Mon ex ce zéro

20 mars 2011

 

 

Ma vie est un long fleuve pas tranquille. Ma vie, en fait, c’est comme les chutes du Niagara : régulière mais violente, faut savoir encaisser.

 

Je suis actuellement chômeuse, malade et poilue, mais avant que tout ceci n’arrive, j’avais bel et bien une autre vie, un passé révolu dont j’ai largement fait mon deuil. Avant, j’étais une jeune-femme prometteuse, en bonne santé et j’allais chez l’esthéticienne tous les 15 jours. Et surtout j’étais mariée (je rappelle, jeune, c’est important, JEUNE) et j’avais une belle vie de bobo (voire de bobonne).

 

Là vous vous dites « ça y est, séquence nostalgie ! Pasd’Bol va venir pleurer sur son amour perdu et sur comment sa vie a basculé ! ». Vous vous mettez le doigt dans l’oeil jusqu’au coude (ça doit faire super mal…ça va ? j’ai de la morphine sinon ?). Rien de tout ça, en bonne ex historienne (oui j’ai failli devenir chercheur, c’était le but de mon doctorat), j’ai tendance à me pencher sur le passé, mais les récents événements m’ont remise sur de bons rails. Je vis « avenir », je pense « avenir » et je ne pense qu’à moi et ma future toute puissance.

 

D’où vient donc ce nouveau délire ? Résumons (action caméra, sortez les mouchoirs). Séparation il n’y a pas très loin de trois ans (bon 2 ans et demi, on va pas chipoter), nous devions « rester amis » (sérieusement y en a pour qui sa marche ce genre de conneries ?) car on ne jette pas 10 ans ensemble comme ça, rester présents l’un pour l’autre, bla bla bla.

 

Bien sûr, c’était sympa sur le papier, mais en pratique on est loin du compte.

 

Depuis cette époque, il refuse de prendre aucun de mes appels (en général, ce n’est pas pour raconter ma vie mais pour régler une question administrative) alors qu’il ne vit pas sans son Blackberry (ça a pesé dans le divorce), m’envoie des mails aussi chauds que la banquise sans autre forme de politesse, refuse de dire merci, quand par acquis de conscience, je lui envoie une photos des chats (on en a élevé deux, j’ai des devoirs, je suis une bonne maman), d’ailleurs il ne veut plus de photos car « il n’arrive pas à faire son deuil des chats «  (au bout de 3 ans ??? je sais qu’ils sont géniaux les chats mais faut pas déconner), glisse toujours des allusions à sa vie géniale (il sort, a plein de nouveaux amis, il s’envoie en l’air…bon ok, en plus subtil que ça) et évite de me voir. La dernière fois, à son initiative, pour fêter nos anniversaires, y a de ça un an et demi, ça a été le flop. L’impression de parler à un parfait inconnu qui, du reste, n’a pas réussi à me regarder une seule fois dans les yeux pendant qu’il me racontait sa vie top moumoute. A ce moment là, nous avions convenu d’un commun accord, de ne plus nous forcer et de s’en tenir à un vague souvenir (régler les impôts communs par mail a été un vrai bonheur, je vous prie de me croire…)

 

C’est triste, mais c’est la vie et ça arrive tous les jours. D’ailleurs, ma vie à moi est refaite depuis longtemps (la sienne aussi mais il a toujours évité le sujet même quand je lui posais la question et qu’il me disait qu’il fallait que je passe à autre chose). Bref, il m’arrive des galères, mais tu le sais, Lecteur, je ne m’en porte pas si mal !

 

Alors pourquoi je déverse mon fiel sur mon ex là maintenant tout de suite ? Déjà, ce n’est pas vraiment le cas (parce que j’ai pas encore raconté la suite). En fait, hormis quelques tracasseries administratives ou vétérinaires, on ne pas dire que nous étions en contact. Mais ça, c’était avant la semaine dernière.

 

En effet, la semaine dernière, il répond à un mail que je lui ai envoyé 15 jours avant (c’est un peu long comme délai mais je ne cours pas non plus après ça) concernant Winston et son vaccin. Son mail est chaleureux (mentionnant l’anniversaire du chat) et me pose des questions par rapport à un papier que la banque n’a pas reçu. Des relations apaisées, ça fait quand même du bien. J’ai dû glisser une allusion à la morphine dans ma réponse (en général, il ne relève pas la moindre allusion à mon bien-être, du coup j’ai arrêté d’en faire ou de lui demander comment ça allait, vu qu’il ne répond pas) et là…Gasp ! Il me demande comment je vais ! Le choc (en 3 ans j’avais plus l’habitude, faut me comprendre). Forcément, je lui ai raconté… J’en avais des choses à dire ! Ceci dit, je lui ai tenu le même discours qu’à vous : je ne suis pas une victime, je m’en sors très bien et la vie continue.

