Encore un…

5 juin 2011

supermarche.jpgUn quoi ? Un rêve tordu pardi !

 

Bon, je vous la fais courte (c’est dimanche soir, je suis flappie).

 

J’étais dans un grand supermarché avec ma copine Miss Bavarde…qui était blonde et peu causante. Je sais, rien que là j’aurais dû comprendre.

 

Bref, on se rappelait le bon temps quand on s’était connues en colonie de vacances (bon, je l’ai rencontrée y a 3 mois mais passons) et que nous étions inséparables. En vertu de cette amitié que rien ne pouvait briser, j’avais juré de l’aider quoi qu’il arrive. Et là…elle en avait bien besoin car sa famille avait fait faillite. J’avais donc proposé de racheter ses deux chevaux (dont je ne savais que faire mais je voulais tellement l’aider). Seulement voilà, elle me fait la tête et refuse de me parler. Je lui demande donc ce que j’ai fait de mal. Elle ne veut plus rien me dire, elle est en colère.

 

Arrivées à la caisse, je réalise que la caissière est Monia des ex What For (et actuelle pétasse des Anges de la Téléréalité). Mais, c’était surtout notre ennemie jurée à la colonie, à Bavarde et moi ! Horreur ! Et là, elle en profite pour refuser d’encaisser mes chevaux (déjà que je n’avais pas assez) et déverse sa bile. Elle me dit que je suis censée savoir pourquoi Miss Bavarde m’en veut, que je sais très bien ce qu’on me reproche…j’ai beau réfléchir mais je ne vois pas. Et au bout d’une intense réflexion, je trouve.

 

Une vieille histoire de la colo ressort. Il y avait eu vol d’argent et, semble t-il, j’étais soupçonnée d’avoir dénoncé la voleuse (une copine de Monia). Je jure que je n’y suis pour rien, et, en plus, c’était une voleuse, qu’y puis-je si elle s’est faite prendre ?

 

Déception…la Bavarde, ma meilleure copine d’enfance, prend son parti ! Et me dit qu’elle m’avait toujours soupçonnée d’avoir prévenu les gendarmes, qu’elle a honte de moi. Pourtant, je n’y suis pour rien. Miss Bavarde me plante là, et je me retrouve à aller chercher ses chevaux dans le supermarché. Mais je dois la retrouver dans l’amphithéâtre (je sais, le supermarché était bizarrement fait) entre tous les fétards, les partouzeurs et les drogués. Je l’appelle sur son portable, elle me répond qu’elle ne veut plus jamais me voir et coupe son téléphone.

 

Du coup, je pars avec mes chevaux voir Monia pour la convaincre, peut-être pourra t-elle arranger les choses. Mais c’est pas gagné, elle me hait.

 

Enfin je me réveille !

 

Ce qui m’a le plus perturbée dans ce rêve ? Pas qu’on me reproche des choses que je n’ai pas faites. Mais que mon cervau tordu s’oblige, en carburant à mort, à trouver une réponse (alors que je ne savais vraiment pas ce qu’on me reprochait !) et de créer vite fait une histoire bancale de toutes pièces afin de pouvoir poursuivre ce rêve bizarre.

 

Même mon cerveau joue contre moi !

Rendez-vous sur Hellocoton !