L’endométriose, ce combat…

31 mars 2012

homeopathie-ventre-plat.jpgCa faisait très longtemps que je n’avais pas évoqué le sujet… Entre les galères du chômage, de la blonde, le retour au travail et les posts egocentrés un peu débiles, on pourrait penser que j’ai oublié, que cette partie de ma vie est terminée.

 

Seulement, qu’on ne s’y trompe pas, rien n’est fini, on ne guérit toujours pas de l’endométriose ! Penser qu’avec l’opération, le départ de la poche et l’arrêt des médicaments décidé par mes chirurgiens, la maladie est derrière moi est une erreur.

 

Pour l’instant, je suis vraiment très chanceuse, vraiment. Je n’ai subi que deux opérations (dont une pour pour l’endo en tant que telle), je n’ai plus mal, apparemment il n’y a pas de récidive, je n’ai plus de traitements lourds à prendre et surtout j’ai gardé tout mon appareil reproducteur (sauf un micro bout d’ovaire et un bout de vagin mais on ne va pas chipoter). De la chance, c’est tout. La menace est toujours là, le risque aussi. Et pourtant, j’aurais tendance à l’oublier. Je vis normalement, je recommence enfin à vivre pour de vrai, sans y songer. Ce qui est bien d’un certain côté. Se savoir atteinte d’une maladie incurable et récidivante est profondément anxiogène, réussir à passer outre est en soi une petite victoire. Mais zapper la maladie complètement est aussi une façon de la fuir…

 

Heureusement, je suis tombée sur une vidéo qui remet les pendules à l’heure !

 

Pour tous ceux qui me demandent encore régulièrement ce qu’est l’endométriose, comment on le vit et ce qui se passe, voici un témoignage de femmes, de femmes comme moi, malades, en souffrance, qui essaient tout simplement de vivre avec l’endo. Certaines ont des endo plus légères, d’autres plus graves que moi. Bref, je suis une parmi d’autres. Affligeante banalité !

 

Comme le montre la vidéo, les souffrances de l’extérieur sont sans commune mesure avec celles de l’intérieur. Et pour ceux qui se demanderaient, non je n’ai pas participé, mais si c’était le cas, mon corps ferait partie des plus marqués, même avec seulement deux opérations.

 

Le combat continue, mais l’espoir est la clé ! Bon visionnage…

 

 

Une petite dédicace à toutes mes blogopines atteintes, comme moi, de maladies dont on parle peu, qui sont tout aussi violentes à vivre au quotidien, invalidantes et incurables pour le moment. Il n’y a pas que l’endométriose… Je pense fort à vous les filles !

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • endometriose et chomage
  • ventre plat endometriose