Etre grand, ça craint !

27 décembre 2012

peter-pan.jpgQuelle meilleure période de l’année pour tomber en pleine régression ? C’est Noël, la fête, les cadeaux et même les téléfilms sur M6 nous expliquent que les hommes sont amour et qu’il y a toujours un happy end à la clé. Bref, on a envie de croire au gros bonhomme rouge, de se pelotonner au coeur de la couette avec un bon chocolat chaud à portée de main (et si possible quelques guimauves fondantes) et de se laisser dorloter afin d’oublier, un instant, la rigueur de l’hiver et de la crise économique.

 

Evidemment, la regression absolue c’est l’arrivée d’une maman chez soi pendant les fêtes…

 

Dans une vie, on passe souvent par plusieurs phases concernant la grande sollicitude de sa mère. L’enfance où l’on est totalement collée à elle comme une moule à son rocher, l’adolescence où l’on a sorti le pied de biche et où toute initiative maternelle nous fait hurler (« Tiens Chouchou, je t’ai tricoté un pull mauve et marron pour que tu puisses aller au pique-nique avec tes petits camarades de classe. Il est bien chaud »), la post-adolescence, souvent synonyme d’études ou de début de vie professionnelle, où l’on est bien contente de vivre loin de la maison tout en profitant pleinement des week-ends pour faire laver et repasser son linge, la construction de sa vie d’adulte où l’on s’agace vite de voir maman payer vos courses alors que vous gagnez très bien votre vie…et enfin la phase de la sagesse : celle où tu renonces et tu laisses faire. Cette phase est encore plus marquée quand tu es célibataire et au chômage, sache-le Lecteur.

 

Toutefois, c’est dans ces moments-là, bien que temporaires, que tu te dis que la vie d’adulte, c’est surfait (comme tu es en totale régression ce n’est d’ailleurs pas ce que tu dis, en fait c’est plutôt « Etre grand c’est tout pourri, je veux rester tout petit »). En effet, pendant quelques jours, ta seule responsabilité à gérer c’est te lever le matin (quand tu veux) et te laver (si tu veux). Et entre les deux ? Tu manges !

 

La différence vie d’adulte/vie de régressif est de suite flagrante. Déjà elle se sent…littéralement. Forcément, ton sol est propre, tes vitres sont faites et ça sent la javel et le produit à fleurs St Marc partout dans l’appart ! De la magie ! Tu l’a rêvé, ta mère le fait !! Adieu poussière, crasse et odeur de rance. Bien sûr, tu pourrais en profiter pour regarder attentivement ta mère passer le balai et apprendre une bonne fois pour toutes comment ce grand machin à poils marche. Mais connaissez-vous beaucoup d’enfants que ça fascine ? Non ! D’habitude, ils regardent les Pokémons ou Dora pendant que maman s’échine. Que faire quand on est régressif ? Regarder Canon en 10 leçons sur MTV, c’est idéal. Mais ne pas oublier d’admirer le travail une fois fait (et suggérer de passer sous le canapé on se sait jamais ce qui peut traîner comme saletés). Grâce à ma Sorcière Bien Aimée, tu ne remues même pas le nez que ta litière est propre ! Abracadabramama ! Ce qui marche aussi pour les trous dans la doublure du manteau ou le store cassé. Eh hop !

 

Quand tu es enfant ou même ado, tu ne te demandes jamais de quoi demain sera fait et si tu manqueras de nourriture un jour. Si tu as faim, tu ouvres le placard ou le frigo, tu te sers et puis c’est tout. En général, tu as de la chance, un petit elfe pense toujours à y placer des aliments qui te feront plaisir comme un pot de Nutella, des crêpes, du Coca, et j’en passe. Mais quand tu a goûté à la difficile vie d’adulte autonome, tu sais qu’il faut trimer dur pour te payer tout ça (en plus, tu fais forcément attention à ta ligne qui te demande plus d’efforts avec l’âge), tu n’as pas la garantie de garder ton toit, ton boulot, ton mec, ta culotte… Oui grandir c’est du stress en permanence, alors faire les courses ce n’est pas toujours ta priorité. Vis ma vie d’adulte régressif te présente : le réfrigérateur magique ! Comme un téléfilm de Noël, il se passe des choses féeriques qui subliment ton quotidien. Tu as fait un voeu et le génie TGV l’a réalisé : ton frigo tout vide est devenu tout plein ! Bon, le problème avec les voeux c’est l’effet boomerang. Là, tu cours le risque de prendre 25kg d’ici le départ du trop généreux génie…

 

Que tu aies faim, froid, bobo, dodo…inutile de t’en faire, en 5 secondes tu seras couvée comme un oeuf en or, gâtée et bichonnée sans même avoir à le demander.

 

Bonjour insouciance, c’est l’occasion de ne penser qu’à toi et de te laisser aller. Il faut avouer quand on n’a plus l’habitude, ça fait du bien. On met ses soucis au placard, on profite de l’instant et on se repose vraiment en redoutant le moment où la parenthèse adulescente va éclater et nous parachuter de nouveau sur la galère qui vogue en mer agitée. D’ailleurs, tout n’est pas parfait puisque régresser c’est aussi accepter les inconvénients qui vont avec (« les fais-ci », « fais-ça » et autres « tu devrais »). Mais une fois de temps en temps, c’est tellement agréable d’oublier que la vie est un combat qu’on doit mener toute seule.

 

 

Moi quand je serai grande, je veux faire Peter Pan !

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • quand ton frigo est vide tu fais quoi si tu a faim?