 

Deuxième choc…j’ai reçu un autre mail ! Plus long que tous les mails réunis des 3 dernières années ! Un mail gentil, plein de paroles réconfortantes, de soutien, d’admiration même. Je ne suis pas faite de pierre (mais de boyaux, tant que j’en aie !), du coup ça m’a touchée et un peu attendrie aussi. C’est vrai, quoi, ça fait toujours du bien au moral ! Évidemment, j’ai fait abstraction de son reproche de ne pas lui en avoir parlé plus tôt (la faute à qui ?) autant se concentrer sur le positif, j’aime les relations sereines (sauf avec ceux qui n’ont pas partagé ma vie). J’ai aussi évité de m’interroger sur les questions concernant ma fertilité car il se « sent très concerné » (euh…ben non en fait, plus depuis longtemps je dirais).

 

Comme il me demande plus de détails, je lui en donne. Il a été servi ! J’ai sans doute écrit le mail le plus long de ma vie. Tout ça pour le remercier de sa sollicitude en plus. Je suis une incorrigible bavarde !

 

Mais ce n’est même pas là l’objet de cet article (qui s’éternise). Deux jours plus tard, il me répond (c’est sympa).  Me dit que je suis une personne neuve à ses yeux, tout comme il a changé (euh…j’ai pas changé moi, je positive c’est tout ! t’es sûr qu’on se connaît ?), m’apporte son soutien, ses pensées les plus affectueuses (cool…un chèque fera l’affaire) mais, car il y a un mais, qu’il ne peut « réinvestir une forme de dialogue plus avancée car nous sommes tournés vers l’avenir ». Ce qui n’empêche qu’il réclame que je le tienne au courant et qu’il prendra des nouvelles de temps en temps.

 

C’est bien là l’objet de cet article ! Que faire quand on n’a même pas idée de ce que son ex vous écrit ? Je dois être très manichéenne sans doute mais pour moi ça ne rentre dans aucun cas de figure que je connais !

 

En effet, soit on n’apprécie plus la personne…et on s’en fiche totalement (on vit très bien avec) ; soit on en garde un bon souvenir et on demande juste si ça va et on apporte du soutien et puis basta (idem) ; soit on s’y intéresse sincèrement et là, je sais pas, on prend son téléphone, on propose d’aider ou de passer à l’hôpital, bref on y va à fond. Mais un mix des 3, j’en fais quoi ??? Parce que les mails de soutien long comme mon pied (je fais du 36 pour ceux qui veulent m’offrir des Louboutin), émouvants, qui marquent l’intérêt sincère, l’admiration et autres encouragements, mentionnent l’affection (du style : je penserai fort à toi en ces instant difficiles)…pour finalement dire « au fait on reste loin l’un de l’autre hein, ça vaut mieux, on se tourne vers l’avenir », eh bien ça ne me parle pas ! C’est comme de rentrer une équation impossible dans un ordinateur : ça surchauffe et ça plante ! Là c’est pareil, avec une belle entorse au cerveau en prime. Parce que bon, je demande rien, je vis pas trop mal (avec M.Pasd’Bol je le rappelle), je prends la gentillesse où qu’elle soit…je ne comprends pas cette attitude, rien à faire. Il pourrait me chanter la Bonne du Curé, que ça n’en serait pas plus clair !

 

La question du jour est donc bien (pour ceux qui sont encore là) : d’où viennent ces problèmes de communication avec ses ex, comme s’il s’agissait d’un nouveau langage parlé que seuls quelques élus peuvent comprendre (ou pas) ?

 

Je sais que les Hommes viennent de Mars, les Femmes, elles, viennent de Vénus…mais pourquoi cette impression bizarre que mon ex, lui, n’est pas de notre galaxie ? NON JE NE ME TAPAIS PAS CAPITAINE FLAM !

 

Autant l’attention était adorable et m’a touchée, autant j’ai pas bien capté le principe…

 

Vous savez désormais pourquoi je vais mourir jeune : mon cerveau sature de mes prises de têtes innombrables !

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Rendez-vous sur Hellocoton !