Moi si j’étais un homme…

15 avril 2012

capitaine.jpg…je serais capitaine ! (je sais, celle-là on vous l’a déjà faite). Non pas d’un bateau vert et blanc (j’ai le mal de mer, un truc de dingue), on m’appellerait juste Capitaine, Captain ou Cap, et j’aurais un joli chapeau.

 

En revanche, je mènerais ma vie (qui est une vaste galère, donc finalement ça se tient) d’une main de maître, je n’aurais pas peur de m’engager sur une mer houleuse histoire d’arriver à bon port, j’éviterais tous les écueils pour ne pas m’échouer sur un ban de sable qui me paralyserait, et j’irais jusqu’au bout de mes rêves vaille que vaille, en marin courageux que je serais.

 

Il faut dire la vérité, quand on rêve à son idéal d’homme (à ne pas confondre avec le Prince Charmant ou le Mec Parfait…quand on a dépassé 30 ans on a normalement arrêté de se prendre pour Candy au pays magique des Bisounours avec du Disney en fond sonore), c’est souvent en fonction de ce que l’on est soi-même et de ce que l’on fantasme, pas d’une réalité concrète (ou alors rarement). On lui prête souvent des qualités que l’on possède, ou que l’on aimerait posséder. Même si dans les faits, quand on rencontre M.Big on s’accomode plus ou moins bien de ses travers, nul doute que d’avoir un fan de WOW ou un collectionneur émérite de capsules de bière ne faisait pas parti des désidératas de base dans la liste envoyée à Cupidon.

 

De plus, plus on a trainé de casseroles, plus on a d’exigences (oui, relever la cuvette des toilettes peut en faire partie).

 

Donc, si j’étais un homme, déjà, je saurais exprimer mes sentiments. Mais pour de vrai. Pas un « non mais tu sais ce que je ressens, pas la peine d’en parler » ou de « mais bien sûr que j’ai des sentiments pour toi » (3 ans et demi à ce régime, vous pétez les plombs). Et comme je serais un homme intelligent, je saurais que les paroles c’est bien, mais que les actes c’est mieux (il n’y a pas d’amour, il n’y a que des preuves d’amour). J’aurais donc des petites attentions de rien du tout aussi crétines que ramener son plat préféré, là comme ça, en revenant de courses à la personne aimée, et ne pas me contenter d’une liste basique de courses que je n’aurais même pas été foutue de faire moi-même. Essayer de surprendre l’autre à son anniversaire plutôt que me contenter d’une liste basique de cadeaux que je n’aurais même pas été foutue de faire moi-même. Choisir la destination de nos vacances, même au pif, plutôt que de me contenter d’une liste basique de choix que je n’aurais même pas été foutue de faire moi-même. Moi, si j’étais un homme, je ferais mes listes moi-même !

 

Evidemment, j’aurais une vie à moi et je respecterais celle-de l’autre, mais je ne serais pas non plus centrée sur mon nombril en me disant que ma nana passe après mes loisirs, ma famille, mon bon vouloir et mes états d’âmes. D’ailleurs, je ferais aussi en sorte de l’impliquer dans cette vie. Parce que bon, le côté, « tu ne viendras jamais aux sorties avec mes amis, parce que ce sont mes amis et que s’ils ne t’ont pas envoyé une invitation directe c’est qu’ils ne veulent sans doute pas te voir, j’y suis pour rien et m’attends pas pour dormir », je vais être honnête, ça lasse. Et comme l’indépendance passe aussi par la confiance, je serais fidèle, tiens !

 

Je serais irréprochable pour mon hygiène corporelle et je prendrai une douche par jour. Je serais aussi capable de me faire à manger, et pas que des pâtes.

 

J’aurais des passions (dans la limite du raisonnable…je n’irais pas claquer 1 000 euros pour une guitare moche alors que je n’ai pas payé ma part du loyer par exemple) et j’aurais envie de les partager.

 

Je saurais aussi dire à l’autre qu’elle est jolie (nous les filles on aime bien ça, même si c’est faux, on aime se sentir belle dans le regard de l’être aimé, surtout avec 50kg de trop).

 

J’aurais aussi un petit grain de folie, parce que mince, faut savoir se marrer dans la vie ! Et ça fait des souvenirs inoubliables !

 

J’aimerais les chats, je serais ouvert d’esprit et j’aurais une très grande curiosité de la vie. Donc j’aurais toujours envie de m’améliorer et d’évoluer, mais pas pour elle, pour moi !

 

Le mot engagement ne me ferait pas peur, du moins si je suis avec la bonne personne. Si elle ne l’est pas, je saurais être honnête. Et si elle l’est, on se soutiendra ensemble dans les coups durs, je ne fuierais pas l’adversité (parce que je serais super adulte) et on construira quelque chose à deux.

 

Communication serait mon maître mot (non « hum » et « groumpf » ne sont pas des mots) ce qui ne veut pas dire que je harcèlerais la personne pour qu’elle parle. Et surtout je saurais écouter.

 

Je serais câlin et tendre, mais je saurais aussi être ferme (sans mauvais jeu de mots) dans mes résolutions.

 

Je saurais ce que je veux professionnellement (d’ailleurs je serais trop bon dans ce que je fais car je serais aussi impliqué qu’intelligent) et j’aurais une vraie ambition (sans pour autant avoir les dents qui rayent le parquet).

 

Mais surtout, je voudrais croquer la vie à pleines dents avec tout ce qu’elle a à offrir ! Et je serais une bête de sexe, mais ça c’était évident.

 

 

Bref, si j’étais un homme, je serais un homme…en mieux !

Rendez-vous sur Hellocoton !