Fumer tue mais lire nuit !

17 février 2014

amour vieLe célibat quand on aborde la trentaine, c’est vraiment le mal du siècle. Ca et le manque de thunes, de job, la crise, l’individualisme, la lâcheté…Bon, ok, tout est mal ! Vous avez de la chance, je peux vous parler de tout ça ! Mais aujourd’hui, ça sera le célibat, je n’ai pas l’intention d’écrire un livre La vie selon Pasd’Bol. Bref, tout ça pour dire qu’on a perdu nos repères, qu’on s’est noyé dans la masse consumériste de la vie au point de ne plus savoir qui on est ou parfois, même, ce que l’on pense, et l’on recherche en vain des réponses en levant les yeux vers le ciel.

La magie d’Internet, c’est qu’on peut y trouver tout et n’importe quoi, notamment des conseils donnés par des pseudo spécialistes, mais rarement des réponses. Il n’y a qu’à voir le nombre de requêtes qui mènent ici sur le sujet « comment me faire aimer », « comment le faire craquer », « comment le séduire si je suis ronde » ou « peut-on masser ses testicules à l’huile d’argan ». Les gens sont dans une quête désespérée d’amour mais ne savent même plus comment marchent les relations humaines. Malheureusement pour eux, je ne prétends rien savoir, je suis aussi perdue qu’eux et me contente de partager mes expériences, parfois franchement drôles, parfois douces-amères. Las, certains se revendiquent comme spécialistes et assènent leur vérité à qui veut bien lire, ou croire, quand ils ne font pas leur beurre de ce marché du désespoir très juteux. L’amour est devenu au Net (sites, forums, e-books, blogs), ce que la santé est à Doctissimo. On y lit tout et son contraire, ce qui entraîne encore plus de confusion et de désarroi quand on ne cherchait à la base qu’à retrouver son chemin. Mais il n’y a pas que le Net, nos librairies regorgent de guides écrits par des « experts » dont le but est de nous coacher pour retrouver l’âme soeur, vivre en harmonie avec l’autre et avec soi.

Le souci c’est qu’on perd non seulement du temps, souvent de l’argent, avec des conseils qui sont au mieux issus du simple bon sens (« restez vous mêmes ! » sérieusement ? Même ma grand-mère aurait pu la sortir et pourtant elle n’est pas très finaude la pauvrette), au pire qui frisent le ridicule (« soyez sexy et sucez-le tous les jours »…si même ELLE le dit !), mais on y perd essentiellement un bout de son cerveau, et, j’ose le dire, de son innocence émotionnelle. Vous vous rappelez quand on était enfant ? On aimait, on n’aimait pas, on ne se posait pas 36 000 questions, on demandait « tu veux être mon amoureux ? », il disait oui et on se faisait des bisous cachés dans la cour, il disait non et on pleurait jusqu’au prochain crush. Le summum de la stratégie étant d’envoyer une copine pour savoir si on lui plaisait bien, ou de lui offrir un coeur à son anniversaire. On ne lisait pas des tonnes de trucs pour savoir comment se comporter, comment le manipuler, savoir ce qui était bien, pas bien, qui on était au fond pour valoriser nos points forts…On y allait à l’instinct et en toute innocence donc.

D’ailleurs en parlant d’instinct, il y a même des guides pour vous expliquer qu’il faut le suivre ! C’est dire l’ampleur du phénomène (ah bon, vraiment ? Je dois écouter mon coeur et savoir ce qui est bon pour moi ?). Parce qu’à force d’écouter tout et n’importe quoi, on ne sait même plus s’écouter soi. Le hic, c’est qu’on entend tout et son contraire, comment s’y retrouver ? « Hey, t’as vu sur www.commentlerendrefoudemoipourtoutelavie.com, ils disent qu’il faut laisser parler son coeur et s’assumer telle que l’on est ! » « Ah bah dans mon e-book Comment Choper le Père de mes Enfants, ils racontent qu’on doit rester mystérieuse et inaccessible ! ». On doit donc rester nous-même tout en étant super géniale, sincère en étant une proie qu’on chasse, faire le premier pas mais ne jamais rien proposer la première, être sexy mais ne rien dévoiler, pratiquer le fuis-moi je te suis suis-moi je te fuis tout en étant super proche. Et pour l’implosion du cerveau, on fait quoi ? Pas grave, il y a aussi des conseils pour t’apprendre que tu dois être intelligente mais pas trop. Notez que je mets cet article au féminin, mais il est tout aussi applicable aux hommes, y a pas de raisons que ça soit les mêmes qui flippent de ne jamais trouver l’amour. Les love coaches ne sont pas sectaires, ils s’adressent à tous les genres. Promis, je vais alterner et opter pour le neutre.

