Salut c’est Kevina !

25 juin 2012

kevina.jpgJe vais me répéter, c’est l’été, les oiseaux chantent, on a envie de se goinfrer de barbe à papa, les coeurs font boum boum et on ne sait plus comment faire. En tout cas, moi je suis perdue (et j’ai pas mal de bonnes excuses, notamment celle d’avoir envie de me planquer dans un couvent jusqu’à la nuit des temps).

 

C’est pour ça que j’ai fait appel à ma copine Kevina ! Avec Kevina, c’est simple, on est comme deux ados les boutons en moins (enfin moi j’ai jamais fait d’acnée…ça semblait d’ailleurs assez beurk, je plains donc celles et ceux qui ont connu cette horreur). A nous deux on refait le monde et on monte des plans à deux balles. Bref, on a 15 ans, on pouffe bêtement et nos sujets de conversations se limitent à peu de choses.

 

C’est marrant mais j’avais oublié tout ça. Mine de rien, avoir 15 ans c’est un vrai état d’esprit, c’est fou de voir comme on a pu évoluer entre temps (et comme on regresse vite, ça fait super peur).

 

D’un autre côté, même si c’est rigolo, je ne devrais pas perdre de vue ce que j’étais à cet âge là et franchement, ça ne vend pas du rêve ! Je ne ressemblais à rien (remarquez, depuis la maladie j’ai drôlement perdu de ma superbe et pris du gras de partout), j’étais d’une timidité maladive (juré, c’est vrai !), je rougissais comme une bécasse devant l’élu de mon coeur, et je mettais toujours les pieds dans le plat tout en tombant à côté de la plaque. Bref, aucun succès, j’étais la fille à fuir. Eh bien j’en suis actuellement là et c’est pas brillant ! Godiche, le retour !

 

Avec Kevina, on élabore des tas de stratégies que ma petite cousine ne m’envierait pas, on ne sait pas où on va (dans le mur ?) mais on y va avec tout notre juvénile petit coeur.

 

Mais je dois avouer, rire bêtement, imaginer des tas de peut-être et beaucoup de certainement pas, redécouvrir les « et si », rester bloquées sur des sujet légers et superficiels, croire, désespérer et espérer, puis faire des « hi hi hi », tout ça, si crétin pour les adultes que nous sommes devenues, ça fait tellement de bien. Le retour de l’insouciance, l’envie de se dire que le meilleur est encore devant, que rien ne porte à conséquence, vivre dans une bulle, c’est aussi ce qu’on perd parfois de vue…

 

Il y a quand même une vérité qu’on ignore à 15 ans…

 

Qu’est-ce que l’amour semble plus simple à côté quand on a 30 ans !!

Rendez-vous sur Hellocoton !