Je suis comme une vache…

1 mars 2012

tgv1.png…je regarde passer les trains !

Après le matin comme ça, le soir pas mieux ! Sauf que cette fois, ce n’est pas vraiment moi que ça touche, enfin si mais à l’insu de mon plein gré.

Hier, j’étais très très avenante avec le chauffeur de bus, aujourd’hui, c’est le conducteur du train qui fait des blagues !

Harassée par une longue journée de travail, je rentre enfin chez moi. J’ai hâte de terminer rapidement le long trajet qui me sépare de mon lit. Mon train arrive vite, j’ai de la chance !

Je regarde les paysage défiler à vitesse grand V, ça me détend. Ca y est, le prochain arrêt verra la fin (enfin la moitié, j’ai un changement et après je prends le bus) de mon périple. Nous arrivons à la station, YES !

C’est là que je me dis qu’il va drôlement vite…Et c’est donc avec regret que je contemple le quai qui disparaît progressivement de ma vue ! Une voix mal assurée nous déclare (je vais être honnête, rien qu’à sa voix je peux assurer que le type était ivre mort) « euuuuuuh, eh ben, ben voilà quoi. En fait, ben euuuuh, suite à une erreur de freinage, eh ben, euuuuh, ben on a dépassé la gare. Voilà quoi. Ben euuuh, pour ceux qui veulent aller à XXX, enfin les gens qui ont une correspondance à XXX, ben , euuuuh, ben descendez à la prochaine station et vous allez sur le quai d’en face pour aller dans l’autre sens quoi. Désolé. »

Conclusion, j’ai perdu une demi-heure. Ben oui, j’ai raté le bus !

N’empêche, des années que je prends les transports, l’erreur de freinage on me l’avait jamais faite !

Mais j’ai gagné un nouveau slogan qui enchantera la sécurité routière :

Si tu veux pouvoir freiner, faut arrêter de picoler !

Rendez-vous sur Hellocoton !