J’ai testé pour vous : AirBnB !

24 juillet 2014

airbnbAirBnB tout le monde connaît, c’est la solution qui a supplanté le couchsurfing pour voyager pas cher partout dans le monde et faire de belles rencontres. Ok, je n’ai pas vraiment les moyens de voyager mais en attendant de trouver une coloc, je peux accueillir des gens. Ça ne paye pas le loyer, ni même le demi loyer, mais ça aide un peu en attendant de trouver quelqu’un de fixe (de même qu’un boulot fixe). De fait, jusqu’ici c’était une relativement belle expérience.

Relativement car tout dépend de qui on reçoit. J’ai eu des Argentins plutôt bruyants et maladroits qui ont éclaté mon étagère beauté et ont tout laissé en état (n’hésitant pas à terminer mon savon Lush désormais introuvable dans le monde), des Chinois et des Coréens pas hyper clean, ne connaissant ni la balayette à chiottes ni l’éponge (pour info, j’ai encore des restes de fritures collés partout dans la cuisine), mais, bon, rien de dramatique. Et j’ai fait deux belles rencontres, des Américaines formidables avec qui parler au bout de la nuit, amoureuses des chats, et un couple d’Australiens vraiment adorables qui m’ont laissé une bouteille de vin en remerciement et m’ont fait un compliment génial « Grâce à toi, on s’est sentis à la maison ». Rien que pour ça, ça vaut vraiment le coup. Mais ça c’était avant…

Cette semaine, j’accueillais des Coréennes. Ça partait bien pourtant. Par le message qu’elles m’avaient envoyé lors de leur demande de réservation, je les avais trouvé ultra motivées, exubérantes, sympas et j’ai pensé que ça serait probablement un bon moment. Tu te doutes Lecteur que c’était plus proche d‘Une Nuit en Enfer que des Demoiselles de Rochefort. Le matin de leur arrivée, je leur envoie un message pour connaître l’heure approximative d’arrivée, ben oui, il faut que je m’organise. Car j’ai mon rituel avant chaque arrivée : ménage à fond, draps propres, bonbons dans la chambre, serviettes de toilettes propres et achat du petit déj pour le lendemain. Plus tout ce que j’ai à faire pour moi et justement, ce jour-là, j’avais mon rendez-vous de la mort chez mon gynéco que j’avais mis 3 mois à avoir. Note bien, Lecteur, que j’aurais pu bosser. Plusieurs heures plus tard, elles m’annoncent qu’elles viendront à 17h, ce qui ne m’arrange pas, vu que je ne serai pas chez moi, ce que je leur dis.

A 15h, mon téléphone sonne. Elles sont en bas et réclament le code de la porte (on est loin des 17h). Je leur demande si elles ont lu mon message, apparemment pas, mais bon, ça arrive. Je leur explique donc que je ne suis pas là et ne suis pas en mesure de leur ouvrir. Elles me demandent d’être là dans les 5mn, ce qui n’est évidemment pas possible mais elles ne semblent pas le comprendre. Je leur dis que je me dépêche et que je serai là vers 17h-17h30, mais ça non plus ça ne passe pas, pour elles si elles sont là, je dois être là. Ça commence bien. Enfin, elles débarquent à 19h (c’était bien la peine), et je découvre le total cliché de la Coréenne : bête et superficielle. Mais peu importe, elles sont peut-être très sympathiques (même pas en fait).

