Drafte-moi !

21 avril 2012

draft-stamp-image.jpgPetite information essentielle pour tous mes lecteurs non bilingues ou non attachées de presse (veinards), un draft est un brouillon. Et alors ? Ne pouvais-je tout simplement écrire « brouillonne-moi ! », que tout le monde comprenne sans que j’aie besoin de préciser ? La réponse est non ! C’est que dans la communication (surtout les attachées de presse, je suis bien contente de ne plus en être une), on se la raconte pas mal et on fout des anglicismes partout. Donc, on ne rédige pas un premier brouillon du communiqué de presse à faire pour la fin de la semaine, on fait fissa un draft V1 pour le CP à rendre ASAP, en faisant gaffe car le thème est trop touchy.

 

Comme son nom l’indique, le draft, ou le brouillon, est rarement la version finale. C’est une proposition (et non une simple ébauche) qui sera amenée à être modifiée par les personnes susceptibles de la lire (et dans la communication, la version finale est souvent la V3 ou la V4). Le draft n’existe pas par lui même, c’est un concept évolutif tributaire du regard des autres (y compris le sien propre) et des conditions extérieures. Sauf coup de bol et éclair de génie, un draft n’est jamais parfait. Néanmoins, le draft est une excellente base qui, une fois expurgé des fautes, phrases inutiles et non impactantes, paragraphes pas hyper intéressants, permet de fournir une oeuvre finale géniale qui fera date et dont on sera fier (fière en ce qui me concerne).

 

Ce qui est applicable à un texte professionnel ou un dessin est également applicable à la vie. Aux relations amoureuses plus précisément. On a tous (du moins je l’espère), vécu une relation superbe (du moins avant la fin), qui nous a marqué pour la vie et qui reste une référence, le mètre étalon de l’amour. Puis on a aussi connu une relation pas forcément épanouissante, très en deçà de nos rêves, dont on se contentait faute de mieux, pour ne pas être seul, par sentiment aussi (ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain) mais dont nous savions qu’elle aurait une fin (même si elle a pu durer dans le temps).

 

Plutôt que de se dire qu’on a perdu son temps dans un truc qui, au final, n’en valait pas le coup, il vaut mieux l’envisager comme un draft. Après tout, nous avons tous fait des erreurs dans la vie et appris à en tirer le positif pour avancer. Là c’est pareil. Sachez-voir ce que cette relation draft a en fait de génial pour votre futur amoureux !

 

  • Vous avez pu, sans le moindre scrupule, laissé court à votre tempérament colérique, vous y êtes allé(e) à fond drama queen (king)…ça fait du bien et vous serez soulagé pour les 20 ans à venir (vous serez un ange de patience pour le suivant).

 

  • Cela vous a permis de réaliser ce que vous vouliez et ce que vous ne vouliez pas. Vous partez sur une meilleure base pour la prochaine relation.

 

  • Vous aviez accepté tout et n’importe quoi pour que ça marche ? Vous comprenez enfin l’importance d’avoir un orgueil et un peu de dignité. C’est indispensable pour une relation saine.

 

  • Vous avez pu faire des tests psychologiques pour jauger le fonctionnement masculin ou féminin (oui je donne dans l’unisexe aujourd’hui) : Si je dis ça, l’autre réagit comme ça, hop, ça, ça marche pas, si je casse la Wii, il pleure…bref, un enseignement ultra précieux que vous n’auriez pu avoir avec l’homme de votre vie avant plusieurs années de vie commune. On peut, dès le début considérer son draft comme une expérience scientifique.

 

  • Comme pendant une recherche d’emploi, vous avez peur de devoir expliquer une grande période d’inactivité au recruteur ? Hop, le draft est le CDD du CV amoureux, il comble les trous (pas de jeu de mot graveleux, s’pa mon genre) et rassure la personne en face de vous.

 

  • Vous avez revu vos critères de sélection à la hausse : mieux vaut être seul que mal accompagné.

 

  • On se remet à rêver du grand amour (forcément avec quelqu’un de complètement différent).

 

  • Ca permet d’oublier son ex (vous savez, le mètre étalon).

 

  • Ca permet aussi d’enrichir sa vie sociale (forcément, la relation étant médiocre, on a besoin de sortir et d’avoir plein d’amis).

 

Vous le voyez, on a tout à gagner à faire un draft, car c’est ce qui vous permettra d’atteindre enfin le Graal recherché : la relation amoureuse géniale, faite pour vous qui ne souffre aucun doute ou aucune modification. La seule chose qu’on y perd au final c’est…du temps (on a rien sans rien). Et j’ai le regret de vous annoncer que, parfois, comme dans la communication, il faut plusieurs drafts avant d’obtenir l’oeuvre parfaite de notre vie. Mais au final, on y arrive toujours, il ne faut pas se décourager, rien de vaut la persévérence et la confiance en soi.

 

La déception doit mener à l’espoir, l’erreur doit mener à la réussite et le tocard doit mener à Mr Big !

Rendez-vous sur Hellocoton !