Last seduction

22 novembre 2012

the-last-seduction.jpgQu’on se le dise, je ne vais pas parler ciné. Même si, pour ceux qui l’ignoreraient, je suis une grande fan de Last Seduction avec Linda Fiorentino. C’est même mon deuxième film préféré juste derrière Out of Africa (j’ai bien conscience que ça donne de moi deux images diamétralement opposées…quand je vous dis que je suis un peu schizophrène). Mais là n’est pas le sujet…

La séduction est une notion assez complexe. Certains séduisent sans s’en rendre compte (et c’est parfois incompréhensible vu de l’extérieur, je prends l’exemple bien connu de la nana quelconque, voire mal fichue, qui attire tous les mâles alors qu’elle ne les regarde même pas et ne demande rien à personne), d’autres sont des séducteurs nés et arriveraient à faire craquer un arbre…et enfin, il y a ceux, le commun des mortels en somme, qui font ce qu’ils peuvent et tombent souvent à côté de la plaque quand il s’agit de plaire à l’élu (mais ils ont plein d’amis !)

Qu’est-ce qui rend séduisant ou permet de plaire à coup sûr ? J’avoue ma grande ignorance à ce sujet (oui, je sais être humble…enfin parfois). Mais si quelqu’un a une vague piste de réponse, je prends. On m’a dit une fois que c’est le fait de ne pas chercher à l’être qui rendait séduisant…d’un autre côté, il y a tellement longtemps que je ne cherche pas à l’être que je commence à penser qu’il doit y avoir autre chose (ou alors je croulerais sous les déclarations enflammées).

La meilleure façon de jauger son potentiel, reste quand même le rendez-vous galant, le rencard, le date quoi ! Les choses sont claires, le jeu est lancé comme une partie de tennis où chacun donne le meilleur de lui-même pour marquer des points. Attention, je ne parle pas d’une soirée avec un pote (quand bien même il vous plaît en secret), mais d’un truc où la notion de séduction a été tacitement (ou explicitement) annoncée.

Soyons honnêtes, j’ai toujours été nulle à ça mais fut un temps, je m’en sortais à peu près. Hélas, mon dernier rencard officiel date quand même de M.Pasd’Bol. Et avant ça de MEX. Deux rendez-vous en 14 ans, c’est peu pour garder la main (même si j’ai remporté la timbale) ou pour avoir confiance en ses capacités. C’est pour cela que, lorsqu’un charmant garçon m’en a proposé un, j’étais un peu prise au dépourvue (comme la cigale en plein hiver…ouais, je suis pleine de références culturelles).

Il me restait quelques souvenirs de mes expériences passées : des jeux de regards, une complicité naissante, une voix plus grave (inutile de chercher à comprendre, quand je veux séduire ma voix perd un octave c’est comme ça), des silences qui en disent long, une découverte progressive qui amène à en savoir davantage, des contacts subtils…

Et dans les faits ça a donné quoi ? Moi ! C’est à dire, un naturel farouche, des blagues à gogo, et du bla bla bla continu sur mon sujet de prédilection : moi-même. Un seul constat à faire, j’ai complètement perdu la main et j’étais en mode bonne copine (bon, je suis très sympa, hein, mais de mémoire la séduction c’est pas vraiment ça). Je comprends un peu mieux toutes mes copines qui enchaînent les rencontres via Adopte, en fait, elles s’entraînent pour être des pro du rendez-vous lorsque The One viendra leur proposer le menu gastronomique du Ritz (bon, moi ça me ferait fuir, je préfère le Meurice). La séduction est donc un truc qui s’entretient régulièrement, qui se teste sur autrui plutôt que sur ses chats (ça je sais faire, 3 croquettes et c’est dans la poche).

Vous me rétorquerez « tout ça, c’est comme le vélo, ça ne s’oublie pas ».

Pas dit…La dernière fois que je suis montée sur un vélib’, je me suis laissé retomber sur le trottoir !

Rendez-vous sur Hellocoton !