Flashback

18 mai 2012

flashback.jpgIl y a encore un instant, enfin une heure environ, j’étais en train de prendre un pied d’enfer en (wait for it) matant le season finale de Community (Dieu que c’est bon). Seulement, j’ai été comme frappée par la foudre. Un simple geste m’a rappelé d’un coup d’un seul mon rêve de cette nuit dans les moindres détails. Et ce rêve était si perturbant que je l’ai effacé de ma mémoire à la sonnerie du réveil…moi qui me rappelle toujours de mes rêves !

 

Vous avez l’habitude de mes rêves tordus, même si, sevrage médicamenteux aidant, cela fait longtemps que je ne vous avais plus raconté mes aventures nocturnes. Et pour cause, mes rêves étaient relativement normaux…

 

Là, je vous laisse juge (je vous préviens, les décodeurs de rêves vont s’en donner à coeur joie).

 

J’étais coincée dans une ferme abandonnée (ça commence bien) avec je ne sais qui (de toute façon, j’ai lu quelque part que toute personne autre présente dans un rêve n’est qu’une nouvelle expression de soi-même). D’ailleurs, le coin où j’étais était aussi abandonné…il y avait la ferme et c’est tout. En tout cas, Moi Bis et Moi devions absolument trouver à manger (et à boire) pour sauver des enfants (ne cherchez pas, je n’ai jamais dit que ça serait cohérent) mais aussi mes chats. La situation était critique, nous étions paniqués (Moi Bis étant un moi avec pénis), pressés, sales et affamés.

 

Soudain, la vache maigre (osseuse même) a commencer à mugir à côté de moi (pouf, la vache qui apparaît comme par magie). Elle semble mal en point (j’ai de la peine pour elle car j’ai peur qu’elle y passe dans les minutes à venir) mais peut peut-être nous sauver.

 

Moi Bis me dit « dépêche-toi de prendre son pis ! », et comme je suis un peu lente, j’ai du mal à comprendre de quoi il cause (le stress c’est pas bon pour mon cerveau, ça le ralentit surtout quand je dors). Heureusement, la vache a compris, elle se retourne et me montre son pis (même sur le point de claquer, c’était une vache bien urbaine). Moi Bis hurle « trouve un seau où on va perdre tout le lait. Viiite occupe-toi du pis ». C’était une bonne recommandation, car le pis se met à se traire tout seul. Or, ce liquide nous est vital, on ne peut se permettre d’en perdre une goutte.

 

Moi Bis me jette un seau et j’attrape le pis suintant de la vache. Le seau s’est donc rempli en un éclair…de colustrum ! Je sais, c’est aussi bizarre que beurk, je vous le concède. D’ailleurs, j’étais aussi un peu écoeurée à la vue du seau. Mais j’ai attribué ce phénomène à la mauvaise santé de la vache. Et puis ce n’était que la première traite. Après tout, je n’avais utilisé qu’une mamelle, il en restait encore…une. Oui, c’était un pis à deux mamelles, mais bon, ma vache était déjà suffisament mal en point sans en plus me moquer de son anormalité physique (en plus elle allait sans doute mourir en voulant nous aider, c’était pas le moment de me foutre de son pis bizarre).

 

Regardant notre seau, Moi Bis et Moi, avons vite convenu qu’on ne pouvait rapporter ça. Ok, le colustrum a des vertus, mais nous avions aussi nos limites.

 

Du coup, j’ai retrait la vache. Et là, c’est vraiment bizarre. Foin de colustrum…c’était de la crème fraîche très épaisse (tout ou rien avec cette vache). Imaginez un seau rempli de crème…c’est appétissant mais surtout écoeurant. Et puis, pour réussir à sauver tout le monde, il nous fallait un liquide nourrissant, donc la crème ça n’allait pas.

 

C’est là que nous avons compris qu’il fallait mélanger le colostrum beurk à la crème pour faire du lait. Problème, au moment de mélanger, j’ai renversé une bonne partie du colostrum par terre…qu’avais-je fait ?? J’étais en panique. Heureusement il en restait un peu que nous avons mis dans la crème pour la liquéfier. Ce n’était pas assez, j’ai donc cherché un robinet, sûre que nous arrivions à créer du lait et à nous en sortir.

 

J’ai trouvé le robinet (derrière la botte de paille) et…le réveil a sonné. Sitôt les yeux ouverts, j’ai tout oublié jusqu’à ce soir.

 

Je n’ai aucune idée de ce que ça signifie, mais je sais que j’ai déprimé toute la journée et que cet état d’esprit à commencé au réveil.

 

Maintenant, j’ai un peu peur de me coucher (et si j’apprends qu’il est arrivé malheur à cette pauvre vache, je fais quoi ??)

 

Y a t-il un psy dans la salle ?

Rendez-vous sur Hellocoton !