A l’école des filles

20 janvier 2014

sailor moonFut un temps, je me moquais des hommes qui avaient, semble t-il, reçu un entrainement spécial. Mais les filles ont également reçu des cours classés top secret qui expliquent ce qu’elles sont…

Les cours sont, bien sûr, plus légers, plus choubidous, mais il ne faut pas croire, ce n’est pas tous les jours facile à la Girly Scool.

Alors que les garçons ont pour obligation de visionner toutes les aventures de Chaudasse, les filles nagent dans l’univers pailleté de Mon Petit Poney. Quand les petits garçons sont durement amenés sur la pente de la virilité exacerbée, les petites filles se doivent de considérer la vie en couleur rose bonbon. D’ailleurs, des débats suivent le visionnage…mais attention, seuls certains mots sont autorisés ! Pas évident de tenir une discussion philosophique lorsque tout ce que l’on peut dire est à base de « mignon », « trop chou », « super émouvant, j’ai failli pleurer quand le poney rose a perdu ses pouvoirs magiques », « J’adore, c’est si joli » et de « Ooooooooh »

Il y a bien sûr des travaux manuels. Pas de couture ou de repassage, non, l’école est quand même évoluée. Mais au lieu de l’atelier gommettes, il y a « Création de robe de mariée avec un drap », « Mon poupon je l’aime, je m’en occupe car je suis sa maman » et « Dessine-moi une bague de fiançailles ». Et si on est nulle de ses 10 doigts ? Pas de problème, il y a l’atelier théâtre. Un seul thème « Accepter sa demande en mariage après l’avoir amené insidieusement à la faire ». Action, improvisation, vous avez 30 mn. Messieurs, quand vous vous plaignez que votre compagne cherche à tout prix à s’engager, ayez un peu de compassion. Leur cerveau a été totalement conditionné à cet effet.

Le cours « Je suis une princesse » est un peu spécial (et toutes les filles y ont eu droit, celles qui disent le contraire sont des menteuses). En effet, l’uniforme est de règle : une jolie robe doré avec une longue traîne et une tiare. Prends ça dans les dents Harry Potter ! Et le programme est chargé. On apprend à se faufiler aux toilettes sans faire de bruit, à ne jamais faire de bruits incongrus, on ingère des tonnes de paillettes, on regarde tous les Disney en boucle, on apprend à s’évanouir à la vue d’un dragon dès qu’un prince passe (à tout hasard, on nous apprend aussi comment latter ledit dragon si le prince n’arrive pas à temps mais ça il ne faut pas le dire), on s’entraîne devant un miroir pour l’expression qui tue « grand yeux de biche humides » et, comme projet de fin d’année, on doit définir le portait type du prince charmant qui nous convient dans un mémoire illustré de 300 pages. Bizarrement, si le contrôle continu a un taux record de réussite (99%), la majorité des filles échouent au mémoire (20% de reçues avec une moyenne de 13/20)…Curieux. Donc oui, les femmes, une fois adultes, cherchent leur prince, c’est un projet de vie défini il y a longtemps. Mais à projet mal défini, prince tout pourri…Et on s’étonne qu’elles tombent toujours à côté, elles cherchent généralement la mauvaise personne !

Tout n’est pas tendre et doux la Girly School. Loin s’en faut ! Dès le début de la puberté (lorsqu’elles sont reconnues nubiles), les filles intègrent un cours hardcore, bien plus dur que Koh Lanta et Fear Factor réunis. Car, dans l’esprit de l’école, une fille n’est pas seulement une princesse. C’est également une fille qui sait ce qu’elle veut, fait tout pour l’obtenir quitte à asservir le mâle à cet effet. Autrement dit, une chieuse. Bien sûr, le cours tient compte des aptitudes innées de chacune, nulle n’est égale en termes de capacité de chiantitude. Mais c’est un cours primordial pour l’obtention du diplôme final (sans autorisation écrite du rectorat, tu n’as pas le droit d’être pénible en couple). Fort heureusement, malgré la difficulté, toutes les filles réussissent haut la main ! Il faut dire que l’entraînement est sévère. 8h de cours une fois la nuit tombée, après les cours officiels de l’Éducation Nationale ! Des heures et des heures à apprendre comment parler non stop, à prendre la tête aux hommes volontaires, à leur répéter en boucle « Dis ? A quoi tu penses ? Dis ? tu m’aimes ? Dis ? J’ai grossi ? Dis ? Tu la trouves plus jolie que moi ? Dis ? On va où, c’est sérieux nous deux ? Dis, on fait un bébé ? Dis ? Tu me présentes ta mère ? Dis ? On vit ensemble ? Dis ? C’est qui Chaudasse ? », à user des tonnes de larmes artificielles, à geindre, à menacer, à découvrir à quoi sert une grève du sexe et comment la mener à bien (l’UV s’appelle « Leçon de sexe : arme et dépendances »), à faire des caprices, à simuler le lancer d’assiettes (aussi à simuler tout court), à raccrocher le téléphone au nez du correspondant, à bouder… Et si, par hasard, on se laisse aller à être trop gentille, compréhensive et facile à vivre, on se prend une mandale de la part des profs ! Faut pas croire, être une chieuse c’est difficile, c’est un apprentissage à la dure qui laisse des traces ! Que vous en souffriez maintenant, messieurs, vous semble peut-être injuste, mais c’est le système qui veut ça, une fois diplômées, les filles n’ont pas le choix (comme quand on s’engage dans l’armée, c’est la guerre !)

Heureusement, les cours d’éducation physique permettent de se défouler un peu. On prend un mannequin déguisé en prince, on le monte sur un cheval à roulettes avec fusées intégrées, on le lance à toute vitesse…et toutes les écolières courent derrière pendant plusieurs jours s’il le faut en espérant qu’une roue casse ou que la batterie déconne. Un vrai moment de poilade !

Pourquoi pensez-vous que les femmes traînent ensemble en banc de poissons, se tiennent le sac à main aux toilettes ou s’appellent pendant des heures ? Une expérience pareille, ça rapproche, ça crée des liens forts, toujours ensemble dans l’adversité. Oui, définitivement, hommes et femmes n’ont pas vécu la même éducation, c’est peut-être pour ça qu’arrivés à la trentaine, ils se cherchent sans se trouver.

Je crois qu’il est temps de prendre mes médicaments avant que les petits hommes en blanc me ramènent à la maison…

N’empêche, parfois, j’aimerais bien être un ninja !

Rendez-vous sur Hellocoton !