Ma déclaration

10 mai 2011

ys8ruzx8.gif

Hier, je me plaignais de la lâcheté de certains hommes (pas tous, il ne faut pas généraliser). Mais parfois, ceux-ci vous réserve une bonne surprise.

 

Connaissez-vous la pub Impulse ?

 


C’est ce qui m’est arrivée hier, virtuellement parlant !
Je ne me le cache pas (ni à personne), je m’aime beaucoup. Je pars du principe qu’on est jamais mieux servi que par soi-même ! Je suis même assez imbue de moi (pour tout un tas de raisons qui n’amuseraient personne !)

Cependant, même si je fais tout pour que la communauté Internet partage mon amour de moi-même, je suis toujours très étonnée de voir…ben que ça marche !

Je sais, c’est très paradoxal tout ça, et même contradictoire. Mais c’est un fait : je suis toujours surprise qu’on me trouve drôle (mon humour ne fait rire que moi en général), sympa (j’avais pas d’amis quand j’étais jeune), dynamique (je suis une grosse mollasse sur mon canapé, si je pouvais être rémunérée à ne rien faire…je signe !!!), positive (je suis la reine du cynisme et du défaitisme) et joyeuse (je grogne et je râle…plus que je ne parle). Evidemment, ça m’encourage à aller encore plus loin et encore plus haut !
A quoi est-ce dû ? Ai-je tant de talent ou suis-je particulièrement convaincante ?

Une petite anecdote à ce propos. Au lycée…oui ok, j’étais toujours Daria. Soit on m’appréciait de loin, soit on m’évitait soit on se moquait de moi. Bref…De toute façon, j’étais dans une classe de boeufs (vous croyez que de leur avoir dit ça a joué sur ma popularité ? D’un autre côté, une classe de L avec 8/20 de moyenne annuelle en français, les nuls quoi !) Il m’arrivait d’être sympa et de conversation agréable, mais dans l’ensemble nous nous méprisions mutuellement.

Le seul truc qui me posait problème c’est qu’ils minimisaient mon intelligence. Vous savez comment son les ados. Ils se sentent toujours supérieurs aux autres, pensent posséder la science infuse (même quand leur niveau ne leur permet pas d’obtenir le bac) et supposent d’office que toute personne bizarre est forcément stupide. Honnêtement, qu’on pense de moi ce qu’on veut, mais je suis très chatouilleuse quant à mon intelligence (attendez, c’est le seul truc que j’aie pour moi, autant le défendre bec et ongles !).

Ainsi, je me suis mise en tête de leur montrer qui était le chef ! Finalement, j’ai fini par leur expliquer que nous n’appartenions pas au même monde car j’étais…un génie ! Non, pas comme Aladdin, plutôt comme E=Mc².
Petit souci, je suis incroyablement intelligente (si si, je l’affirme), mais je ne suis pas géniale (je l’affirme moins, même si c’est la triste vérité). Remarquez, ça tombait bien, mes camarades de classe non plus.
Comment ai-je fait pour leur faire passer cette vessie étrange pour une jolie lanterne ? Simple ! D’abord, vous les isolez un par un, de temps en temps. Jouez-la bizarre à fond. Essayez d’analyser les traits de craie sur le tableau, comme si vous lisiez un bon livre. Puis, pour leur prouver vos dons, faites-leur tracer des traits. A partir de là, tel Freud revenu d’entre les morts, expliquez-leur ce que ces traits indiquent de leur personnalité (en vous basant sur des mois d’observation et votre bon sens naturel, mais chut, ça c’est votre petit secret). Votre nouvel ami est sidéré que son gribouilli informe soit si clair pour votre esprit. Précisez que vous avez toujours été une enfant précoce et impressionnante. Surtout, soyez sûre de votre génie (il ne peut être remis en doute). Recommencez autant de fois que nécessaire. Enfin, vos interlocuteurs, toujours avides d’entendre parler d’eux-mêmes, vous poseront des questions pour découvrir ce que vous voyez à travers eux (un ado s’imagine toujours que psychologie de comptoir rime avec Madame Irma). Et voilà, le tour est joué !
Vos camarades ne vous aiment pas plus, n’ont pas forcément plus de respect pour vous, mais restent persuadés que d’une façon ou d’une autre votre génie les surpasse (ce qui engendre d’autres problèmes de jalousie et de méchanceté gratuite, mais il faut savoir ce qu’on veut).

La question que je me pose aujourd’hui est donc : pourquoi m’aimez-vous ? Je veux dire…je comprends, vous avez du goût. Mais ça me dépasse un peu (même si c’est sans doute justifié, je ne dirai pas le contraire).
Revenons à mon sujet initial (je pars souvent en digression dès que je pense à moi…y a t-il un extracteur d’ego dans la salle?). Hier, donc, un inconnu m’a fait une déclaration virtuelle. Et ça m’a fait beaucoup, beaucoup de bien !

Merci à Quadramatique de m’avoir déclaré son amour (bon tu m’as fait des infidélité mais je te pardonne)

Comme quoi, c’est important de s’aimer soi, mais c’est tellement plus vrai et plus sincère quand ça vient des autres

Rendez-vous sur Hellocoton !