Pan Pan

3 octobre 2013

comicstripUne fois n’est pas coutume, ça va parler sexe sur VMG. Non, mais honnêtement, j’ai les stats en berne du fait d’un manque de régularité certain, il faut bien appâter le chaland et remonter tout ça !

Notez que je n’ai pas de réelle expertise sur le sujet, d’autant que Maman Pasd’Bol lisant ce blog, on se souvient que je conserve ma virginité jusqu’à ma mort (de toute façon, il paraît que ça repousse au bout d’un moment). Alors ok, le seske, c’est vague comme sujet. Et si je vous disais plus précisément que je vais aborder la question du bon coup (attention, j’en vois déjà qui bavent). Là je vous entends « Aaaaaah, c’était pour ça le titre bizarre !!! Coup = Pan pan ! Trop fort ! », en quoi je vous répondrais que je suis tellement trop super géniale fantastique et bourrée de talent qu’il y a plusieurs interprétations de lecture (ok, ça vient juste de me traverser l’esprit). En effet, ça pourrait être PanPan Lapin, le pote de Bambi (mais je doute de son réel don pour faire grimper aux rideaux ses copines de la forêt) ou « Zizi Pan pan », expression bien connue dans toutes les maternelles, ou même la flûte du même non. Je suis sympa, vous pouvez choisir (je déteste expliquer mes titres, que je ne vous y reprenne plus).

Bon, alors, un bon coup c’est quoi ? Je n’en sais fichtre rien en fait malgré de longues heures à checker Youporn Cosmo. Car s’il n’y a qu’une vérité à dire, c’est que tout dépend de la personne en face ! Une sombre histoire d’alchimie et de peau. Évidemment, ces messieurs objecteront qu’une nana qui fait l’étoile de mer ne rentrera jamais dans la catégorie « coup du siècle »…pas forcément en fait. Imaginez deux nouilles au lit (oui, bon, ok j’ai parlé de nouilles, mais n’allez pas penser que j’ai toujours l’esprit mal placé), s’ils s’aiment et s’ils sont en harmonie, s’il y a le truc qui fait pschiiit, aussi nuls l’un que l’autre soient-ils, ils seront de fait le super coup de l’autre, surtout s’ils ont des besoins et des envies limitées.

A bien y réfléchir, même si c’est une notion totalement subjective et personnelle (exemple, je fus top pour certains, nullissime pour d’autres et totalement célibataire pour le monde entier), il y a quand même des trucs qui reviennent quand on aborde ce sujet et que ces dames discutent entre elles de leurs expériences (j’ai plus de mal à me mettre à la place des hommes à pénis, je vous raconterai quand le mien aura décidé de pousser). La peau pour commencer. Car ça peut ne se jouer qu’à ça, une alchimie chimique qui va conditionner tout le reste (y compris les gestes et le lâcher prise). Parfois, on ne sait pas pourquoi, ça ne le fait pas alors que sur le papier tout était parfait. On ne le sent pas ! Une sombre histoire de compatibilité de phéromones d’après certains chercheurs. Le mec est génial, il nous plaît, il sait clairement y faire, mais rien, on n’attend que ça se termine pour enfin dormir (et partir sans se retourner). Triste non ? Et il y a ces cas où le simple fait d’effleurer l’autre (n’importe quelle partie du corps fait l’affaire), et hop, on s’embrase comme un volcan islandais et l’on se transforme en Sensualita, reine des conchoncetés, même si le type ne nous plaisait même pas à la base ! Ça ne s’explique pas…

L’était d’esprit du moment est aussi à prendre en compte. C’est d’ailleurs pour ça que les premières fois sont rarement géniales (pour les plans d’un soir, voir plus haut). Il suffit d’un rien, d’un peu de stress, d’un chat qui te regarde, d’une sale journée au bureau, on se sent moche, et le mec en face peut-être le plus sensationnel de la terre, il ne sera au mieux que dans la catégorie « détente agréable » (notez bien que c’est valable pour les hommes et les femmes).

