Mon poids, la société et moi : Clap 3

3 juin 2011

bozo-the-clown.jpgC’est enfin le grand moment de mes histoires de poids !

 

Aujourd’hui, une histoire poignante qui vous montre que, quel que soit son corps, le regard de l’autre est primordial, bien qu’un peu étonnant.

 

Je vous explique…

 

J’étais en phase amaigrissante (j’étais fière), entre la ronde et la pulpeuse, mais plus pulpeuse que ronde.

 

Comme j’avais bien bossé (et plutôt que me payer une augmentation), ma patronne a décidé de m’offrir un tailleur ! Un vrai beau tailleur de Working Girl ! Comme je débutais dans la communication, c’était très utile !

 

L’assistante de la boss m’accompagne faire du shopping avec la CB de la boite. On fait plusieurs boutiques mais rien ne me tente. Enfin, j’aperçois le tailleur qui fait chavirer mon coeur ! Je saisis le premier qui me passe sous la main et je file l’essayer. J’aurais dû regarder l’étiquette, c’est du 42, donc un peu trop grand (ben oui, j’ai maigri, je suis fière, mais fière).

 

J’explique à ma collègue que je me suis trompée de taille car je n’ai pas fait gaffe et je lui demande de m’en amener un autre. Elle me répond « D’accord, inutile de me donner la taille, j’ai le coup d’oeil ». Cool…

 

Elle revient, j’essaye le tailleur…J’aurais pu faire des bonds, faire de la trompette et mettre un nez rouge : je flottais encore plus dans ma jupe que Bozzo le Clown dans son pantalon !!! Pour vous dire, la jupe m’est tombée sur les pieds !!!

 

Je retire l’ensemble (sans trop me fatiguer) et je vérifie. Donc aux yeux de ma collègue, je faisais du…46 ! Rien que ça !

 

Je l’ai suppliée de m’amener du 38-40 à son grand désarroi : « Ben, je me suis trompée ? Bizarre » (c’est ça, bizarre, pour les chaussures évite le 42 tu seras sympa je fais du 36,5, mais tu vas vite le sentir si tu continues).

 

Ou comment un beau cadeau vous pourrit une journée pourtant bien commencée…

Rendez-vous sur Hellocoton !