Du coup on se met trois fois plus la rate au court-bouillon car on ne sait pas quoi faire, qu’on a peur de se planter ou de s’être trompé vu que, selon les guides, on fait toujours tout mal. Car tous ces conseils, au lieu de nous aider nous culpabilisent ! Si on est seuls, c’est un peu de notre faute non ? Parce qu’on n’a pas fait ce qu’il fallait ! Heureusement, les spécialistes (psy, coach, barman, agence de rencontres) sont là pour nous aider (on est même prêts à payer pour suivre la bonne parole, mais il y a des trucs gratuits sur le Net, y compris les conseils de personnes bien intentionnées qui ne se basent que sur leur vécu perso sans autre expérience de la vie).

Ce qui est curieux quand on est un poil désespéré (hey, je ne vous juge pas les gens, moi aussi j’ai lu des tas de guides ! Et j’ai encore moins de chance de me caser que vous donc bon…), c’est que sur le moment, ce genre de lectures nous fait du bien. On a l’impression d’avoir trouvé le Graal, la solution à tous nos maux. On se retrouve clairement dans la lecture (vu que nous sommes tous paumés de la même façon, il est facile de s’identifier à un profil type un peu bateau). On se dit « Aaaah, c’est tout moi, voilà pourquoi je suis seule ! Ils sont géniaux ces conseils, ça va transformer ma vie ! », et comme ça ne change pas grand chose au final (mais c’est sans doute notre faute, on ne doit pas suivre le guide comme il faut), on cumule les lectures du genre. Et rebelote, Graal, tout ça, mais la sensation de bien-être s’atténue de plus en plus vite, il nous faut un nouveau shoot de pensée magique ! Hop là, tu la vois venir la dépression Lecteur ? Au final, tu pleures dans ton grand lit vide sur l’échec de ta vie amoureuse dont tu es le seul responsable car tu n’as pas cru assez fort à tes nouveaux gourous. Oui, je l’affirme, on peut virer suicidaire après la lecture d’un guide sur la pensée positive et le carpe diem, car si on reste célib’ après tout ça, c’est qu’on est forcément nul et incapable de pavenir à se faire aimer. Pourtant, on l’aurait juré, on a suivi toutes les recommandations à la lettre !

Seulement la vie ce n’est pas un livre, sinon je serais l’héroïne d’un roman de Jane Austen depuis très longtemps déjà. On a perdu la clé de nos rêves, de nos pensées, de la vie avec les autres ou avec nous. On croit savoir, mais c’est un leurre noyé dans la masse d’informations qu’on vient quêter chaque jour la langue pendante avec des étoiles plein les yeux. On ne croit plus au prince (marche au féminin) charmant, mais on aimerait bien qu’il vienne quand même, on ne vise que l’étincelle mais on est incapable de voir le bonheur à portée de main vu qu’on ne sait plus à quoi ça ressemble, on crie notre joie d’être célibataire et fière (fier) de l’être mais on assume si peu qu’on remplit notre agenda comme celui d’un ministre sous exta.

L’autre problème (et là, il vient bien de nous), c’est qu’il nous faut de l’immédiat et des certitudes. Je veux l’amour maintenant et je veux être sûr qu’il va frapper à ma porte demain. On ne veut plus attendre de voir ce que la vie nous réserve. On nous l’a bien assez dit, elle est courte et ça serait dommage de mourir seul. J’avais une copine qui m’a sorti un jour « Je vais aller chez un psy car je suis perdue…pas besoin d’y rester longtemps, il me filera une méthode et tout ira mieux ! Tu connais la méthode Coué au fait ? ». Véridique et affligeant…Vivre au présent a certes des qualités mais si on n’arrive plus à croire en demain à quoi bon ? L’amour est devenu un produit de consommation comme un autre qu’on espère acheter à coups de guides clé en main.

Je n’ai aucune solution à proposer (et vous l’aurez compris, je suis assez en rogne), je partage un peu de mes moments les plus drôles, à charge pour chacun d’en faire ce qu’il veut. Au moins, ça ne vous coûte pas un rond (on ne peut pas tout avoir, soyez raisonnables). Personne n’a à dire à personne comment vivre, ressentir ou penser (et moi encore moins, j’ai déjà bien du mal à gérer mes multiples personnalités). L’amour, ça vient, ça ne vient pas, c’est comme ça, tout ce que je sais c’est qu’il faut continuer d’y croire même si ça semble désespéré et improbable. Il y a des trucs qui ne s’expliquent pas. Mais je ne crois pas aux guides de vie (je ne crois qu’au Père Noël et c’est déjà pas mal) et parfois il est bon de décrocher pour mieux se retrouver.

Maintenant, si tu es un nouveau venu sur VMG, j’ai quand même un conseil (et un bon) pour toi :

Allez viens, on est bien !

Rendez-vous sur Hellocoton !