Recherche d’emploi : faut-il tout accepter ?

20 septembre 2012

dire-non.jpgLes temps sont durs et les annonces sont rares. Du coup, on postule un peu…ben on ce qu’on peut en fait, soyons honnêtes ! Pourtant, faut-il pour autant se déprécier, n’est-ce pas préjudiciable à terme ? Je pose la question.

 

Oui, payer son loyer est une bonne motivation (qu’on se le dise, on fait rarement son beurre avec Paul, sauf quand on était Directeur financier avec un salaire de 60 K?) et il est plutôt mal vu de faire la fine bouche. Mais accepter un poste à 26K? quand on en gagnait près de 40, ça fait quand même une sacrée culbute avec un mauvais goût de gravier dans la bouche (et ailleurs).

 

Ou alors, prendre un boulot qui permet à peine d’être à 0? en début de mois et qui est aussi intéressant que de conduire une motocrottes municipale… Bien sûr qu’il n’y a pas de sot métier et que tout argent est bon à prendre. Est-ce une raison pour supprimer toute ambition, toute envie de carrière et se sentir mal dès l’envoi du CV ?

 

J’avoue, je m’interroge. Evidemment que je souhaite retravailler vite, payer des impôts et me réinsérer dans le monde des actifs. Cela dit, j’ai encore la prétention d’avoir un boulot un temps soit peu intéressant, payé à peu près à hauteur de mon niveau d’études et d’expérience avec la possibilité d’évoluer. C’est moche, je sais. Surtout que je sais que le job parfait n’existe pas. Par exemple, je suis capable de faire un compromis sur le salaire (tant qu’il me permet de payer le toit au dessus de ma tête) si le travail semble plein de possibilités et passionnant. Ou l’inverse. Ou prendre un taf qui ferait moit-moit. Néanmoins, on passe toute notre semaine au travail, si l’on n’y trouve AUCUN intérêt ou compensation, à quoi bon ? A part se sentir mal, qu’est-ce qu’on y gagne ?

 

Il est vrai que tout ce que l’on peut avoir au final, c’est la chance de servir des nuggets/coca au Mac Do… Cependant, à mes yeux, ça reste encore un mauvais calcul pour la suite, ça nivelle le CV par le bas, ça empêche une vraie évolution de carrière (encore faut-il en avoir une, je vous l’accorde) et ça enlève pas mal de crédibilité si on postule ailleurs à un poste à responsabilités.

 

Pour le moment, je fais le pari d’affirmer ce que je vaux. Après tout, pourquoi un recruteur vous donnerait une quelconque valeur si vous vous dépréciez vous-même ? Et c’est pareil en amour !

 

Et toi, Lecteur, tu penses que j’ai tort ?

 

Parce que je le vaux bien, je te demande un petit vote au passage !

Rendez-vous sur Hellocoton !