Le chômage c’est la crise !

18 octobre 2011

Logo_Pole_Emploi.png

Attention, musique inside (à couper en bas de l’article si vous voulez le silence)

 

Hier, nous avons tous été sous le choc d’une nouvelle stupéfiante : un homme a fait une prise d’otage dans un Pôle Emploi à Paris.

 

D’ailleurs, je tiens à le préciser, il s’agissait d’un homme ! PAS DE MOI ! Bizarrement, dès que la nouvelle a été connue, tout le monde est venu m’en parler. Comme si j’étais capable de mener une expédition punitive contre Paul ! Bon, j’admets, vous avez raison, ça aurait pu être moi ! Et il n’y a qu’à lire mes déboires avec Pôle Emploi pour comprendre (et me donner raison).

 

Heureusement, cette histoire qui aurait pu se terminer tragiquement a eu une issue satisfaisante.

 

Toutefois, c’est maintenant qu’il faudrait se poser les bonnes questions.

 

Bien sûr, rien n’excuse un tel geste. Nul ne devrait se sentir autoriser à braquer une arme – même factice – sur une personne qui ne fait que son travail et doit obéir à certaines consignes.

 

Cependant, comment ne pas être touché par le désespoir de cet homme qui ne cesse de tomber toujours plus bas dans la spirale infernale de la précarité. Un homme qui ne sait plus comment se faire entendre (bon, là, c’est bien vu, il a même eu l’intelligence de faire sa prise d’otage en restant connecté avec Rue 89).

 

Se sentant méprisé depuis longtemps par Pôle Emploi (et c’est le cas de millions de chômeurs, moi y compris) a décidé de frapper un grand coup, et au delà de Polo, de s’en prendre à une institution de l’Etat. Cet Etat qui, non seulement a laissé tomber ses chômeurs, mais en plus les stigmatise et les rend responsables de leur situation, renvoyant dos à dos travailleurs et inactifs.

 

Comme le preneur d’otage l’explique longuement dans son mail de revendication envoyé à Rue 89 : «Depuis le début des années 2000, comme pas mal de citoyens de français, je galère; mais depuis quelques années, j’ai amorcé les étapes ultimes qui mènent à la précarité. Mon âge est, à l’évidence, devenu un handicap certain dans ma recherche d’emploi (en fait, dès 35 ans vous êtes trop vieux)».

 

Rien que cela devrait nous interpeler. C’est mon cas, car tout comme lui, je suis tombée assez bas dans l’échelle sociale. Je suis tombée de bourgeoise surdiplômée qui payait un max d’impôts, cadre, à chômeuse vivant uniquement du RSA (je n’ai même pas d’APL, ma propriétaire refusant de me donner l’attestation indispensable). Et, comme le forcené, je ne demande qu’à bosser.

 

Comment ne pas pêter un câble ? Surtout quand une institution censée nous aider ne le fait que dans certains cas (oui oui, j’ai entendu dire qu’il y avait des veinards qui avaient des conseillers compétents et motivés, heureusement que ça existe) et souvent se contente de nous sortir la liste des annonces Internet que nous avons eu le temps de compulser à la maison. Quand il n’y a pas le mépris derrière, aussi difficile à assumer que le regard des autres.

 

L’homme avait quand même pris le temps d’avertir l’agence en se présentant lui-même comme d' «intelligence moyenne, culture moyenne, sans talents particuliers, français moyen». «Je ne représente aucune idéologie politique, aucune religion (je suis laïc et athée), je ne représente que moi-même, un simple citoyen avec ses convictions et sa conscience».

 

Bien sûr, la partie sur les groupuscules sionnistes gâche un peu le message global, mais prouve surtout qu’il était en pleine confusion.

 

Tout ça pour montrer comment un mec normal, informaticien, cultivé et calme (il est resté très courtois pendant tout l’action), mais aussi équilibré, a fini complètement à bout ! Qu’un ras-le-bol permanent a pu amener à ce genre d’action.

 

Que l’agence Pôle Emploi en question soit remplie de gens compétents et respectueux ou pas (car il y en a, et sans doute plus que je ne l’imagine) n’est pas la question. Elle était de fait en première ligne et exposée à la colère et la détresse d’un chômeur qui n’a plus grand chose à perdre. Car elle représente cet Etat qui nous méprise et qui en même temps s’expose avec ses nombreux scandales et ses salaires exhorbitants.

 

Les chiffres parlent d’eux-mêmes, il y a de plus en plus d’agressions d’agents du Pôle Emploi, mais également de plus en plus de chômeurs longue durée et de plus en plus de misère sociale. La situation est explosive, tout le monde est tendu, cela se sent.

 

Il y a, bien sûr, des leçons importantes à tirer de cela avant qu’une telle action récidive. Qu’il est temps de créer un véritable organe d’Etat au service des chômeurs, avec un vrai suivi et un véritable accompagnement au retour à l’emploi, plutôt qu’une machine à chiffres. Qu’il est temps aussi de revaloriser les chômeurs plutôt que de les mettre au ban de la société (petit apparté : je suis persuadée que certains agents de Paul ne se permettraient pas certains actes ou certains propos si les chômeurs n’étaient pas si mal considéré par ceux qui nous gouvernent et sont censés nous représenter).

 

La France est actellement la même galère pour tous, il ne faudrait laisser personne la tête sous l’eau, au risque de laisser le navire couler.

 

Malheureusement, peu de chances que cela change, cet événement est déjà classé au fin fond des Faits Divers…Triste France.

 

 

 

 

Toi aussi, soutiens la chômeuse en votant solidaire !

Rendez-vous sur Hellocoton !