La Nuit des Publimorts

28 mars 2011

LNDP.JPGVendredi j’ai décidé de célébrer ma capacité à sortir sans douleur en allant à La Nuit des Publivores.

Je connaissais déjà l’événement, j’y étais allée en 97 et j’en gardais un souvenir ému. A vrai dire, l’un des plus beaux souvenirs de ma vie. Le but était, vous vous en doutez, de me changer les idées, tout en m’éclatant dans une ambiance de folie.

 

M.Pasd’Bol et moi arrivons avec plus d’une heure d’avance…la queue est déjà hallucinante et nous devons remonter plusieurs centaines de mètres avant de prendre place dans la file. Ca commençait bien…

 

M;Pasd’Bol, pris d’une envie pressante, m’annonce qu’il doit trouver un café de toute urgence. Ca tombe bien, ce n’est pas ça qui manque autour du Grand Rex ! J’attends donc patiemment son retour en gardant sa place, pendant que la file s’allonge à perte de vue. Enfin, au bout d’une demi-heure, M.Pasd’Bol revient ! Oui, apparemment trouver un bar dans une rue qui ne compte que ça est plus difficile que prévu ! Et bien sûr, M.Pasd’Bol n’a pas non plus eu la présence d’esprit de me ramener à boire…

 

Savez-vous comment je me suis occupée pendant cette loooongue demi-heure ? Facile, j’ai regardé autour de moi. Qu’y avait-il autour de moi ? Des groupes d’amis super fun, prêts à faire la fête, ultra lookés, qui rigolaient gaiement et surtout…majoritairement de moins de 20 ans. Autrement dit, pendant une demi-heure, je me suis sentie seule, triste et surtout vieille !!! Je n’avais qu’une envie, me mêler à leur conversations et m’incruster afin de faire la fête avec de nouveaux amis. Curieusement, j’ai préféré m’abstenir, ça aurait fait bizarre, un peu comme le monsieur à l’imperméable qui vient offrir des bonbons à des enfants.

 

Ne te méprends-pas lecteur. Je suis jeune ! D’ailleurs, si tu ne m’a jamais vue, dis-toi bien que je suis une blonde de 19 ans, grande et pulpeuse ! Garde bien cette image en tête et surtout n’essaie jamais de me rencontrer.

 

Au bout de quasiment une heure et demi d’attente, nous sommes enfin rentrés. Bien sûr, il n’y avait plus de places dans la super salle avec les fauteuils en cuir ultra confortables…nous avons dû aller en haut, là où les fauteuils sont un vrai passeport pour le lumbago. Si vous pensez que mon envie de faire la fête était sérieusement émoussée…vous avez raison !

 

Heureusement, l’ambiance semblait chaude et j’ai réussi à me détendre en attendant le début des festivités. Comme toutes les personnes présentes quoi !

 

C’était avant le début des festivités…Ce qui a suivi tenait plus du désastre que de la nuit de folie tant attendue !

 

Un présentateur mauvais, un concert pathétique, une salle vite désertée et une programmation lamentable.

On m’a volé mes souvenirs ! Est-ce moi qui suis devenue trop vieille ? Vous savez, c’est une peu le sentiment que vous avez quand vous grandissez…quand vous êtes petit le monde vous semble immense, et une fois grand, le salon vous semble finalement ridicule et microscopique. Mais, je pense pas manquer d’objectivité, ou alors nous étions nombreux, vu l’ambiance de mort qui régnait dans la salle du Grand Rex.

 

Nous sommes finalement partis une heure avant la fin, et avons raté le meilleur de la programmation. Le coeur n’y était plus vous comprenez… Depuis ? J’ai du mal à me remettre, et de la déception, et de la nuit blanche. Dur de vieillir (même si je reste éternellement jeune !).

 

Conclusion, j’ai appris une bonne leçon. Toujours laisser les bons souvenirs dans leur petite case spéciale car les nouveaux ne pourront jamais rivaliser ! Quant aux mauvais…bah ça peut pas être pire non ?

Rendez-vous sur Hellocoton !