Peur sur la plaie !

20 avril 2012

220px-Ileostomy001Je vais vous raconter une histoire à faire frémir les enfants pas sages dans leur chambre mal rangée. En plus d’avoir peur du noir, ils auront peur…de la plaie ! La plaie maudite qui se réveille et peut même te surprendre dans ton sommeil (là, je conclus par mon rire démoniaque super flippant « mwhahahahahahaha »).

 

Hier, j’étais tranquillement installée sur mon trône (c’est devenu mon lieu de règne depuis ma dernière opération) à atteindre paisiblement le moment où je pourrais enfin en sortir (quand je vous dis qu’un jour j’installerai la télé là-bas). Soudain, l’impensable s’est produit ! J’ai eu le…hoquet ! Oui c’est ça mon truc qui fait peur, enfin presque (sachez que mes hoquets durent en moyenne 20mn et sont très fatiguants).

 

Au moment où le hoquet est venu, il s’est passé un truc ultra bizarre avec ma cicatrice (anciennement plaie) de poche. La plaie n°2 donc. Comme l’opération commence à dater (fin novembre) et que ma vie a repris son cours, j’ai un peu tendance à zapper toutes les inquiétudes qui m’habitaient naguère.

 

Que s’est-il donc passé ? Au moment du hoquet, j’ai senti ma cicatrice de plaie et la zone alentour (jusqu’au nombril donc) devenir super chaude (mais vraiment). Une grande douleur a envahi mon abdomen, comme si je faisais une crampe de la plaie (elle s’est musclée pendant mon sommeil ou quoi ?) et c’est devenu extrêmement dur, comme si une boule géante allait sortir par la cicatrice. Tu vois Alien ? Ben comme le film en moins classe.

 

Paniquée, j’ai tenté de rassurer ma plaie, de l’apaiser, de la masser. Mais à chaque hoquet, la boule qui fait mal revenait, du coup je respirais moins fort, j’ai cessé de bouger et continué de masser avec douceur et amour. Mais je sentais que j’étais à la frontière d’un truc pas cool, comme si une faible brise pouvait te faire tomber dans le vide.

 

Bon, au bout de 10mn, je vous rassure, plus rien. Le ventre est redevenu tout mou, la cicatrice souple et la douleur partie. Et plus rien non plus ce matin (bon ça lance un peu mais ça arrive de temps en temps). Mais je vous avoue que ce petit rappel de ma plaie fut fort désagréable et m’a rappelé ma période noire.

 

Je ne sais toujours pas ce qui s’est passé mais j’imagine que le fait de ne pas savoir à eu tendance à amplifier la menace réelle dans ma tête . Si c’est parti, ça ne devait pas être bien grave. Une façon que la poche a trouvé pour me rappeler à son bon souvenir ? De me dire que rien n’est acquis.

 

Parfois, on est super content d’avoir des nouvelles de personnes perdues de vue…Et parfois on se dit qu’il vaut mieux un souvenir (embelli) ému que des retrouvailles sans intérêt.

Rendez-vous sur Hellocoton !