La confiance et ou l’amour que l’on porte au partenaire joue aussi. Ce n’est pas pour rien que c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes. Une amie me racontait une fois que son mec, après 10 ans et 3 enfants était finalement devenu son meilleur coup, comme ça sans prévenir (rien à voir avec une quelconque infidélité). Que la naissance du petit dernier avait changé leur façon de s’envoyer en l’air (les changements hormonaux ont aussi pu jouer), eh hop, 7ème ciel au menu tous les jours. Et pourtant, elle avait une sacrée expérience pour pouvoir comparer… Comme quoi, ça peut être moyen un moment et avec de la patience et de l’entraînement devenir unique et exceptionnel. Surtout qu’avec le temps, on sait ce que l’autre aime ou pas, ça facilite grandement la tâche (je dis oui au quicky dans les toilettes après 10 ans de couple). Mais…et si on n’aime pas l’autre que ce n’est qu’un PQR (oui, amie Lectrice, parfois on peut aussi prendre son pied sans aimer, enfin il paraît, je n’ai pas testé). La confiance aide beaucoup. Se sentir bien avec l’autre, en sécurité, ne pas se dire qu’il va vider votre appartement en vous laissant les yeux bandés et attachée aux barreaux du lit, peut aider à prendre son pied.

La taille…Ok, il y a des petits pénis ou très moyens qui sont extraordinaires (par compensation ou par talent naturel). Mais il faut être honnête, à compétences égales, 5 cm ça change tout.

L’originalité n’est pas obligatoire, mais c’est un sacré plus. Il suffit parfois de tomber sur un partenaire innovant et différent de ce qu’on a connu pour qu’il rejoigne le panthéon des coups inoubliables (de ceux qu’on n’épouse pas mais à qui on compare tous les autres. Le mètre étalon quoi).

Encore une fois, je le répète, la perception que l’on a de l’autre et de ses aptitudes sexuelles dépend d’abord de soi, de ce que l’on est et de ce que l’on aime. Parce si une nana, plutôt soumise au pieu, tombe sur un homme qui ne souhaite le faire que dessous en se faisant appeler « Mon gros cochon », c’est qu’il y a une erreur de casting et il y a peu de chance que les deux partenaires s’éclatent à 100%. Tout le monde n’aime pas les longs préliminaires, ou au contraire les trucs rapides et un peu brutaux, la levrette ou le missionnaire, les mots graveleux ou le silence, les roulages de pelle ou le tirage de cheveux. A chacun son truc, le tout c’est de le savoir (et de le dire, c’est mieux). Ok, il arrive aussi que l’autre en face soit totalement nul et expérimenté. Ou qu »on sente qu’on le fasse autant vibrer qu’une méduse morte, qu’il se force et là, patatra, on se sent tellement mauvaise qu’on ferme les yeux en faisant deux « Oh oui » en attendant que ça retombe (je ne parle pas que de la tension).

Bien sûr, ce qui détermine l’appellation « meilleur coup », c’est l’échange et la réciprocité. Il arrive, mais c’est rare, que ça soit orgamisque et divin pour l’un, et tout juste bof pour l’autre. En général, il suffit d’un moment de pure magie, en couple ou juste pour un soir, pour que la personne en face devienne N°1 dans votre liste des « Personnes avec qui j’ai couché » (vulgaire mais on en a tous une, sauf moi). Est-ce que j’ai un palmarès (totalement fictif, vous l’aurez compris, je suis une nonne) ? Oui, même s’il a tendance à évoluer avec le temps, tout comme moi (un mec qui vous semblait nul il y a 20 ans, peut devenir votre meilleur amant après vos retrouvailles via Copains d’Avant). Néanmoins, comme toutes les filles je pense, je me demande où je me situe à ce niveau là dans la tête de mes partenaires. J’en accuse un peu les magazines féminins qui nous poussent à la performance systématique : fréquence, positions, nombre d’orgasmes…du coup, il est bien difficile de se laisser aller lorsqu’on s’envoie en l’air, tant la peur de ne pas être assez « bonne » nous conditionne. Nos grand-mères se posaient sans doute moins de questions (j’aurais pu parler de la génération suivante mais pour des questions de psy à payer et d’images sales qui me viennent à l’esprit, je préfère éviter). Et les hommes, ils ont également peur ? Aucune idée. Je pense qu’ils flippent les premières années et que ça se tasse un peu avec le temps (en tout cas, ils ont souvent l’air plus sûr d’eux que nous au moment du coït).

De toute façon, l’essentiel est ailleurs, génial, moyen…le principal est de prendre son pied comme on aime (moi j’aime mes pieds en Louboutin, à vot’ bon cœur).

Et pour toi Lecteur ? C’est quoi un bon coup ?

Rendez-vous sur Hellocoton !