On croit souvent que les touristes qui visitent Paris pour la première fois ont envie de découvrir la ville, ses lieux historiques, ses parcs, ses musées, ses coins célèbres. Là, je suis tombées sur des filles qui avait juste envie de faire du shopping, aller à la piscine et se bourrer la gueule. Chacun son truc hein, moi perso quand je voyage dans un lieux inconnu, j’ai envie de rentabiliser le billet d’avion. Mais soit. A peine arrivées, à peine reparties pour une nuit de folie. Je leur donne le double des clés pour une totale autonomie et je retourne vaquer à mes occupations. En claquant la porte (les murs en ont tremblé), je les entends jouer avec les deux serrures. « Elles cherchent à comprendre le fonctionnement » me dis-je (ok, j’ai une porte tout ce qu’il y a de plus basique, mais peut-être sont-elles différentes en Corée du Sud, ne jamais se moquer sans savoir). De fait, elles m’ont juste enfermée à l’intérieur (ce qu’elles feront toujours à l’avenir). Je leur demande de rouvrir et leur explique comment ça marche (« Tu mets la clés 1 dans la serrure 1 et tu tournes à gauche pour fermer, à droite pour ouvrir, tu mets la clés dans la serrure 2 dans la serrure 2 et tu tournes à gauche, pour fermer et à droite pour ouvrir »). Et je leur demande de ne pas m’enfermer quand je suis là…puis je retourne me rassoir, sereine. En me levant 5mn plus tard, je me suis dis que j’étais tombée sur des cas. Oui, je ne suis pas fluent in english, mais j’en sais assez pour ne pas confondre « Inutile de m’enfermer quand je suis à l’intérieur » à « Laissez la porte d’entrée grande ouverte en partant ». Le temps de réaliser ça, Winston s’était barré dans l’immeuble (ô joie).

La nuit a dû être festive, puisque pour ce premier jour en France, elles sont rentrées à 2h du mat, légèrement pintées, n’ont pas réussi à ouvrir la porte, m’ont forcée à me lever, puis ont pris chacune une douche d’une heure avant de claquer bruyamment les portes, hurler l’une sur l’autre et laisser toutes les lumières allumées. Ceci, Lecteur, n’était que le début…

Le lendemain, je découvre qu’elles m’ont laissé leurs poubelles à jeter, leur vaisselle à faire et qu’elles ont inondé la salle de bain (sérieusement, c’était une vraie pataugeoire). Question d’ajustement sans doute. Sauf que ça a été tout le séjour comme ça. Je pense de ma vie n’avoir jamais rencontré de personnes plus irrespectueuses, plus idiotes et plus sales… Mais au moins elles ont compris comment fermer la porte à clé en mon absence après que j’ai laissé des post-it partout dans l’appart. Le truc, c’est que dans l’histoire, j’ai commis une erreur fondamentale. Je leur ai expliqué le fonctionnement de la machine à laver et du sèche-linge. Je ne sais pas si vous le savez, mais ces appareils fort utiles marchent grâce à la magie de la fée électricité. Qui est assez cupide, il faut le dire, elle n’accepte de libérer ses dons que contre espèces sonnantes et trébuchantes (qu’elle trouve dans ma popoche). Las, mes Coréennes devaient être fascinées par ce progrès technologique vu que ces machines ont été utilisées non stop (surtout le sèche-linge notamment pour 3 culottes). Premier jour de machine, je montre comment marche la machine et comment choisir le bon programme. C’est là qu’elles se barrent à la piscine en laissant la machine tournant et en me demandant de mettre leurs fringues dans le sèche-linge. Je ne suis pas la bonne mais l’hôtesse. Néanmoins, j’ai été bien élevée, j’accepte une fois. J’ai été ravie d’apprendre que le programme soie a servi à laver leurs serviettes de toilettes… Au retour (à 1h et en claquant la porte après avoir tripoté la serrure dans tous les sens), rien, ni bonne nuit, ni merci, rien. Voyant la machine tourner le lendemain, je me suis dit qu’elles se débrouilleraient toutes seules. Et en effet, elles ont compris comment marchait le sèche-linge en le mettant en route à 1h30 du mat et laissant la boule de lavage dedans. C’est très difficile de dormir au son de « Blong blong blong » surtout quand on a laissé la lumière de la salle de bain allumée porte grande ouverte…

Le soir, je préfère aller dormir ailleurs. Je reçois un texto magique vers 22h. En effet, elles me demandent comment marche la porte d’entrée car elles n’arrivent pas à l’ouvrir et dans quels sens tourner la clé…porte donc qu’elles savent fermer à clé toutes seules depuis 3 jours…Je me suis abstenue de répondre « Dans le sens contraire de ce matin, crétines ». Ayant trouvé porte close le matin sans traces d’effraction, je suppose qu’elles ont fini par comprendre d’elles-mêmes.

