Je suis en conditionnelle !

28 novembre 2011

menottes-de-bagnard-en-plastique-438-624-large.jpgEnfin, je suis sortie de cet établissement où j’étais retenue captive la semaine dernière. C’était pour mon bien à ce qu’on m’a dit, sérieusement, j’ai encore un doute.

 

Je ne sais pas pourquoi, j’avais gardé un souvenir ému de la dernière fois : des infirmières aux petits soins, de la morphine à gogo, pas de complications (ou si peu avant la sortie)…Forcément, c’était un autre service.

 

Je ne suis pas mécontente d’avoir négocié une remise de peine avec la seule infirmière compréhensive et sympa (que je n’ai vu que le dernier jour, évidemment), mais qu’on ne s’y trompe pas, je reste en liberté surveillée !

 

Pour être sûr que j’effectue ma peine jusqu’au bout, le chirurgien a décidé de laissé un trou à la place de la poche ! Eh hop ! C’est le retour du méchage tous les jours (et je t’avoue, Lecteur, que c’est tout sauf agréable). Pourquoi ce trou ? J’ai eu l’explication au réveil « ah ben le Dr XX, il aime bien laisser des trous » ! Dit comme ça…Mon deuxième chirurgien (ils étaient deux pour être sûrs de me réussir, l’autre étant un peu malade) m’a dit « mais comme ça, ça nous évite de vous réouvrir plus tard », ce qui m’a beaucoup rassurée…

 

Bref, c’est le retour de la mèche et du trou (d’autant que là ils ont tranché dans le lard et dans l’abdo) et toujours interdiction formelle de faire du sport…ce n’est plus une éventration que je risque, mais deux ! D’un autre côté je préfère les chiffres pairs, ça tombe bien.

 

Je vous épargne le reste : la stagiaire infirmière de deuxième année chargée de s’occuper de ma prise de sang qui a mis 20mn à trouver une veine en tapant comme une malade sur les deux bras, la même qui s’est occupée (sans surveillance) de mon premier méchage avec les mains qui tremblent (j’ai cru qu’on essayait de me tuer), l’infirmier sadique qui décide de t’éclater la veine à 6h du mat, les rondes de nuits, la nourriture infernale (mais bon, au bout de 3 jours, au moins, j’ai pu en avoir)

 

Je me suis sauvée, je suis presque en cavale (enfin, si je pouvais cavaler). La prison, c’est fini, je suis une galérienne libre ! J’ai fait mon temps !!!

 

Enfin presque…dans ma précipitation, j’ai chopé la gastro…Je suis sûre que c’est un coup de la poche !

 

Merci à tous pour vos messages et vos gentils mots. Je n’ai pas encore répondu à tous mais dès que je suis sur pied, promis, je passe vous voir ! (Là je retourne me coucher…si c’est possible)

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • je suis en conditionnel