans le mois ? »), bizarreries, expériences nouvelles et même notation. Et de manière très crue (mais alors vraiment vraiment crue, même un boucher tournerait de l’œil). Sans doute parce qu’une femme est plus communautaire, elle partage avec les autres, apprends des autres et s’exprime sans fards pour aborder un truc qui lui semble naturel. Ça parle aussi amour, bien sûr, car les deux sont souvent liés dans notre tête, mais là où l’homme n’osera pas évoquer la brouette japonaise de la veille avec sa femme, celle-ci aura probablement déjà raconté à ses copines le détail de la performance de monsieur ainsi que la taille de la bête, ce qu’elle a ressenti et pensé (c’est triste à dire mais parfois elle aura songé à la liste des courses), les trucs qu’elle aime avec lui, ou pas, ajouté des détails sur son ex (le meilleur amant de sa vie), abordé ses fantasmes (à elle et à lui) et soumis la nouvelle expérience à l’approbation des personnes présentes. Là, je fais dans l’euphémisme. Les hommes peuvent se vanter sur bien des points auprès de leurs potes, ils ignorent que les copines de leur nana sont au courant de tellement de détails de leur intimité (et de leurs performances réelles dûment analysées et commentées) que, s’ils l’apprenaient, l’humanité serait condamnée à la procréation artificielle !

La femme est une princesse, c’est un fait…

…Mais qui sait ce que Blanche-Neige racontait à Cendrillon et la Belle au Bois Dormant lors des brunchs au château ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • borderlands 2 si celle que nous appelons rose portait un autre nom
  • cherche des mots cool pour parler entre amis