Mes années collège !

25 août 2013

degrassi-high-les-annees-collegesPour commencer, Lecteur, toutes mes confuses pour ce long silence. Une sombre histoire de verre d’eau, de chat et de clavier a retenu toute mon attention ces derniers jours. Et comme j’ai la moitié du clavier qui déconne et rend la frappe très pénible, tu comprendras que j’écrive moins, bien que le cœur y soit.

Contrairement à ce que le titre annonce, je ne vais pas vous raconter les anecdotes de mon adolescence. Déjà, car il n’y a pas grand-chose à raconter. Au collège, c’est bien simple, j’étais Daria. En pire et avec moins d’amis… Ce qui est drôle d’une certaine façon vu je revis la même chose au travail actuellement mais passons…

Il y a un autre endroit où je me sens comme au collège. Vous l’aurez deviné, il s’agit bien de AUM. Vous dire combien j’y suis populaire (et à ma place).

J’y retrouve un peu cette ambiance faussement bon enfant de faux-semblants, de coolitude, d’insouciance (non, ce n’est pas toujours une bonne chose, le côté  allons-y tout est permis, ça va 5mn), et parfois aussi d’ignorance crasse (je sais, je sais, je suis snob).

Et alors, des années après mon BEPC, qu’est-ce qui a changé ? Et ben, pas grand-chose. Il faut croire qu’on n’évolue jamais vraiment.

Ce qui est marrant au collège, c’est que c’est une vie en miniature. Avec sa société propre qui évolue en cercle fermé. Au bout d’un moment, tout le monde connait tout le monde, au moins de vue. Je l’ai déjà dit je m’ennuie souvent au travail, Samy est mon seul ami, c’est pour cela que je lui ai mis l’appli AUM. Et que fait-on sur cette appli ? On répond aux mails…ou on s’amuse avec la fonction recherche pour faire défiler les profils comme une bonne lecture de catalogue La Redoute. On n’a pas obligatoirement envie d’acheter, mais tourner les pages en regardant des tas de photos ça occupe. Du coup, on retrouve souvent les mêmes personnes. On se dit que untel vient de rentrer de vacances (même si on ne lui a jamais adressé la parole, on sait qui c’est et qu’il était absent 15 jours), que bidule a eu un changement dans sa vie car il a modifié toutes ses photos et souhaite désormais améliorer son image (ce qui me rappelle le temps de mes premiers décolletés…soupir ému), que machin se la raconte encore… Au final, tout ça forme une sorte de petite famille d’initiés presque sympathique. Évidemment, les petits nouveaux se font remarquer de suite ! Comme au bon vieux temps, on les voit essayer de copier les anciens pour s’intégrer…

Au collège, il y a toujours des mecs archi populaires. Ils ont la classe et toutes les filles à leurs pieds. Et comme au collège, ils refusent de t’adresser la parole. T’es jamais assez cool, ou alors pour coucher un soir (ce dont ils ne se vanteront pas auprès de leurs potes). Il peut arriver qu’ils vous disent bonjour une fois, mais c’est par habitude de vous voir, vous faites partie des meubles…

Il y a aussi le rigolo de service, toujours là avec des blagues nulles qui ne font rire que lui (attention, lui aussi il veut juste du cul, ce sont ses hormones qui parlent). Chaque collège à son mytho, AUM en a des milliers. Fausses photos, faux profil, fausse vie ou faux célibat, on comprend mieux l’importance chez ces messieurs d’une fille qui ne croit pas tout ce qu’elle lit.

Parfois, tu as de la chance, tu te fais un ami. Mais, celui-ci gagnant en confiance ne te donnera plus jamais signe de vie du jour au lendemain (qui n’a pas connu ça au collège ?). Tu as aussi les bizarres, ceux  que tu évites de croiser dans les couloirs quand tu vas en classe. De l’Omar Sharif de la fellation (la pipe c’est son dada) au SM flippant, du couple échangiste au mec qui a comme pseudo Grosse  Bite ou I Love Cuni. Mais là, on a tous appris qu’il ne fallait pas accepter de bonbons des inconnus ou parler aux étrangers qui portent un imper.

Je vous épargne les limités du bulbe dont on sait qu’ils en seront toujours à la 6ème quand vous passerez votre bac. Il arrive que quelqu’un s’éprenne de vous (même de Daria oui oui). Dans le meilleur des cas, il s’agit du gentil garçon que vous trouvez tellement sympa (et aussi sexy qu’un bulot) sauf que…vous, vous kiffez Brandon, le beau gosse de service qui préfèrera toujours Ludivine la coquine qui couche. Dans le pire des cas, il s’agira du boulet de la 3ème B qui n’hésitera pas à vous harceler (en espérant que vous cédiez) et vous faire des crises de jalousie monstres si vous ne lui avez pas répondu dans les deux minutes alors que, si, vous étiez connectée, il le sait !

Quand on ne rentre pas dans un moule formaté, qu’on refuse de répondre aux codes standards ou que l’on préfère ne pas trop se dévoiler pour ne pas offrir son âme à la communauté, il est particulièrement difficile de trouver sa place.

J’exagère volontairement, mais à peine, Lecteur. Il existe malgré tout des garçons très chouettes avec qui j’apprécie de converser et que j’accepte de rencontrer (d’ailleurs, Lectrice, si tu me lis, tu seras bien aimable de me les laisser, j’ai eu bien du mal à les trouver).

De toute façon, je n’ai jamais aimé le collège, je n’avais qu’une hâte, en partir.

Ce n’est donc qu’une question d’heures avant que ne sonne la cloche annonçant la fin de l’année !

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • les années collège
  • les années colleges
  • années college
  • les années collège degrassi
  • mes années collège
  • raconter ses annees college