I am vachement super

6 mars 2013

super-mario-bros.jpgVous l’avez noté, cette semaine c’est thématique ! Mais bon, je suis l’actu, aussi… En plus, je réponds à la requête d’une personne qui pleure quand elle n’a pas mes articles (ce que je comprends, c’est un tel cadeau que mon oeuvre quasi quotidienne).

Donc, le job tout neuf est devenu l’ex job tout vieux (officiellement) et j’ai enfin eu la chance de récupérer les papiers qui vont bien et le dernier chèque. Je pourrais vous faire une longue tirade sur le fait que je me suis fait entuber sur mes heures supp ou le montant de mes primes, mais comme c’était largement prévisible et que je n’avais même pas envie de me battre, nous allons parler d’autre chose (de bien plus rigolo).

On se rappelle (enfin moi oui, c’est encore frais dans ma tête), les raisons exactes sont encore un chouilla obscures pour bon nombre de personnes (dont moi-même). Ca allait de « Pas assez de résultats » (en 15 jours de prise de poste), « Ne saura pas gérer tous les budgets » (qui ne m’ont jamais été attribués), « Ne pourra pas faire le deuxième volet de sa mission » (que je n’ai jamais eu le temps de commencer et pour laquelle on devait me former) à carrément « N’a pas l’esprit RP de la boite » (ah si…là je confirme, je ne sais pas mal faire). A partir de là, on pourrait penser que j’étais la dernière des dernières aux yeux chéris de Tyrannex.

Bizarrement, il a dû oublier mon incompétence crasse au moment de notre dernier entretien…

Déjà, remercions-le d’avoir eu la gentillesse de m’offrir un verre au café du coin (il devait avoir besoin d’une pause après sa grasse mat). Mais bon, moi, un verre gratuit, je prends toujours (j’aurais dû demander une coupette de champ, tiens. Je me limite trop !) Là où ça devient drôle, c’est le tour pris par la conversation…

J’ai commencé à sourire lorsque j’ai eu le droit aux violons. Eh oui, Lecteur, sache que Tyrannex est triste que ça n’ait pas marché et que je me retrouve sur le carreau (c’est bien aimable de sa part). Mieux, il va me regretter ! J’attendais le piège, qu’il remette sur le tapis ma nullité notoire qui explique mon départ. Que pouic ! Tyrannex, a passé 10mn à me remercier pour le bon travail accompli et ma bonne humeur ! D’ailleurs, je le cite « En 15 jours tu nous as vraiment beaucoup aidé, heureusement que tu étais là ». Je vous avoue que, là, j’ai failli en recracher mon Coca (et je ne recrache jamais mon Coca gratuit, surtout en période de régime).

A quel moment ai-je failli m’étouffer de rire ? Quand Tyrannex m’a suggéré de faire appel à lui si, lors d’un entretien, j’avais besoin d’une bonne recommandation… Je lui ai quand même rappelé que parler à mon éventuel recruteur pour lui dire « Elle était vraiment super mais j’ai préféré la virer en moins d’un mois car elle ne faisait pas l’affaire » ne ferait pas très sérieux, voire tache. Mais Tyrannex avait réponse à tout « Je dirais tout ce que tu veux, tu me préciseras quoi » ! Ah bah, oui, vu comme ça…

Ensuite, est venu le temps des adieux et du célèbre « Bonne chance et bonne continuation ». Enfin presque. Je n’avais pas prévu qu’il ajouterait « Surtout donne-moi souvent de tes nouvelles, j’aimerais savoir ce que tu deviens et j’espère qu’on se reverra bientôt, c’était bien de travailler avec toi ».

Rappelle-moi pourquoi tu me vires déjà ??

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • SUPER
  • super ma