Le bateau ivre

24 mars 2011

4614790710_cb859e2a27.jpgMon corps est devenu fou ! Non, je ne suis pas devenue une vampire nymphomane (on ne s’emballe pas). Je ne comprends tout simplement plus les signes et autres messages qu’il m’envoie. Mon corps et moi sommes devenus incompatibles, comme un vieux couple au bout du rouleau.

 

Vous le savez, je suis quasi insomniaque. Et quand je dors un peu, je dors mal. Comme je suis chômeuse, j’ai la chance de pouvoir faire des siestes pour récupérer…sauf que je n’y arrive pas ! Je ferme les yeux très fort et j’attends…après je jette l’éponge.

 

Cette nuit, j’ai franchi une nouvelle étape dans la grande galère nocturne. Tout à commencé par une bouffée de chaleur. Puissante ! Une conséquence du nuage nucléaire ? Mystère…

 

Je n’ai jamais eu aussi chaud de ma vie et j’ai cru que j’allais entrer en combustion spontanée. Enfin presque, car rien n’est aussi simple. Comme j’avais chaud, je me suis découverte, normal quoi ! Chaud !! Si seulement j’avais uniformément chaud partout ! Dans le même temps, mes pieds étaient glacés et je grelottais. HAHA, la bonne blague, on peut dire que j’ai regretté ma récente épilation, je me suis privée d’une fourrure naturelle ! Difficile de dormir en étant couverte comme un esquimau sur un tiers du corps, complètement nue et transpirante le reste, avec le bras droit en l’air pour chercher de l’air (ne cherchez pas à comprendre, mon corps agit tout seul, mon bras voulait tout simplement respirer par lui même !)

 

Mais encore, tout ça n’est rien en comparaison de l’atroce sentiment de malaise qui m’a envahie. Allez savoir pourquoi, le sol a bougé toute la nuit. TOUTE LA NUIT ! On pourrait croire qu’en fait je me suis tout simplement pris une bonne cuite…je sais qu’il y a parfois des trucs bizarres dans l’eau du robinet, mais de l’alcool je m’en serais aperçue non ? Non ?

 

Ma galère a donc tangué toute la nuit. Ca bougeait, ça valsait…j’ai même eu peur de me vomir dessus à la Jimmy ! Le bad trip total mais sans n’avoir rien pris ! Et cette chaleur qui n’en finissait pas…

 

Finalement je suis parvenue à m’endormir, mais, là non plus, on ne peut parler de grande réussite. J’ai, ainsi, rêvé que j’étais un serial killer qui vomissait à chaque exécution sadique. Vous avez dit bizarre ?? Du coup, je me suis réveillée d’un coup en pleine nuit, fiévreuse et suante (c’était vraiment un rêve très gore)…et le cirque précédent à repris. Je me suis retenue tout du long de vomir en espérant que le ciel arrête de tourner un peu.

 

J’aime la ménopause ! Encore 3 mois…

Rendez-vous sur Hellocoton !