Ma sélection ciné de la Saint-Valentin !

11 février 2012

allocine4-120311113054.jpgQuand on est couple, en général on passe une petite soirée en amoureux le 14 février (je dis bien en général…M.Pasd’Bol n’aimait ça, en général on matait la télé en mangeant des pâtes). Petit restaurant, ou petit repas maison, des bougies, de la musique…Bref, on a souvent autre chose à faire que regarder un film (exception faite des vieux couples).

 

Quand on est célibataire, mieux, quand on est une fille célibataire, on aime bien célébrer ce jour-là à sa façon, histoire de montrer qu’on est pas obligée d’avoir un homme pour passer une bonne soirée. En solo ou avec des copines, ça se termine bien souvent par une soirée glace/film. Là encore, je généralise, beaucoup de nanas aiment aussi se faire un resto ou draguer dans les bars. Mais quand même, le cliché a du vrai.

 

Et que regarde-t-on à la Saint-Valentin ? Dans la majorité des cas il s’agit de films d’amour (voire un peu guimauve), souvent appelés « films de filles ». Pourquoi tant de masochisme, j’avoue que je n’ai jamais compris. Est-ce une façon de vivre l’amour par procuration ce jour-là ? Un secret espoir que, oui, le prince charmant existe bien et que bientôt elles vivront la Saint-Valentin avec l’homme de leur vie (je leur souhaite d’ailleurs) ?

 

Pour ma part, mon choix est différent. J’ai plutôt envie de regarder des films de femmes indépendantes, fortes, fières et solidaires, bref très « girl power », histoire de m’émouvoir un peu tout en me donnant envie de me réaliser et de faire quelque chose de ma vie dont je sois fière. Et des films comme ça, il y en a pas mal. Voici ceux que j’ai retenus.

 

Autant en Emporte le Vent

 

Autant-en-emporte-le-vent-film.jpg

 

Le pitch : En Georgie, en 1861, Scarlett O’Hara est une jeune femme fière et volontaire de la haute société sudiste. Courtisée par tous les bons partis du pays, elle n’a d’yeux que pour Ashley Wilkes malgré ses fiançailles avec sa douce et timide cousine, Melanie Hamilton. Scarlett est pourtant bien décidée à le faire changer d’avis, mais à la réception des Douze Chênes c’est du cynique Rhett Butler qu’elle retient l’attention…

 

Mon avis : Je vous vois venir…certains vont me dire « pfff, et après elle nous dit qu’elle ne va pas regarder un film d’amour ! N’importe quoi ». Si c’est l’idée que vous avez, je suis désolée de vous dire que vous n’avez rien compris au film. Oui, Scarlett est une grande amoureuse, oui son histoire avec Rhett est passionnée…mais ce n’est absolument pas le sujet du film ! Il s’agit bel et bien d’un film féministe. Scarlett, égoïste, capricieuse est avant tout une femme prête à tout pour sa survie, celle de sa famille et surtout de sa terre. Oui elle est jalouse de la pauvre Melanie qu’elle méprise un peu, mais pourtant leur amitié va permettre de survivre dans un Sud occupé. Scarlett grandit dans une plantation d’esclaves mais a plus de respect pour lesdits esclaves que les soldats nordistes venus soi-disant les délivrer. Scarlett se sert des hommes et ne comprend l’amour que lorsqu’elle l’a perdu. Mais au final, il lui reste la source de sa force : Tara. notons qu’elle a suffisamment confiance en elle pour exprimer sa volonté de récupérer son jules après son départ.

 

La Couleur Pourpre

 

couleur_pourpre1.jpg

 

Le pitch : L’histoire de deux soeurs, Celie et Nettie, et de leur famille qui a la particularité d’être de couleur noire au cours de la premiere moitie du XXeme siècle dans le sud des Etats-Unis.

 

Mon avis : l’un des plus beaux films de Spielberg et l’un de mes films préférés tout court. L’histoire est sublime, le film est beau et le jeu de Whoopie Goldberg est juste magique. Comment une fillette analphabète, pas très éveillée, mariée de force, violée, battue, humiliée arrive à s’élever seule (avec l’amitié de la maîtresse de son mari), à devenir libre, fière et à prendre confiance en elle. Comment elle arrive à se battre pour faire mentir tous ceux qui la méprisent et dépasse même la simple survie pour se créer une vie digne d’elle.

