Profession jongleuse

27 avril 2012

jonglage-avec-trois-balles.jpgQui n’a jamais eu cette impression dans sa vie ? Je veux bien sûr parler de l’impression de jongler, non entre ses différentes activités (travail, vie quotidienne, enfants…), mais entre les différentes facettes de sa personnalité ?

 

En effet, à moins d’être Miss Perfection ou Madame J’men Fous, en général on adapte celle que l’on est par rapport à son travail ou même certaines personnes que l’on rencontre (rassurez-moi, ce n’est pas moi qui suis simplement schizo non ?)

 

C’est vrai que ce n’est pas la première fois que je me fais la remarque… Si mes amis les plus proches me voyaient au travail, il y a des chances qu’ils auraient du mal à me reconnaître ! D’un autre côté, me montrer totalement telle que je suis est-ce une bonne idée ? J’ai toujours considéré qu’au travail, il fallait faire preuve de retenue (sans cacher non plus ses idées et son opinion), de soumission même (je ne sais pas si c’est une bonne chose, mais j’ai toujours eu le respect des process hiérarchiques) et être capable de garder son sang froid en toutes circonstances.

 

En gros, tout le contraire de ce que je peux être quand je suis avec un cercle amical qui me connaît (et accroche-toi pour la soumission et la retenue).

 

Dans le même genre, selon le cercle d’amis, ou de connaissances, j’ai tendance à ne retenir que certains aspects que je mets en avant, sans me livrer complètement. De fait, c’est devenu quasiment un réflexe dont je m’étonne toujours après coup.

 

Ce qui est le plus comique, c’est que j’ai dû mal à me dire que ceux que je côtoie (professionnellement ou dans ma « vrai » vie) font très certainement pareil ! Je n’en suis pas à me demander pourquoi ils ne sont pas 100% vrais avec moi, vu que je fais de même, mais presque (je sais, je sais, de qui je me moque…mais on a parfois bien dû mal à penser que les gens ont une existence réelle en dehors de nous-même).

 

Néanmoins, c’est quand même très fatiguant de jongler avec tous ces moi. Arrêter ? Oui mais comment ? Et gagne t-on à ce montrer tel que l’on est en toutes circonstances ? Rien n’est moins sûr.

 

Il est vrai que, souvent, les autres attendent de vous l’image qu’ils s’en font. Et si finalement je n’étais qu’une page différente sur laquelle la personne en face écrirait ses mots ? (ce qui traduirait un certain manque de personnalité en fait…je me fais peur des fois. D’un autre côté il est 7h du mat au moment où j’écris, je pense moins net).

 

Et vous ? Schizo, pas schizo ou 100 ?

 

Le jonglage : une maladie mentale ou une nécessité sociale…je m’interroge…

Rendez-vous sur Hellocoton !