L’art de se prendre une veste !

10 septembre 2012

veste.jpgJe t’attends, Lecteur, tu te dis « ça y est Pasd’Bol a tenté le coup avec quelqu’un et s’est mangé un mur »… Pas exactement. De toute façon, tu es à mille lieues du sujet de l’article !

 

Samedi, je suis sortie (c’était très sympa, ça te change les idées même s’il y a matière à frustration mais je vous raconterai ça un autre jour si vous êtes sages) et j’ai donc mis mon éternelle veste noire (« aaaaaah, ouiiii cette veste-là !!! », avouez que je vous ai eu !). Et là, miracle ! J’ai réussi à la fermer ! Pour de vrai ! Sans forcer ! Fière comme un paon j’étais (j’ai coché l’option Yoda en passant).

 

Cette bonne nouvelle ne signifie qu’une chose : je fonds ! Eh oui, tout arrive ! Néanmoins, j’ai voulu en avoir le coeur net. Hier, j’ai décidé d’enfiler mon pantacourt. Le même que j’avais vaguement essayé de mettre le mois dernier. Celui t38 qui a rétréci au lavage. Je dois dire que j’appréhendais vu la catastrophe que cela avait été pour mon moral. Je tente le coup, je tire un peu dessus, je force à peine sur le bouton et….oooooooh ! Je rentre dedans ! JE RENTRE DEDANS !!!

 

Ok, rien n’est parfait, je suis loin de flotter dedans bien au contraire. On va dire que je vais encore éviter de faire des exercices de souplesse avec (le tissu tendu sur mes jambons c’est fragile). De plus, cela ne fait pas parti de mes vêtements de mince que je conserve religieusement. Toutefois, on peut dire que j’ai franchi un sacré palier. Je flotte dans mes vêtements de grosse et je rentre (en douceur) dans mes fringues intermédiaires (de semi-ronde quoi). Du coup, mon ego fait des bonds de cabri (si ça pouvait faire fondre le gras qu’il me reste). J’envisage même de retenter de mettre l’un de mes jeans (mon préféré de taille intermédiaire…oui j’ai des fringues préférées pour chaque catégorie de corpulence).

 

On peut dire que ça remotive d’un coup et que je me sens un chouilla plus en accord avec moi-même (ce qui ne m’empêche pas de râler en regardant mes vêtements taille 36 qui m’attendent sagement dans le placard). Je suis très impatiente (trop ?) d’arriver à mon objectif fixé : mon corps d’avant maladie/chômage. Déterminée, je suis (Yoda’s back). Mais je ne perds pas de vue que la bataille sera rude !

 

Je commence à croire aux miracles…je suis une déesse après tout !

Rendez-vous sur Hellocoton !