Save the date !

26 mars 2011

2743966136_80b784424e.jpg8 juin ! Ca y est la date est officielle. Que va t-il donc se passer de si important ? On va enfin me retirer ce nodule qui me pourrit la vie (et accessoirement le tube digestif).

 

Je rentrerai donc à l’hôpital le 7 juin, avant mon ileostomie du 8. Iléostomie, késaco ? Une iléostomie est une  stomie qui permet de relier l’iléon vers l’extérieur à travers la paroi de l’abdomen par un acte chirurgical. Ainsi, le transit intestinal est dérivé directement de l’iléon vers l’extérieur et les matières fécales sont récupérées dans un appareillage spécifique. 

 

Beurk, pensez-vous très fort…vous allez vraiment m’aimer quand je vais vous montrer le résultat final par pur instinct sadique. Attention…on ferme les yeux…et hop

 

220px-Ileostomy001.jpg

 

Voilà donc ce qui m’attend !!! Ouaiiiiiiiiiiiiiiiiiis, le rêve d’une vie se réalise ! Qui n’a jamais espéré se faire retirer un bout de tube digestif et devoir se taper deux mois de poche (également appelée « anus artificiel », so glamorous) ? comment ça personne ?

 

Eh oui ! C’est toujours sympa de passer plusieurs heures à l’hôpital. Pour ma part, j’en suis ressortie avec de bonnes nouvelles qui n’ont absolument pas plombé ma soirée (si peu, si peu).

 

Je vous l’ai déjà dit, à chaque nouvelle visite, j’apprends systématiquement un truc nouveau et en général plus grave qu’à la dernière consultation. Hier, j’ai donc découvert que j’étais un cas « rare » ! Voilà qui se fête !

Pourquoi rare ? Parce que mon endométriose a envahi mon caecum cette question ! Je sais, vous ignoriez tout du caecum : grâce à moi votre culture anatomique est faite ! Merci Pasd’Bol.

 

Forcément, rare, c’est inquiétant. Je demande donc au médecin si mon cas est rare au point d’avoir ma photo dans tous les journaux médicaux internationaux (autant viser haut et que ça m’apporte mes 15 mn de gloire). « Non, pas à ce point. Mais rare au point que tout le monde saura qui vous êtes à votre arrivée et que vous serez doublement bichonnée par l’équipe médicale »…rassurant, enfin en regardant l’aspect positif (j’aime qu’on m’aime, encore plus s’il s’agit de l’infirmière qui devra m’apporter le bassinet ou ma dose de morphine).

 

Je suis donc passée, en moins de quelques heures, de maladie grave, à maladie grave avec symptômes rares. J’ai toujours su que j’étais unique !

 

Finalement, tout ceci est assez réjouissant (non ? vous n’êtes pas de cet avis ?) Mais, car il y en a un…les deux chirurgiens ne sont pas encore vraiment sûrs de l’opération elle-même. En effet, l’un est parti sur la dissection, l’autre sur « faisons light si c’est possible, soyons joueur ». J’aime bien jouer, ça tombe bien, mais je ne suis pas sûre que parier sur mon corps soit si fun. Nous partons donc sur l’idée light (4 heures), même si après discussion de tous les médecins présents (je suis un cas d’école, chouette), cela risque à 80% de changer en cours d’opération. Et par changer, j’entends l’option hardocore (8 ou 10 heures). En bref, on ouvre pour voir, et après on décide.

 

J’adore les surprises !

 

On m’a également prévenue qu’en attendant le 8 juin, mes effets secondaires liés à la ménopause vont considérablement s’amplifier. Car ce n’était qu’un début ?! Adieu sommeil, fraîcheur, joie de vivre et bonne humeur… Au moins, je sais comment je m’occuperai la nuit : je tricoterai mes poils !

 

J’ai, néanmoins, passé un bon moment avec l’équipe médicale qui va me suivre. Notamment, l’infirmière qui sera chargée de veiller sur moi et sur ma poche digestive. Toute débordée qu’elle était (vous n’imaginez pas le rush à l’hôpital le vendredi après-midi), elle a pris le temps de m’expliquer très gentiment ce qui m’attendait, avec douceur et compréhension, et n’a même pas ri quand je lui ai posé les questions les plus stupides qui soient (« euh…je dois aller chez l’esthéticienne la veille ? J’aimerais pas qu’on me rase ! » ; « je vais maigrir ? »). Une femme adorable dont le but était de m’aider à dédramatiser la poche. Mine de rien, ça m’a fait beaucoup de bien et m’a rassérénée. J’ai même pu jouer avec différentes poches et photos de stomies ! Ça vaut pas la bataille navale, pour ceux qui voudraient essayer.

 

Je sais donc à quoi je vais ressembler d’ici 3 mois (ça va pas être beau à voir), les douleurs qui m’attendent, les contraintes prévues liées au vidage fréquent de la poche (je ne vous parle même pas de l’odeur), et j’ai surtout compris pourquoi je serai en arrêt maladie pendant deux mois. Moins drôle, je ne dois pas voir ma copine l’esthéticienne, je serai tondue par le chirurgien himself qui est fan de poils (encore un fou, je sais) et surtout, je vais maigrir vite et beaucoup…et je vais tout reprendre (vite et beaucoup). Voilà qui a un peu cassé mon enthousiasme !

 

Je suis, toutefois, suivie par une équipe top (dont ma future gynéco avec laquelle je me suis bien fendue la poire) en qui j’ai toute confiance.

 

Et c’est tant mieux…à la rentrée je dois me faire opérer de nouveau pour remettre l’intestin en place !!

 

 

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !