Qui de l’oeuf ou de la poule ?

19 mars 2011

chicken-or-egg.gifJe suis malade…mais je ne suis pas la seule. Non. Maman Pasd’Bol aussi est malade. Elle a simplement une autre maladie que moi, mais ça reste tout aussi grave (plus en fait). Evidemment, c’est une galère de plus (une petite pour moi, ça reste ma môman quand même, mais surtout une grosse pour ma mère, c’est quand même elle la malade).

 

Le but de cet article n’est pas, comme vous le pensez (mauvaises langues), de faire pleurer dans les chaumières (ceci étant, les plus compatissants peuvent m’envoyer leurs dons, j’adore les chèques et le cash) mais de s’interroger sur les lois de la génétique. Pas concernant la maladie (on s’en fout un peu, y a plus marrant dans la vie), mais concernant La Galère (c’est un peu l’objet de ce blog non ?).

 

La malchance est-elle une tare héréditaire ? (je ramasse les copies dans 4 heures et je les enverrai à mon ancien prof de philo ou à celui de SVT).

 

C’est vrai ça ! N’oublions pas que Maman Pasd’Bol et moi n’avons rien en commun hormis notre petite taille (QUI a dit naine ?) et notre franc-parler (pas assez apprécié à sa juste valeur). Vous pourriez nous mettre côte à côte et nous faire parler pendant des heures (oui, nous en sommes parfaitement capables dans la famille), que vous ne verriez pas une once de parenté. Au point que je me suis souvent demandée si j’avais été adoptée (on m’a confirmé que non, je veux bien faire confiance).

 

Mais ce qui nous identifie comme mère et fille, c’est bien notre pasd’bolisme congénital ! De ce que je sais, nous sommes bien la branche maudite de la famille (je mettrais bien Mamie Pasd’Bol dans le lot, vu que la pauvre nous a quittée à la trentaine), d’où la preuve de la transmission directe de la malchance par les femmes. Décidément, mon arbre généalogique ressemble plus au saule pleureur qu’à l’arbre à billets !

 

C’en est presque dingue un karma pareil sur deux générations (voire plus, mais je ne suis pas au fait de l’héritage familial). A mon âge, ma mère était divorcée, en mauvaise santé, galérienne devant l’Eternel et luttait contre des administrations bouchées. Au même âge qu’elle à l’époque…ben je suis pareille ! Sauf qu’elle m’avait moi (si c’est pas de la chance ça ?), que moi aussi mais je m’ai toute seule. Dois-je avoir peur pour l’avenir ?

 

La vraie question étant, Maman Pasd’Bol est-elle machanceuse par nature et m’a refilé le mauvais gène, l’est-elle devenue quand je suis née ou l’un de mes ancêtres a t-il décapité une vache sacrée entraînant ainsi une malédiction familiale sur 1 000 ans ? Le mystère reste entier !

 

Et si on me proposait d’échanger la famille Pasd’Bol contre la famille D’Laballe (qui lave plus blanc que blanc), est-ce que je le ferais ? Même pas. Grâce à Maman Pasd’Bol, je sais que rien n’est acquis dans la vie, qu’il vaut savoir se faire respecter et toujours avancer vaille que vaille. Bref, sans elle, je ne serais pas MOI (et vous n’auriez rien à lire, ou alors un blog niaiseux).

 

Maman Pasd’Bol, c’est mon héros rien qu’à moi !


Rendez-vous sur Hellocoton !

Rendez-vous sur Hellocoton !