 

Beignets de Tomates Vertes

 

beignets.jpg

 

Le pitch : De nos jours, en Alabama, Evelyn Couch, femme au foyer, mène une existence monotone jusqu’à ce qu’elle rencontre Ninny Threadgood, une vieille dame extraordinaire, qui va lui redonner goût à la vie. Celle-ci lui raconte sa jeunesse, 60 an
s plus tôt, à Whistle Stop, petite bourgade du sud des Etats-Unis. L’histoire que raconte Ninny est celle de l’amitié entre deux femmes : Idgie, forte tête, véritable garçon manqué, et Ruth, douce et remarquable cuisinière. Mariée à Franck Bennett, un homme violent, Ruth finit par appeler Idgie au secours, et s’enfuit avec elle. Les deux femmes décident d’ouvrir un restaurant. Mais Bennett n’a pas dit son dernier mot…

 

Mon avis : des destins croisés dans un Alabama raciste et difficile. Des histoires d’amitiés de femmes prêtes à tout pour se réaliser sans hommes, sans se soucier de l’opinion des autres ou de la mentalité de l’époque. Des femmes qui osent malgré les difficultés ou la violence, des femmes puisent leur force dans l’amitié et qui veulent profiter coûte que coûte de tout ce que la vie à à offrir. J’adore ce film…

 

We want Sex

 

we-want-sex.jpg

 

Le pitch : Au printemps 68 en Angleterre, une ouvrière découvre que, dans son usine, les hommes sont mieux payés que les femmes. En se battant pour elle et ses copines, elle va tout simplement changer le monde…

 

Mon avis : j’avoue je ne l’ai pas vu (c’est pas faut de vouloir). Mais les critiques étaient élogieuses et surtout, il s’agit d’une histoire vraie. Ou comment des femmes décident de lutter contre l’ordre établi.

 

La Couleur des Sentiments

 

La-Couleur-Des-Sentiments-Affiche.jpg

 

Le pitch : Dans la petite ville de Jackson, Mississippi, durant les années 60, trois femmes que tout devait opposer vont nouer une incroyable amitié. Elles sont liées par un projet secret qui les met toutes en danger, l'écriture d'un livre qui remet en cause les conventions sociales les plus sensibles de leur époque. De cette alliance improbable va naître une solidarité extraordinaire. À travers leur engagement, chacune va trouver le courage de bouleverser l'ordre établi, et d'affronter tous les habitants de la ville qui refusent le vent du changement…

 

Mon avis : pareil, je n’ai pas encore eu l’occasion le voir, il est sur ma liste (tout comme le livre). Encore une histoire forte de solidarité et d’amitié au delà des clivage et du racisme.

 

Evidemment, on peut en citer d’autres, mais ici ce n’est pas l’encyclopédie du cinéma. Bien sûr, la Saint-Valentin est la fête des amoureux, mais je préfère célébrer l’Amour dans sa globalité : l’amour de soi (important, il faut se respecter), l’amitié, l’amour de l’autre en général…

 

Vous noterez que beaucoup de ces films se passent dans le Sud des Etats-Unis à une époque où il ne faisait pas bon être de la mauvaise couleur. Ce n’est pas fait exprès, néanmoins j’en ai d’autres (comme Dans la Chaleur de la Nuit) et je réalise que c’est une thématique qui me touche particulièrement. Comment ne pas penser à ce que serait le monde s’il n’y avait eu un Martin Luther King Junior ou un Nelson Mandela pour faire avancer la cause de l’égalité et de la fraternité (et en France on a eu…euh…Ah non c’est vrai que notre gouvernement préfère nous ramener en 1812 quand les chômeurs étaient envoyés en prison ou à « l’hôpital », que les SDF étaient arrêtés pour vagabondage, que les noirs étaient des sous-hommes indignes de parler aux blancs, que les femmes étaient de petits animaux fragiles appartenant à leur mari ou à leur père, et où les travailleurs pauvres étaient méprisés et n’avaient pas le droit de vote).

 

Ces films ont le mérite de rappeler qu’au delà de la notion de civilisation, il y en a une plus fondamentale : celle d’humanité.

Rendez-vous sur Hellocoton !