Et si on s’appelait ?

19 mars 2013

appelle-moiNon Lecteur, je ne compte pas te donner mon numéro de téléphone (ou le code de ma Visa), je t’aime bien mais il ne faudrait pas abuser. Déjà que je suis sympa et que j’en suis à deux articles par jour…

Aujourd’hui, mon cerveau s’est éclairé (c’est l’heure de son réveil) et une réflexion m’a traversée l’esprit. Pourquoi les femmes célibataires sont-elles toutes, quasi systématiquement, dans l’attente ? Pas l’attente du Prince Charmant, entendons-nous bien, mais du fameux coup de téléphone ! Celui qui te montre que le monsieur en face, célibataire également (ou très menteur, ça arrive) te manifeste un minimum d’intérêt. Parce que bon, les hommes célibataires aussi cherchent leur moitié, font de nouvelles rencontres et espèrent avoir un déclic qui se concrétisera en quelque chose. Mais dès qu’ils semblent avoir ledit déclic, s’ils se prennent certainement la tête autant que nous, ils ne donnent pas l’impression d’attendre désespérément un appel, mail, contact FB, bref, ils vivent leur vie sur l’air de « que sera sera ». Sans doute est-ce différent quand ils sont en couple et que leur moitié manifeste des signes d’éloignement, mais après une rencontre, ils sont plus zen.

Voyons le contexte, une fille (et avant de vous emballer les gens, je précise que je fais un cas général et certainement pas personnel) rencontre un garçon (contexte divers : via AUM, sortie entre amis, au rayon bricolage de Leroy Merlin, dans les toilettes d’un bar…) et le courant semble bien passer. La petite étincelle qu’on attend tous luit timidement. Du moins c’est ce qu’elle se dit (à moins d’être médium, il est très difficile de savoir que ce pense l’autre en vrai). Vient ensuite la fin de la rencontre, les échanges de téléphones ou autre contacts via réseaux sociaux (faut savoir être moderne) et chacun rentre chez soi avec des étoiles (ou pas) dans la tête. Et là, l’attente commence : va t-il me contacter ? Si oui, va t-il me proposer de me revoir pour autre chose que la soirée de gala de sa boite où il compte inviter ses 100 000 amis Facebook histoire de montrer à son boss qu’il a ramené du monde, ou me demander de passer son CV ? Derrière ses interrogations, la fille ne se pose qu’une seule véritable question : est-ce que je lui plais ou je me suis encore fait un film toute seule dans ma tête ? Nul doute qu’un garçon se pose la même question mais lui ne va déprimer derrière son téléphone ou son écran un pot de Nutella dans chaque main !

Pourtant on le sait toutes, attendre, c’est le mal ! Et ça ne fait pas passer le temps plus vite. Mais on le fait quand même en trouvant des tas d’excuses : si ça se trouve il est très occupé, il bosse trop ou, mieux, il a percuté un camion et il est actuellement dans le coma ! Tout, plutôt que d’affronter l’horrible vérité : s’il ne te contacte pas dans la semaine d’une manière ou d’une autre c’est qu’en fait tu peux ranger ton étincelle au rayon pétard mouillé !

Un petit exemple qui en dit long. Lors de ma rencontre avec MEX (long time ago), il y avait une étincelle (option feu de forêt). Je n’avais qu’une hâte, le revoir à nouveau (alors que je ne lui avais pas donné mon numéro, ni rien, les portables et les réseaux sociaux n’existant pas). Pourtant, trois jours plus tard, dring dring, il m’appelle pour me proposer un rdv dans un restaurant, pile la cuisine que j’aime. Autrement dit, il avait remué la terre entière pour obtenir mon numéro de téléphone et s’était renseigné au préalable sur le type de cuisine qui pourrait me plaire. Et, ça, Ladies, c’est la preuve qu’un mec un minimum intéressé se bouge un tantinet le popotin !

Je vous entends les hommes…mais pourquoi la demoiselle ne prendrait pas son courage à deux mains pour appeler le monsieur et lui proposer une nouvelle rencontre ? C’est vrai ça, pourquoi ? Parce que messieurs, nous préférons de loin envoyer des signaux de fumée aussi subtils et tordus que Tree of Life. En gros, je te montre que tu me plais en te souriant comme une dinde, quitte à effleurer ton bras viril pendant que je me bidonne sur tes blagues à deux balles et je suis assez gentille pour ton donner mon tel ! Car ne croyez pas qu’une dame lâche son numéro auprès de tous les bellâtres inconnus qui lui semblent sympathiques. Non, quand elle le fait, c’est qu’elle espère revoir la personne en tête à tête (et plus si affinités). En plus, si ça peut vous rassurer, sachez que j’ai déjà pris mon courage à deux mains plus d’une fois. Vu les résultats, je me dis que me morfondre derrière mon clavier est meilleur pour mon ego…

Evidemment, après avoir trouvé toutes les excuses possibles, la fille commence à se remettre salement en question (notez que c’est rarement le cas d’un mec). Pourquoi je ne lui plais pas alors qu’on semblait si bien s’entendre ? Est-ce que j’ai dit ou fait quelque chose qui l’a fait fuir ? Il a senti que j’étais désespérée, c’est ça ? Oh, merde, il a lu mon blog ? Avec la conclusion qui s’impose : je suis nulle et je ne trouverais jamais personne (oui la fille est masochiste de base d’où le succès de Fifty Shades of Grey). Ça, c’est dans le meilleur des cas, le pire étant quand la fille se met à harceler ledit garçon dans l’espoir de se rappeler à son bon souvenir (un conseil, ne faites JAMAIS ça, c’est aussi inutile que ridicule…true story).

La preuve en chanson vu que ce sont les femmes qui en parlent le mieux (les hommes chantant surtout leur amour pour leur ex qui s’est barrée à l’exception de Francis Lalanne qui veut qu’on pense à lui) :

1) Carly Rae Jepsen qui nous a fait danser tout l’été (parce qu’on s’est TOUTES reconnues dans cette chanson)

2) Blondie, toujours un hit

3) Françoise Hardy qui reste aussi bloquée sur son téléphone (ok, c’est écrit par Michel Berger mais ce type avait avait vrai don pour comprendre l’esprit féminin)

Le drame c’est quand le téléphone sonne enfin et que vous parlez de tout sauf de ce qui vous intéresse : on se revoit quand ? Vite ? Et qu’au lieu d’entendre la phrase magique « ça te dirait un ciné/verre/resto/d’aller voir l’imprimeur pour nos faire-part de mariage ? », la discussion se termine par « Bon à un de ces quatre/ A plus /Salut la nana, que je convoite m’attend ».

On pourrait penser qu’avec l’âge, on comprend certaines choses, qu’on relativise à mort et qu’on arrête enfin de se prendre la tête pour pas grand’chose.

Hélas, en amour les filles auront toujours 15 ans dans leur tête !

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • au cas ou on sappelerait