La chance au bout du tunnel ?

22 avril 2013

kangourouJe l’ai déjà dit dans un article précédent (lequel ? allez savoir !), je ne suis pas superstitieuse. Ou presque. C’est sûr qu’en reine de la poisse on finit par se poser des questions et on observe certains phénomènes curieux. De fait, je suis très sensible à certaines théories dont celles que j’invente pour mon propre cas. Vous connaissiez la Théorie de Murphy ? Redécouvrez la Théorie du Boomerang ! Directement inspirée des techniques de chasse aborigènes où un kangourou, bondissant gaiement et innocemment dans la brousse, observe en rigolant un bout de bois bizarre le dépasser très loin…avant de se le manger au coin de la gueule et de se retrouver sonné (pour enfin finir en steak).

Quel rapport avec ma vie ? Simple. Au quotidien, je dirige ma galère de main de maître avec des hauts et des tas de bas. Mais parfois, oui parfois, il arrive qu’une semaine exceptionnelle de chance se profile. Dans ces moments-là, tout va dans le meilleur des mondes. J’ai des entretiens à gogo, des perspectives prometteuses, des hommes séduisants qui veulent me voir… Le bonheur ! Oui mais gare au boomerang ! Comme le kangourou, je rigole en voyant le bout de bois me dépasser et je pleure les 3 semaines suivantes en comptant mes bleus. Plus d’une fois j’ai pu observer ce phénomène, à une semaine de chance,  succèdent 3 semaines de poisse absolue.

La semaine dernière était donc l’une des meilleures des 6 mois passés. Ayant même obtenu un entretien vendredi, j’avais la baraka, c’était le destin. Las, je n’avais pas percuté que, dans mon univers bizarre, les semaines allaient du vendredi au vendredi… C’est sans doute ma faute, cela dit, j’ai encore gardé de mauvaises habitudes scolaires et compte les années de septembre à septembre. Forcément, ça décale le karma aussi sec que le changement d’heure.

Inutile de vous dire que ce fut l’un des pires entretiens de ma vie et pourtant j’en ai vu d’autres ! D’autant que, même si je ne suis pas vraiment superstitieuse et que j’avais toutes les raisons d’y croire, je sentais dès le matin que la roue avait tourné dans le mauvais sens et que le boomerang était passé en mode « missile à tête chercheuse ». D’une part, je n’avais pas mon collier. LE collier qui a été décrété porte-bonheur par moi-même depuis quelques semaines. Est-ce qu’il porte vraiment chance ? Ce n’est pas dit (vu que je restais à fond dans la lose absolue que je le porte ou pas), mais là, il n’était pas sur moi, du coup je me sentais nue. Ensuite, il faisait beau…jusqu’à ce que je sorte avec mes cheveux fraîchement coiffés. Le temps d’arriver au bus, je ressemblais plus à Sadako de Ringu qu’à Farrah Fawcett.

Et l’entretien ? Hum, j’ai eu 5mn pour m’entendre dire à quel point ma candidature était une blague avec mon CV plein de CDD, prouvant mon instabilité et mes problèmes d’intégration. Heureusement, les 5 autres ont porté sur ma nullité crasse…

Le boomerang laissant des traces, j’avais bien l’intention de récupérer mon collier (qui, à ce jour, ne m’a jamais apporté de travail ou d’homme mais qui fait très joli sur moi, donc si j’ai envie de le parer de vertus magiques hein…). Rendez-vous pris dimanche avec une amie chargée de sa réparation et de voir un film au passage. Boomerang tu ne m’auras pas ! A croire qu’un kangourou c’est un peu idiot (il ne faut pas être bien futé pour se faire buter par un bout de bois).

Bon, ce n’était pas à côté, ce qui impliquait de nombreux changements de métro. Le premier déconne, soit. Dans le second, je me suis retrouvée coincée avec des militants d’une certaine manif. Moi, je ne dis rien, mes opinions m’appartiennent (contrairement à ma vie que je n’hésite pas à jeter en pâture sur Internet), chacun les siennes. Mais 20mn à essayer de me faire convaincre d’une opinion qui n’est pas la mienne, ça fait long et ça a tendance à m’agacer sérieusement. A me faire regretter les trajets coincée avec Pedro le Péruvien ! Parce que bon, Pedro, il est ce qu’il est (pénible) mais au moins il n’essaye jamais de me convaincre que sa musique est bonne ou que la Flûte de Pan c’est le nouvel instrument tendance ! J’ai donc un sérieux problème avec le prosélytisme, notamment quand je le vois appliqué sur des enfants qui partaient tranquillement en vacances avec leur maman et ne se souciaient guère de considérations politiques ou sociétales (la maman étant à deux doigts de commettre un massacre, vous dire combien je suis restée calme).

Et mon collier ? Une fois arrivée dans le troisième métro, on nous a annoncé l’interruption totale du trafic pour cause de colis suspect. Après 15mn bloquée dans le tunnel, c’est tout naturellement qu’on m’a jetée dehors à la station suivante. Adieu, veau, vache, cochon, film et collier. Je n’ai jamais vu le bout de ce tunnel. Les 3 semaines du boomerang ont officiellement commencé. C’est ballot, j’avais prévu un tas de sorties avec de nombreuses personnes à voir. J’envisage désormais de tout annuler !

A la place, je songe à aller chasser le lapin dans un champ de trèfles à 4 feuilles !

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • au bout du tunnel: la galere