Le tabou de l’amitié

11 septembre 2012

tabou.pngPlaire à quelqu’un, on est bien d’accord, ça fait toujours plaisir et ça redope l’ego. Seulement lorsqu’il s’agit d’un ami, le malaise s’installe vite. Hier, donc, un ami m’a fait des avances. Je ne m’y attendais pas et je dois dire que je n’ai pas bien su quoi répondre. Il faut savoir que je suis assez nouille dans ce genre de situation… Car oui, messieurs dames, ce n’est pas la première fois que ça arrive !

 

Bizarrement, avec mon sex appeal d’huitre, je fais assez rarement flasher les hommes que je rencontre. Non que je passe inaperçue (je parle beaucoup) mais je ne suis pas de celles qu’on remarque illico la langue pendante. En revanche, j’ai souvent la cote auprès des amis. Enfin, souvent, n’exagérons pas, je n’ai pas un harem d’amis se mourant secrètement d’amour pour moi. Mais ça arrive. Faut-il se dire que c’est dans la durée que le physique de l’autre s’estompe et qu’en me connaissant mieux on réalise l’exceptionnel être que je suis ? Aucune idée. Ce que je sais, toutefois, c’est que cela m’a déjà flingué pas mal d’amitiés, notamment avec des amis très proches.

 

Là, certains vont se dire « mais pourquoi tu ne fonces pas ? ». C’est simple, je suis tout à fait incapable de voir mes amis autrement que…ben comme des amis en fait. En ce qui me concerne, ils sont tous asexués option intouchables. Coucher avec un ami, pour moi c’est comme de l’inceste, c’est moche et je suis pratiquement sûre qu’il y a des lois contre ça !

 

Bref, je ne suis pas capable d’être attirée par un ami, même ceux qui seraient parfaits sur le papier. Même si je suis très tactile et tout à fait capable de dormir dans le même lit (j’ai dit dormir). Rien, nada, walou. Les mecs qui me plaisent doivent impérativement faire partie d’un cercle assez large allant d’inconnus à connaissances, en passant, bien sûr, par presque gens. Et les potes ? Ok, c’est la catégorie au dessus et elle est parfois limite. Mais comme je n’aime pas mélanger, un pote reste un pote et puis c’est tout. Du coup, ça réduit le champ des possibles, c’est évident et c’est ballot, mais c’est comme ça.

 

Alors je sais bien qe certaines histoires naissent d’une belle amitié qui a tourné, mais je me vois mal me forcer tant cela me paraît pas naturel du tout. Un ami est un ami, point. Même le meilleur ne sera jamais rien d’autre (ceci étant, je suis tranquille avec le mien qui a une femme fabuleuse et avec lequel il n’y a jamais eu la moindre ambiguité, ce qui me permet d’être aussi dingue que je le souhaite). C’est pour cela que lorsqu’un ami s’emballe, je suis triste car je ne pourrai pas répondre à son attente et, surtout, parce qu’il en concevra de la peine (en général c’est la colère et la rupture qui suivent…)

 

Pour ma part, quand quelqu’un me plaît et qu’il y a rapprochement, je tâche d’éviter la friendzone, sinon mon regard va changer et ça sera foutu pour de bon. C’est difficile, pratiquement autant que de faire de la corde raide. Essayer d’être proche sans virer meilleure copine n’est pas évident… Au moins les choses restent claires dans ma tête.

 

Mais quand même, qu’est-ce que c’est rageant !!! Pour une fois que je plais !

 

Et vous, que pensez-vous de vos amis ? Sont-ils des histoires potentielles ou êtes-vous également concernés par le tabou de l’amitié ?

Rendez-vous sur Hellocoton !