Le retour de Pasd’Bol !

16 janvier 2015

ascenseurHello les Lapinous ! Comment va ? Bien ou bien ?

Bon, les politesses d’usage sont faites, passons à la suite, je sais que tu n’attends que ça Lecteur.

J’ai bien des choses à raconter. Du drôle, du moins drôle, mais vu l’ambiance générale, on va dire que nous allons rester dans le drôle. Il y a longtemps que je ne vous ai pas raconté une petite anecdote de derrière les fagots qui me vaut ma réputation de galérienne… La dernière en date datant d’hier, autant en profiter !

Hier donc, j’ai foncé vers la sortie sitôt que le gong de fin de journée a retenti dans ma tête déjà bien encombrée par ma triple personnalité et les voix que j’entends pour passer le temps au boulot. Pourquoi ce besoin d’urgence ? Parce que j’étais pressée, Lecteur (voilà qui t’apprendra à poser des questions idiotes aussi) ! En effet, j’avais rendez-vous avec une copine pas vue depuis longtemps…

Bref, tout avait bien commencé, soirée sympa, quoique peu alcoolisée, super resto thaï, des rires, des blablas, tout ça tout ça. Bon, j’avoue avoir moins rigolé quand le patron du resto a remarqué le nom de mon entreprise sur le ticket restaurant qui servait à payer mon repas et qu’il m’a raconté par le menu tous les problèmes qu’il avait rencontré et le mépris que lui inspirait ma boîte. Je pense qu’il va falloir que je m’habitue à moins que je ne trouve un moyen de planquer le nom sur mes tickets avant d’être obligée de les jeter.

Il est tard, je me lève à 7h le lendemain, il est donc temps de rentrer. Le métro est à deux pas, je prends congé et je commence à pester quand je vois qu’il y a 8mn d’attente. Passé 23h quand on se les gèle et qu’on a envie d’aller se coucher, ça fait long. Mais soit, je sors ma 3DS XL (je vous ai dit que j’avais passé un très bon Annilloween ?) et je fais comme tout Parisien qui se respecte, je patiente.

Miracle, le métro arrive avec 1mn d’avance, j’ai du bol ! Mais…en entrant dans le wagon, j’ai remarqué un détail curieux, les stations affichées n’étaient pas de la bonne couleur ! Si tu n’as jamais mis les pieds à Paris, Lecteur, tu ne dois pas comprendre et penser que j’ai viré daltonienne. Les autres auront vite réalisé que je me suis tout simplement plantée de métro… Je vous passe le temps perdu à la correspondance, la nouvelle attente, la DS mon envie de me mettre des baffes. Enfin, je suis dans le bon métro et en route pour chez moi (arrivée prévue 50mn plus tard).

Je rentre, la lalala lalala la la, et j’arrive au pied de mon immeuble avec un peu d’appréhension quand même. Cela faisait 2 jours que l’ascenseur était mort de chez mort, kaput, a plus la boîte magique. Ma gardienne m’avait expliqué le pourquoi du comment le matin même : après des travaux initiés par EDF, les techniciens se seraient trompés de câble (trop long ou trop court, je ne sais plus, mais pas le bon quoi). Ils étaient censés repasser un jour pour réparer ça (mais quand ?), ce qui, je pense, était une bonne nouvelle pour les retraités du 8ème étage. Forcément, l’idée de me taper les escaliers (qui sont à l’extérieur donc en plein vent glacial) m’enchantait très moyennement à 00h30 (surtout en semaine travaillée). Mais, oooooooh, j’ouvre la porte et je le vois ! Il y a de la lumière ! Il marche !!! J’ai du bol vous dis-je ! Comment ne pas croire à la bienveillance du destin après une telle manifestation quasi surnaturelle ? Je pénètre le cœur joyeux dans l’ascenseur ! J’appuie sur le bouton, il fait du bruit et s’élève dans les airs comme un nuage. J’ai juste un peu tiqué quand il a passé légèrement mon étage pour se coincer avant celui du dessus… Non mais c’est sympa hein, on a pas souvent l’occasion de contempler son paillasson du ciel et le plancher des voisins.

N’écoutant que ma bêtise mon courage, je décide de forcer la porte pour me jeter sur le sol. Las, la porte en bon vieux métal forgé a refusé de s’ouvrir. Mon ascenseur étant moyennement grand et totalement biscornu, y passer la nuit était peu envisageable. J’avais bien mon portable mais pour appeler qui à cette heure-là ? Surtout avec 3% de batterie…

Enfin, après avoir fait beaucoup de bruit, je suis libérée de ma prison sans toucher 20 000 francs. Pour la petite histoire, cela a pris un certain temps… Tout est bien qui finit bien, j’ai pu aller me coucher. Bien ou presque.

Ma concierge adorée m’a expliquée que EDF était repassé avec un câble (j’ai pu le comprendre toute seule avec la lumière et l’élévation mystique). Apparemment, il n’est toujours pas de la bonne taille (nooooon ? sérieusement ??). Du coup, l’ascenseur marche très bien, à condition d’aller au 8ème étage ou au RDC. Comme un RER qui ne marque pas l’arrêt à certaines stations sans intérêt, mon ascenseur ne s’arrête ou ne fonctionne plus pour les étages intermédiaires. Tu peux donc aller tout en haut, aller tout en bas mais tu fais une croix sur le milieu. C’est ballot, j’habite au 4ème…

Tout ça pour dire que les histoires d’A. finissent mal en général…

Ça ne parle pas d’Amour !

Rendez-vous sur Hellocoton !