Girls wanna have fun !

21 mars 2012

fun.jpgVais-je vous parler de ma passion pour Cindy Lauper ? Pas loin ! Après tout, cette brave Cindy avait bien raison dans les années 80 (une visionnaire, ça on ne le dit pas assez), girls, they wanna have fun !

 

En dehors du fait que je chante assez régulièrement cette chanson lors des soirées karaoké de mon meilleur ami, j’ai récemment dû m’interroger sur le sens profond des paroles du fait de mon nouveau statut de célibattante trentenaire.

 

Tout part d’une discussion avec mon ex coloc (un jour je vous parlerais d’elle). « Comment ??? T’es plus avec ta blonde ?? Maintenant il faut que tu t’amuses avant de songer à te remettre dans une relation ! » En quoi j’ai répondu que m’amuser, ben je savais pas faire ! Ca m’a donné à réfléchir…

 

Suis-je une nana fun ? Une qui se moque des codes, qui ne songe qu’à s’éclater, qui sait profiter de l’instant et prendre le plaisir où il vient, qui arrive à se lâcher…bref, une qui vit à fond sans se soucier du reste. C’est triste à dire, mais la réponse est non. Pas que je sois la dernière à cracher sur une soirée avec des amis, voire à rouler sous la table ivre morte en rigolant comme une baleine en raconte Paf le chien. Demandez à mon meilleur ami comment j’ai mis le feu à son mariage !

 

En tant que moi, si, je suis fun. La reine de la night ! C’est en tant que célibataire de 30 ans assumée et libéré que ça se gâte…

 

Non que j’émette la moindre critique contre les nanas qui s’amusent, qui profitent de leur vie de célib’, qui papillonnent sans se prendre la tête, sans conséquence. Pire, je les envie ! Car ça, je ne sais pas faire ! Quand je vois mes copines qui se laissent aller, ont des aventures sans lendemain, et se sentent bien dans leur peau, je me dis souvent « rhaaa si seulement j’en étais capable ». J’voudrais bien, mais j’peux point ! La référence à Annie Cordie n’est d’ailleurs pas fortuite puisque j’ai certainement autant de Sex Appeal et autant d’âge dans ma tête. 

 

Pourtant, je ne suis pas plus bête qu’une autre, je vois bien l’intérêt de mettre plein de fun dans une vie vide de couple. Tu t’amuses (tu restes jeune et t’as le sourire), tu prends confiance en toi, ton corps et ton pouvoir de séduction, tu apprends à lâcher prise (ton prochain mec te dira merci), tu découvres des tas de positions nouvelles qui te seront bien utiles un jour, tu fais le deuil des relations passées et tu prépares le terrain de celle à venir, et, qui sait, tu tomberas peut-être sur une belle histoire en court de route. Tout ça en te faisant du bien !

 

Et pendant que mes camarades s’amusent, moi je me périme. C’est donc pas faute de ne pas vouloir, c’est surtout de pas pouvoir. Pas que je sois une indécrottable romantique ou une grande sentimentale…C’est juste que j’ai beaucoup de mal à l’idée qu’un parfait inconnu pose ses pattes sur moi (brrrrr), je suis incapable de ne pas intellectualiser une rencontre, que je ne fais pas confiance à n’importe qui et que justement j’ai besoin de cette confiance pour me lâcher un peu. Control Freak vous avez dit ? Un peu.

 

C’est vrai que j’ai toujours été plus adepte du tout ou rien. J’ai eu toujours eu le sentiment que me taper le premier venu, même pour se marrer, était une façon me brader. Du coup, je suis la fille qui enchaîne seulement des relations sérieuses. C’est peut-être un tort, mais je ne sais pas faire autrement.

 

J’en suis au stade que pour moi le fun, c’est un pot de glace devant The Mentalist. Le fun de la ménagère quoi…

 

En attendant une solution à mon problème existentiel, je vais réécouter Cindy, c’est toujours ça de gagné !

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • boite dechocolats
  • have fun