Pour des vacances de rêve !

30 juin 2011

ile-maurice.jpgSamedi amorcera le départ en vacances pour nombre de travailleurs. Bien-sûr, beaucoup partiront également en août ou même septembre pour des prix plus intéressants et plus de tranquillité.

 

Globalement, la plupart des personnes, qu’elles travaillent ou non, part en vacances.

 

Pas forcément le voyage de la mort qui tue, certains ont une maison de campagne accessible après des heures d’embouteillage, d’autres préféreront les semaines traditionnelles annuelles dans la famille, ou encore partir à la roots, sac à dos et aventure, ou le camping marrant…

 

Quelques privilégiés pourront prendre l’avion vers une destination de rêve, ou découvrir une capitale européenne, se faire un relais château, un club avec les enfants…mais la crise étant ce qu’elle est, ils seront sûrement moins nombreux cette année.

 

Malheureusement, il y en a même qui resteront chez eux, par choix, par flemme ou par manque d’argent. La bonne nouvelle, c’est qu’ils semblent nombreux à posséder une maison avec un bout de jardin.

 

Pourquoi est-ce que je parle de vacances ? Après-tout, avec mon chômage qui s’éternise, est-ce que j’ai besoin de vacances ? Ce n’est pas comme si je m’épuisais à la tâche non ?

 

Et bien si ! Je veux des vacances ! Juste comme ça, pour changer d’air, découvrir un nouvel horizon, m’évader de mon quotidien, ne plus penser à rien, me ré-oxygéner, me renouveler…bref, avoir une vraie coupure pour redémarrer ma rentrée avec un moral de championne.

 

Cette année, hélas, ça ne sera pas encore la bonne…Pourquoi encore ? Simple, mes dernières vacances remontent à 2008 quand j’ai fait les châteaux de la Loire avec MEX ! Oui, je sais, ça fait loin !!

 

En 2009, je travaillais (vive les CDD), donc pas de vacances. Après, retour au chômage, j’ai préféré garder mes sous pour parer à tout souci (et j’ai bien fait, mes assedics couvraient tout juste mon loyer). Il m’a fallu du temps pour retrouver un autre CDD et là, en 2010, rebelote, je travaillais l’été. J’avais bien prévu de me faire une petite semaine en octobre quelque part (n’importe où) mais dès septembre, Paul a commencé à déconner et à ne plus rien me verser. Sans compter que M.Pasd’Bol n’avait plus de job non plus.

 

A moins que l’on estime que faire 3 week-end (chez des amis, chez ma mère, et un jour et demi à Vienne) puisse être considéré comme des vacances, vous comprendrez que je trépigne. D’autant qu’avec ma poche, l’idée même de me balader dans un parc quelconque risque d’être compromise…

 

Alors oui, j’avoue, j’aime bien être chez moi. C’est décoré avec goût, c’est rempli de chats sympas, le canapé est confortable, le frigo est accessible, je donne sur un joli (mais petit) parc municipal et je ne suis pas embêtée par les autres vacanciers. Certes. Mais au bout de trois ans, on se lasse de la vue ! J’ai un balcon, il est vrai. Mais il y a un hic. S’il est parfait pour que deux, voire trois, chats se prélassent au soleil, je doute de pouvoir en faire autant malgré ma taille de naine. Au point où j’en suis, même le bled le plus paumé et vide de la Creuse me paraît un paradis enviable !

 

Je ne peux aller à la piscine et, pire, je ne peux même pas plonger dans ma baignoire, imiter le vent et faire des vagues histoire de m’imaginer à la plage. Je n’ai pas de baignoire ! Je n’ai même pas le droit de me baigner avec ma poche !

 

Au moins, j’aurais tout loisir de polluer le Net avec mes articles…oui, mais si tout le monde est en vacances, qui va me lire ?

 

Restons positifs, au moins je n’ai pas à me prendre la tête avec un choix de destination, le problème des réservation ou, pire, l’épreuve du maillot !

 

Allez on y croit, en 2012 j’aurai un super job et je me prendrai deux semaines l’été prochain n’importe où ! Et je dégainerai un micro bikini sur mon futur corps de déesse !

 

Mais je dramatise, je dramatise…je serai, comme chaque année, aussi bouffée aux moustiques que n’importe quel vacancier ! Moi aussi je connaîtrai les inconvénients des vacances…finalement ça sera tout comme !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !