La récompense au bout du chemin ?

12 décembre 2012

loser.jpgAujourd’hui il fait froid, genre polaire. A gla gla donc. Pourtant, j’ai malgré tout réussi à me motiver à tenir mes résolutions du jour (bravo moi, clap clap clap). Toutes ? Non ! Quelques irréductibles seront reléguées à demain (je ne suis pas la wonder woman de la motivation, on ne cesse pas de procrastiner du jour au lendemain, un pas après l’autre telle est ma devise). Néanmoins, j’en ai tenu certaines (et ça mérite bien un Kinder de mon calendrier de l’avent).

 

Je suis donc sortie (avec ma doudoune, mon bonnet, mon écharpe et mes mitaines) prendre le frais pour acheter quelques cadeaux de Noël. Vu la température, c’est déjà un petit exploit en soi.

 

Me voici donc dans big next town (mieux pourvue que little town de l’autre côté du périph) à réfléchir à ce que je vais bien pouvoir acheter sans (trop) faire pleurer ma carte bleu (et énerver ma banquière). Mine de rien, le froid ça stimule les neurones et j’étais pleine de bonnes idées. Je n’ai pas tout pris pour tout le monde mais, du moins, j’ai trouvé tout ce que je souhaitais aujourd’hui. Fière j’étais.

 

Et là, pour rester sur ma lancée de posititude (oui, j’ai estimé que positive attitude c’était trop long, autant créer un mot qui rime avec staritude), je me suis dit qu’il serait judicieux d’utiliser mon temps pour chasser le gras (ma staritude s’accompagnant de grassitude) par une bonne marche active couplée à l’air vif (je vous ai déjà dit que le froid raffermissait les chairs ?). 5-6km en talons par -6°C ce n’est pas mal pour une reprise de sport.

 

Je me suis baladée, guillerette sur les airs entraînants de mon MP3. Et quand je marche guillerette en musique, c’est toute une chorégraphie. Je hoche la tête en rythme, je chantonne, je fais voler mes sacs, je fais des petits pas dansés et je me trémousse légèrement du séant. Ridicule vous avez dit ? Sans doute ! Mais toute à ma musique je ne fais pas attention au regard d’autrui (c’est là que l’on remarque combien mon côté new yorkais a pris le pas sur mon côté parisien 100%).

 

Toutefois, j’étais très contente (et claquée) en arrivant dans mon appartement tout chaud. Je me voyais déjà me détendre sous la douche, savourer un bon gommage à la noix de coco, une toilette au sucre et me récompenser d’un enveloppement crémeux. Voire, me faire un petit chocolat chaud. Fière j’étais (bis).

 

C’est en regardant ma mimine glacée que j’ai réalisé le drame : j’ai semé un cadeau sur la route. Petit Poucet si tu passes dans le coin…

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Gloire