Mais j’étais à deux doigts du pétage de plomb… A force d’entendre des cris, des portes claquées violemment à toute heure du jour ou de la nuit, ma salle de bain inondée, mon sèche-linge tourner non stop et ma machine sur programme soie, les toilettes immondes, mes casseroles pas lavées et le micro-ondes envahi de fromage fondu et collé sur les parois, je me suis fendue d’une mise au point. Pas agressive notez-bien, sympa car je sais l’être. J’ai parlé du bruit et du respect des voisins (et de mon sommeil), de l’électricité qui coûte cher et de la gentillesse de la modération en ce cas, du fait de nettoyer après soi… Le message était passé, le lendemain elles ont fait tourner le sèche-linge 4h d’affilée (j’ai compté), claqué les portes brutalement au lieu de violemment et ont fait semblant de faire leur vaisselle en passant les casseroles sous un jet d’eau froide avant de les reposer. Un réel progrès. La seule et unique fois où elles ont condescendu à m’adresser la parole a été quand elles sont venues me montrer la salle de bain inondée pour me dire que c’était la faute de la machine à laver (ce qui doit donc empêcher d’éponger après utilisation j’imagine). Ben oui, à force d’utiliser le programme soie pour n’importe quoi, elles me l’ont détraquée, ont engorgé le filtre et ont bousillé mon appareil dont le tambour nageait dans la flotte. Même pas un désolé, rien. Ma machine, ma faute…J’ai donc passé la journée à m’occuper de son cas, à la vidanger comme j’ai pu avant de la mettre en panne technique pour qu’elles lui foutent enfin la paix. Bizarrement, la salle de bain faisait toujours piscine intégrée après cet épisode, peut-être que j’ai un lavabo qui fuit ou un mauvais génie aquatique qui traîne. Ou qu’elles foutaient de la flotte partout sans se soucier de nettoyer, j’ai un doute. D’ailleurs, elles se souciaient de peu de choses (comme de dire bonjour ou au revoir) vu que tout ce qu’elles faisaient tomber (y compris le savon dans la bonde du lavabo) était très bien par terre. Un nouveau style de déco ? De même que la lumière qui avait le mauvais goût de ne pas s’éteindre toute seule. Ou d’uriner la porte fermée la nuit (là, c’était son et lumières pour ma pomme).

Mais le meilleur reste à venir… Elles sont enfin parties ce matin en mon absence. Sans un mot, un merci, que dalle. Ou me demander pour la porte d’entrée. J’ai au moins eu la chance qu’elles aient songé à la claquer en partant. C’est en voyant l’état de la chambre que j’ai compris pourquoi ce départ en douce. Ok, Lecteur, tu le sais, je ne suis ni la reine du ménage ni de l’hygiène. Mais chez autrui, je fais un effort. Même chez moi je ne suis pas à ce stade… Tu veux une preuve de ce que j’ai trouvé à 10h en rentrant ?? Et voilà !

chambre coreennes

Et encore, vous ne voyez pas les papiers de bouffes vides, les cuillères sales sur le sol de même que les cotons-tiges usagés, la bouffe collée sur les draps, sous les draps et sous le lit ou la trace du scotch de voyage qui est resté collé sur le parquet quand j’ai essayé de le retirer. Franchement, je n’ai jamais vu ma chambre dans un état si dégueulasse (oui je suis vulgaire mais je suis encore sous le choc). Mais peut-être qu’elles ont des domestiques chez elles hein…

Bref, tout ça pour dire qu’il a suffit d’une seule expérience pour m’écœurer à vie. Et même fauchée, je ne tiens plus vraiment à réitérer mon rôle d’hôtesse. Bon, je n’ai rien contre la Corée du sud en particulier qu’on se le dise, je suis même la première à vanter leurs produits cosmétiques. Mais les Coréennes, là, j’ai du mal…

Et sinon, je cherche toujours mes serviettes de toilettes,

je pense qu’elles sont dans l’avion au moment où j’écris…

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • mauvaise expérience airbnb
  • airbnb problèmes
  • mauvaise expérience airbnb paris
  • chambre mauvais état paris
  • exemple de commentaire airbnb
  • exemple règlement intérieur airbnb
  • je narrive pas a louer sur airbnb
  • louer sur airbnb represaailles voisins
  • air bnb apart laissé tres sale
  • menage airbnb