Scout toujours…prêt !

10 avril 2012

HMVC’est fou quand même l’évolution d’un blog. Avant je vous vendais du rêve : maladie incurable, poche fétide, chômage longue durée, RSA, vie de couple foireuse, dépression… Bref, j’avais un blog aussi gai qu’unique. Las, on ne fait pas toujours ce qu’on veut, le destin vous rattrape toujours. Désormais j’ai un CDI (bientôt validé, on croise les doigts jusqu’au 20 mai) intéressant, je ne prends plus de médocs, mes plaies sont fermées et je suis même en train de maigrir (pas assez vite cependant). Je sais, ça vous fout en l’air vos repères, je suis désolée.

 

Pire, avant j’étais sur un créneau dont j’étais la reine. Maintenant je viens empiéter sur les plates-bandes des régimeuses et surtout des célibataires en quête d’amour. C’est moins drôle mais on va faire avec (« quand tu n’as que des citrons, fais de la limonade ! » m’a souvent dit Lapin). Enfin bon, là n’est pas le sujet.

 

Une rupture n’est jamais facile (surtout si elle fait suite à un divorce…j’aime bien les challenges), c’est un fait. En général on passe par plusieurs états, et, ce, même si on était préparée et qu’on sait que c’était la meilleure chose à faire ! Rien n’y fait, tôt ou tard on finit toujours avec son pot de Midnight Chocolate cookies à regarder Sex and the City en boucle avec When a man loves a Woman en fond sonore. Alors oui, on se répète sans arrêt qu’un jour, on retrouvera l’amour. D’ailleurs, tout notre entourage nous le serine à longueur de journées : « maaaais siiii ! Tu vaaaas viiite retrouver quelqu’un ! Je ne m’inquiète pas pour toi ! » (à noter, vous pouvez remplacer mec par job, ça marche aussi, j’ai eu les deux).

 

Il n’empêche, on a beau se dire ça, au fond de nous une petite voix nous murmure « haha, tu vas mourir toute seule dévorée par tes chats » (la petite voix est toujours une garce qui vous déteste). Imparable. Parce qu’on a beau essayer de raisonner, de se dire que même si la fille la plus moche du monde, de même que la plus bête, arrivent à trouver, y a pas de raison que ça ne nous arrive pas, qu’on se dit ça maintenant mais que c’est en s’ouvrant aux autres qu’on va trouver…pendant un bon moment, on a plutôt tendance à établir une liste des contre sacrément en notre défaveur !

 

Pourquoi tant de haine ? Parce qu’on est pas prête pardi ! Et c’est là que je viens enfin au vrai sujet de mon article (vous avez vu comme je suis forte ? Je vous ai fait lire tout ça avant !!). Quand est-on prête à retrouver l’amour ?

 

Parce que je veux bien me manger des heures de « c’est quand on ne cherche pas que l’amour vous tombe dessus » et autres « quand on est bien dans sa peau on attire les hommes », rien dans les phrases bateaux des autres (qui sont toujours, systématiquement en couple d’ailleurs) ne m’explique quand et comment je serai prête dans ma tête !

 

Surtout qu’il y a des pièges et pas des petits ! Je m’explique. Vous venez de rompre après des années d’une relation aussi pourrie que destructrice, d’un coup, vous vous sentez libre, vous voulez du cul plaire et découvrir d’autres hommes. Vous êtes pleine d’espoir, motivée et ouverte de la cuisse d’esprit. Vous vous dites que c’est bon, vous êtes libre et prête à vous ouvrir à une vraie et belle relation ! FAUX !!! Ca s’appelle le contrecoup ça madame ! En gros, c’est comme le petit zoziau qui sort soudain de sa cage sombre, qui va se viander dans la fenêtre et s’imaginer que c’est la liberté. Parce que la liberté, c’est comme le célibat, ça s’apprivoise ! Avant ça, vous cherchez seulement à vous prouver que vous en êtes capable, à effacer les mains de l’ex sur votre corps et éventuellement à blesser l’ex en lui montrant qu’il n’a jamais compté.

 

C’est une étape. Je ne dis pas que c’est une mauvaise étape (tout ce qui aide à avancer est bon), mais une étape quand même. Dans ce cas-là, mine de rien, vous êtes encore trop tournée vers votre ex pour regarder votre avenir amoureux d’un oeil serein.

 

Il y a aussi l’étape « j’aimerai plus jamais, je suis désespérée, personne ne m’aimera, je ne suis pas digne qu’on m’aime ». Bon, là, ok, tout le monde se doute que pour le big love c’est foutu, pas besoin de développer.

 

Bizarrement, je pense avoir un élément de réponse (on s’accroche c’est du lourd). En fait on est prête…quand on est prête ! (j’avais prévenu !)

 

Un matin, on se réveille. On est ni différente de la veille, ni sous l’emprise d’une drogue quelconque, et surtout on r
essent un soulagement. Ce qui vous rattachait à l’ex, la tristesse, la colère, l’aigreur, les regrets, tout ça s’est envolé. Même si vous l’avez vu la veille au soir pour lui rendre ses clés. En un mot, vous avez vraiment tourné la page. Pas parce que vous vous le dites ou que vous essayez de le croire. Vous le sentez vraiment au fond de vous. Vous avez juste envie d’aller réellement de l’avant. Et plutôt que de vous répéter que c’était votre dernière histoire, que l’amour ça sert trop à rien et pi ça fait trop mal, que vous allez finir en vieille célibataire aigrie que tout le monde déteste, vous commencez simplement à y croire à nouveau. Vous trouvez que le soleil brille plus fort (ok, là il pleut, mais tout le monde a compris l’image), que les chats sont plus câlins, que votre petite ride est finalement assez mignonne, vous avez envie de sorties, de rencontrer des gens (les amis de mes amis sont aussi mes amants amis), de s’attarder sur un mot gentil, un regard malicieux, un sourire qui en dit long ou pas, d’ailleurs. Et vous dire que, peut-être bien, vos amis (qui sont aussi peu objectifs que sympathiques) ont raison. Que vous rencontrerez de nouveau quelqu’un, que vous le méritez et que cette fois, ça sera bien !

 

Le meilleur moment dans un livre c’est quand on a tourné la dernière page avec l’espérance de vite en lire un nouveau aussi palpitant !

Le tout étant de ne jamais oublier de faire un tour dans une bibliothèque bien fournie histoire d’avoir le choix !

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • blague